Les Légendes de Santa Carla(en cours)
lienlien
  

  

  



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les Légendes de Santa Carla(en cours)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Le Grand Manitou & Fondateur

Le Grand Manitou & Fondateur

avatar
Messages : 302
Date d'inscription : 22/12/2009
Localisation : Dans mon monde à moi
Emploi de votre personnage : Admin fondateur du forum/ Grand Patron de Santa Carla
Humeur : Tu veux vraiment le savoir??

Feuille de personnage
Feuille de caracteristiques:
Pierres d'âmes:
10000/10000  (10000/10000)
Limite:
100/100  (100/100)
MessageSujet: Les Légendes de Santa Carla(en cours)   Ven 29 Avr - 20:33

L'Express 101

Je me nomme Chayton… et je vis depuis des années à Santa Carla avec ma famille…. Enfin, cela, c'était avant…… avant que l'Express 101 ne me la vole à tout jamais.
Je sais que cette histoire va vous paraître surréaliste mais tout ce que je vais vous raconter… tout ce que je vais vous dire…. est la pure vérité.

Je pense que vous avez tous entendu parler de ce terrible accident de train qui avait, autrefois, frappé notre ville. Ce fût une terrible tragédie pour de très nombreuses familles. C'était en 1963. Je n'étais alors qu'un enfant des campagnes, qui travaillait avec assiduité afin de pouvoir pourvoir à nos propres besoins. Nous avions appris à vivre en autarcie, loin de la civilisation, même si cette dernière n'était jamais bien loin, au final.

Je me rappelle encore le bruit de métal écrasé, ce son lointain de la tôle se pliant…. dans un concerto diabolique et chaotique. C'était non loin du virage donnant sur la grande forêt, par la vieille ligne passant sur le terrain de Crekston Plain, là où il y avait eu autrefois ces massacres entre colons. Mon père me disait que cette terre était maudite, qu'il ne fallait jamais y aller car plus jamais il ne fallait réveiller la fureur de la chose qui vivait la-bas.
Mais l'homme blanc était loin d'être sage et dans sa bêtise, il décida de faire passer le cheval de fer à travers le territoire de celui qu'on appelle « Nalusa Chito », ce qui veut dire « Celui qui dévore les âmes ».

Oh oui…. Je le vis de nombreuses fois durant mon enfance et encore après…. lorsqu'il me prit ma famille, pour nous punir d'avoir posé les yeux sur lui. C'est lui qui emporta les âmes des malheureux passagers de l'Express 101 dont il se sert aujourd'hui pour moissonner encore plus d'âmes. Oh bien sûr, personne ne me crût lorsque je fis part de cette histoire. Après tout, qui irait écouter un pauvre enfant issu de familles des réserves indiennes ? Et qui, aujourd'hui, écouterait un vieil homme alors que la science et la logique tentent de faire leur place au détriment de ce que nous devons le plus craindre en réalité.
Mes parents, ainsi que ma jeune sœur, me parlèrent de ce train fantôme qu'ils virent pour la première fois cinq ans après les événements. Revenant de la grande ville, ils me firent part d'un étrange froid les ayant pris. Leur voiture fût alors prise dans les rails de la vieille voie désaffectée et, alors que je jouais sous le porche de notre maison, je vis au loin ce que je n'aurai jamais pensé voir un jour : une puissante locomotive crachant sa fumée, faisait résonner son terrible cri, comme un sombre avertissement à ceux qui oseraient se dresser sur leur route. Oh bien sûr, je courus vers ma famille, un bâton à la main afin de tenter de briser les vitres de leur véhicule…..mais le démon conduisant le cheval de fer fût plus rapide que moi….. et, dans un choc aussi destructeur que celui du premier incident, il détruisit, sous mon regard désespérée, ma vie toute entière.

Je pouvais encore entendre son rire sardonique résonner dans les airs et, au loin, les cris de mes parents ainsi que de ma jeune sœur, s'éloignant aussi rapidement que le vent. Ce jour-là, le démon que l'homme blanc éveilla me prit ces derniers, pour en faire ses passagers.
Mais personne ne crût à mon histoire, arguant que depuis l'accident de 1963, la voie n'était plus utilisée. Je fus traité de menteur, de falsificateur mais comment expliquer alors la carcasse ? Comment expliquer les corps démembrés de ceux que j'aimais ? Oh bien sûr, je me doute que les visages pâles refusaient tout simplement d'admettre que tout cela les dépassait et qu'ils préféraient se réfugier derrière un mensonge rassurant.

Mais je connaissais la vérité. Je savais que quelque part, ce démon vivait….. et qu'une fois qu'il aurait eu ce qu'il voulait, il repartirait de là d'où il venait, enfin contenté. Depuis, chaque soir, j'observe la vieille ligne ferrée n°5, celle qui se perd au plus profond du bois obscur……. car chaque nuit, je peux entendre, au fin fond de cette dernière, le sifflet de la machine infernale, comme me prévenant que je serai un jour, un des passagers de cet Express de l'Enfer.

Mais pour cela, il faudra que j'accepte de traverser la ligne…… ce que je ne ferai jamais. J'espère juste un jour voir arriver quelqu'un qui aura le courage d'affronter la créature et de libérer, non pas seulement ma famille mais tout ceux que je l'ai vu emporter au cours de ma triste et courte existence.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniquesdeneredia.forums-actifs.net

Le Grand Manitou & Fondateur

Le Grand Manitou & Fondateur

avatar
Messages : 302
Date d'inscription : 22/12/2009
Localisation : Dans mon monde à moi
Emploi de votre personnage : Admin fondateur du forum/ Grand Patron de Santa Carla
Humeur : Tu veux vraiment le savoir??

Feuille de personnage
Feuille de caracteristiques:
Pierres d'âmes:
10000/10000  (10000/10000)
Limite:
100/100  (100/100)
MessageSujet: Re: Les Légendes de Santa Carla(en cours)   Jeu 5 Mai - 16:50

La Hantise de

Coldwood

Mon nom est Aurora. J'ai longtemps vécu au village de Coldwood avant de le quitter pour faire mes études à Santa Carla. Mes parents, eux, n'aimaient pas me voir partir et j'eus bien du mal à leur faire comprendre l’intérêt de mon départ. C'était un sujet qui dégénérait toujours dans un conflit où la main de mon père manqua de partir à de très nombreuses reprises. A vrai dire, je n'ai jamais vraiment aimé ma famille qui me le rendait bien.

Aujourd'hui, je me dis que c 'est sans doute mon obstination ainsi que mon sale caractère qui m'ont sauvé la vie. J'ai aujourd'hui 19 ans et c'est un âge que je n'aurai jamais franchi si je n'avais pas quitté mon village.
Depuis toute petite, Coldwood était bercé par une étrange légende que les pères de nos pères nous transmettaient mais dont les informations filtraient très peu. Le fait d'avoir tendu l'oreille comme je le faisais me permit de mieux comprendre de quoi il en retournait. Cela expliquait parfois les pleurs...et de temps à autre, les hurlements lointains que je pouvais entendre jusque dans mon sommeil. Lorsque, le lendemain matin, je tentais de poser des questions à ma famille, ma mère, comme souvent, me répondit par le silence. Mon enfoiré de père, lui, me menaçait de coups de ceinture si je ne me taisais pas. La seule personne avec qui je pus en parler était mon grand-père, résidant justement à Santa Carla. Lorsque je lui fis part de mes craintes vis à vis de ce qu'on racontait sur ce damné village, c'est là qu'il me parla d'une vieille légende dont la malédiction s'était étendue jusqu’à celui-ci même.

Je vous avoue que j'ai bien eu du mal à le croire lorsqu'il me fit part de ce qu'il savait. C'était si irréaliste, si…...incroyable qu'à mes yeux, tout cela ne pouvait être que faux. Alors que j'étais sur le point de repartir, mon grand-père me supplia de ne pas retourner à Coldwood…..mais je refusais de l'écouter, en arguant que les fantômes, comme il disait si bien, n'étaient que des mythes tirés des livres et des croyances populaires.

Mais cela, c'était jusqu'à ce qu'on retrouve le corps figé et sans vie d'un de mes voisins sur la vieille route menant à la montagne. J'imagine qu'en plus de mes études, que c'est ce qui précipita mon départ du village, au dam de mes parents qui firent tout pour me retenir…..ce que je trouvais à la fois inquiétant mais aussi très suspect. Je pris alors le peu d'affaires que je possédais…..et quittai à jamais Coldwood, sans me retourner, en me repassant constamment en tête les mots de mon grand-Père, me disant de prendre garde à la pleureuse…...de ne jamais croiser le regard de la Banshee, celle qui avait autrefois pris sa femme….et ma grand-mère.

Mon chemin ne croisa jamais celui de cette créature….mais un an plus tard, je vis de mes propres yeux les ravages qu'elle fit. J'avais terminé ma première année à l'Université et les périodes estivales approchèrent à grand pas. Mon grand-père, dans toute sa gentillesse, avait accepté de m'héberger chez lui. C'était un homme bon, aimant et certainement la seule bonne âme de ma famille, au final, le seul que je pouvais aimer et respecter. Une nuit, celui-ci se réveilla en pleurs, le visage emprunt d'une expression de terreur que je n'avais jamais vu chez lui. Son regard se perdit alors dans la contemplation du décor de sa chambre et j'eus bien du mal à le ramener dans notre réalité. Il n'eut qu'un seul mot et ce qu'il dit me glaça le sang : Coldwood.

Il répéta ce mot plus d'une fois avant de replonger dans un sommeil…..dont il ne revint jamais plus. Ce soir-là, je ne perdis pas seulement mon grand-père mais aussi tout ce qui me liait à ce village maudit. Le matin même, je reçus un appel de la police, m'intimant de revenir sur place, en m'expliquant que quelque chose de très grave était arrivé….et que ma présence était nécessaire.

C'est ainsi que je repris pour la toute dernière fois la route du village, accompagnée de plusieurs camarades daignant m'accompagner. Rien ne nous avait préparé à ce que nous vîmes une fois sur place. Je m'étais pourtant jurée de ne jamais y retourner mais cette fois-ci, les circonstances étaient différentes….et cauchemardesques, alors que nous fûmes témoins de la présence du pire charnier de tous les temps dans la région.

Hommes….femmes…..enfants…...des corps à perte de vue, étendu sur les routes, devant les domiciles, dans les champs, et même au-delà. Des animaux morts, saignés pour la plupart, comme si une bête était venue commettre un carnage sans nom. Le pire ne furent pas non plus les cadavres des policiers, m'ayant appelé deux heures avant, non…...mais ceux de mes parents, suppliciés, la peau comme émaciée et les orbites vides, figés dans une expression de terreur pure, comme s'ils avaient vécu l'enfer.

Autour de nous régnait un silence angoissant où aucun rayon de vie ne pouvait percer…...excepté son hurlement strident…….le cri infernal de la chose, l'entité qui avait, en une nuit, détruit Coldwood….et poursuivi mon grand-père jusque dans ses cauchemars. Je compris alors bien vite que tout ce que mon grand-père me raconta….était vrai. Effrayés par ce que nous avions vu, ce cri monstrueux, cette abomination fût le déclencheur de notre départ précipité.

Nous avons alors fui le village, laissant derrière nous cette monstruosité qui, j'en suis sûre, viendra un jour pour moi. Elle reviendra me prendre, comme elle a pris chacun des habitants. Je peux encore sentir sa présence, comme si elle ne me quittait pas, constamment sur mes talons….et attendant le bon moment pour m'emporter…….car même dans mes rêves les plus agités, Coldwood continue d’apparaître…...et au plus profond de ses fondations, je peux encore l'entendre hurler.

Je peux encore entendre la Maudite.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniquesdeneredia.forums-actifs.net

Le Grand Manitou & Fondateur

Le Grand Manitou & Fondateur

avatar
Messages : 302
Date d'inscription : 22/12/2009
Localisation : Dans mon monde à moi
Emploi de votre personnage : Admin fondateur du forum/ Grand Patron de Santa Carla
Humeur : Tu veux vraiment le savoir??

Feuille de personnage
Feuille de caracteristiques:
Pierres d'âmes:
10000/10000  (10000/10000)
Limite:
100/100  (100/100)
MessageSujet: Re: Les Légendes de Santa Carla(en cours)   Jeu 5 Mai - 19:39

Le Dévoreur du

Ranch O'Connell

Je m'appelle Trevor…...Trevor O'Connell. Je suis veuf depuis maintenant quatre ans. J'ai perdu ma femme dans des conditions que je ne souhaite à personne et il y a peu, nous vivions seul avec ma fille Katherine, dans un petit ranch perdu à quelques kilomètres de Santa Carla. J'ai pas envie de revenir sur ce qui nous est arrivé par le passé car je vous avoue que je ne suis pas prêt à vous en parler.

Enfin, je veux dire…...c'est si incompréhensible que je ne sais comment vous expliquer ou vous raconter sans que cela ait l'air de partir dans un délire fantasque et stupide. Quand j'en ai parlé autour de moi, on m'a rit au nez, traité de menteur et d'autres disaient même, sur un ton moqueur, que je devrais écrire des histoires d'horreur.

Qu'ils aillent se faire foutre. Ce soir-là, nous avons bien failli perdre la vie, en plus de ce que nous possédions. Aujourd'hui, nous sommes ruinés, forcés de vivre au jour le jour sans aucune aide. Je sais bien que cette femme, cette Amélia, fait ce qu'elle peut pour nous obtenir des aides mais cela n’enlèvera jamais le souvenir de cette nuit de cauchemar.
C'était lors des périodes hivernales. La nuit tombait relativement vite et il fallait constamment garder un œil sur le bétail et les chevaux. Katherine faisait aussi ce qu'elle pouvait pour m'aider malgré ses études et son petit copain. D'ailleurs, ce dernier était des nôtres ce soir-là et avait offert son aide. Un brave garçon comme on en voit rarement. Ma fille était même sûre d'avoir trouvé l'homme de sa vie, bien que je trouve qu'il était un peu tôt de dire cela. Mais comment pourrais-je en vouloir à ma fille de vouloir profiter de la vie qu'il lui reste, alors qu'elle a vu sa mère être emportée par une saleté de cancer ?

Bref, ce soir-là, nous devions aller rechercher les bêtes que nous avions laissé sur le terrain, afin qu'elles prennent un peu l'air. La nuit commençait à tomber mais rentrer une dizaine de têtes n'avait rien de difficile dès qu'on savait comment s'y prendre. Mais nous fîmes une découverte des plus macabres. Les vaches avaient l'air effrayé à notre arrivée, au-delà de la nervosité et même nos chevaux semblaient refuser de s'avancer, comme si quelque chose les faisait reculer.

Nous comprîmes assez rapidement que quelque chose clochait….et quelle ne fût pas notre surprise lorsque nous eûmes la plus mauvaise surprise de notre vie en constant que trois de bêtes avaient été…….je sais pas comment dire ça…..mais elles avaient été mises en pièces, des membres arrachés, la tête arrachée du corps et les organes à vif….comme si on s'était acharné sur elles. Bien sûr, la police est venue enquêter et a bien vite mis ça sur le compte d'un malade mental….ou d'un animal environnant. Mon cul, je connais bien les bêtes de la région et aucune n'est capable de mettre mes vaches dans un tel état de dépravation…….et je peux même doublement le confirmer puisque j'ai fait face au tueur…..qui n'avait rien d'humain dans son apparence et encore moins, d'animal.

Ca s'est passé le lendemain soir. Cette fois, ce fut le tour de nos chevaux mais ils firent assez de bruit pour attirer notre attention. Je suis sorti avec la carabine de mon père, alors que Katherine et son copain restèrent en retrait, sur mon ordre. Une fois arrivé dans la grange, empli de peur, je vis alors ce que je n'aurai jamais pensé voir un jour.

Ce monstre….Cette chose…….quoi que ce soit…….me regardait de ses yeux rouges incandescents. Sa peau émaciée, grise, contrastait avec la lumière qui irradiait le bâtiment. J'ai déchargé alors mon fusil sur lui, alors qu'il se jetait sur moi, crocs sortis et griffes en avant. Malgré un double tir presque à bout portant, ce monstre se releva, ce qui m'avait laissé le temps de recharger et de vider, une nouvelle fois, mon fusil sur lui……..mais il se releva, encore et toujours plus menaçant.

Nous n'eûmes pas d'autre choix que de fuir du ranch. Mais le monstre ne nous lâcha point et alors que nous démarrions la voiture, la tête d'une de nos bêtes atterrit sur le pare-brise, provoquant hurlements et panique parmi nous. Une fois la voiture démarrée, nous quittâmes au plus vite le ranch…….avec cette saleté sur nos talons. Malgré la vitesse de notre véhicule, nous n'étions aucunement capable de le distancer. Pire encore, il gagnait de seconde en seconde du terrain, jusqu'à finalement arriver à sauter sur le pick-up…...et à tuer Josh, le petit ami de Katherine, en défonçant la tôle du toit et en lui arrachant la tête sans sommation.

Dans un sens, sa mort fût ce qui nous sauva car il cessa de s’intéresser à nous pour un temps, ce qui nous laissa un répit pour rejoindre la ville…...avec le corps de celui qui aurait pu être un jour, mon futur beau-fils.
Sa mort fût un choc terrible pour Katherine, aujourd'hui plongée dans un état de catatonie dont elle n'émerge que de temps à autre pour pousser des hurlements déchirants.

Et quant à moi……...je n'ose plus fermer les yeux aujourd'hui…..de peur de revoir dans mes pensées, cette abomination qui détruisit le peu de vie qu'il me restait. En ce qui concerne ma fille, elle ne sortira plus jamais de cet état, étant bien trop touchée psychologiquement pour être soignée. A vrai dire, je n'ai plus d'autre solution. Je ne dors plus et les hurlements de ma fille me sont devenus insoutenables.

Ce soir, je chargerai mon fusil d'un dernier bon boulot…….Le repos, enfin, là où rien, pas même Le Coureur des Ombres, ne pourra m'atteindre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniquesdeneredia.forums-actifs.net

Le Grand Manitou & Fondateur

Le Grand Manitou & Fondateur

avatar
Messages : 302
Date d'inscription : 22/12/2009
Localisation : Dans mon monde à moi
Emploi de votre personnage : Admin fondateur du forum/ Grand Patron de Santa Carla
Humeur : Tu veux vraiment le savoir??

Feuille de personnage
Feuille de caracteristiques:
Pierres d'âmes:
10000/10000  (10000/10000)
Limite:
100/100  (100/100)
MessageSujet: Re: Les Légendes de Santa Carla(en cours)   Sam 7 Mai - 14:42

Bloody Mary

Je lui avait dit…….Oh Seigneur, je lui avait dit……...mais elle disait que ce n'était qu'un jeu, quelque chose d'enfantin.
J'aurai du m'y opposer plus fermement, hurler si il le fallait…..mais pour elle, ce n'était qu'un jeu, une connerie pour délirer avec ses copines.
J'ai été faible…….j'ai été insouciant et pire, je l'ai laissé être imprudente et jouer avec des forces qui la dépassait.

Par ma faute, je l'ai perdu à tout jamais.
Mon nom est William Banks……..et il y a maintenant un an, j'ai perdu ma petite amie dans des conditions que je ne saurai bien expliquer….bien que je sache pertinemment ce qu'il s'est passé.
Oh, ils ne m'ont pas cru, pourtant. Ils ont même cru que c'était moi, que je l'avais tué…..mais jamais je n'aurai pu lui faire le moindre mal. J'aimais bien trop Karen pour pouvoir, ne serait-ce que hausser le ton envers elle…..et c'est ce manque de courage, d'autorité….qui a causé en partie sa perte.

C'était si atroce. Je l'entendais frapper contre la porte, hurler à l'aide. J'avais beau tenter de défoncer la porte, d'ouvrir en tournant la poignée mais il n'y avait rien à faire. C'était comme si quelqu'un….ou quelque chose maintenait la porte. C'était comme si……….Mary ne voulait pas que j'entre.

Oh, ne me regardez pas ainsi. Vous me prenez pour un fou, n'est-ce pas ?  Vous pensez que je ne suis qu'un taré, un meurtrier…….mais c'est faux. Je ne l'ai pas tué. C'était pas moi. C'était elle…..c'était Mary…….Mary la Sanglante, celle qu'il ne faut jamais appeler….et aujourd'hui, c'est moi qui arpente la ligne verte…..pour un crime que je n'ai pas commis.

Mais peut-être méritais-je d'être jugé pour mon inaction…..

Je pleure à chaque fois que je repense au corps de Karen, gisant sans vie dans la salle de bain. Je tremble en repensant aux murs couverts de sang, et je suis terrifié à l'idée de regarder à mon tour dans un miroir, de peur de voir ce que Karen a vu.
Elle me tuera à mon tour si je l'appelle. Elle me lacérera, m'ouvrira le ventre et me videra comme un porc si je la convoque.
Mais peut-être viendra t'elle d'elle-même car elle ne tue pas seulement ceux qui la convoquent, mais ceux coupables de garder un terrible secret…..un secret lié à la mort…..et comme je l'ai dit, en laissant Karen et ses amies l'invoquer sans réagir, j'ai provoqué leur mort……..et je suis devenu coupable, alors il est logique qu'elle vienne me châtier à mon tour.

C'est peut-être elle que j'entends la nuit, dans le couloir de la mort. Ses petits pas marchant en rythme, sa peau gelée et blanche rencontrant le sol froid de la prison de Red Rock Junction. Après tout, il n'y a pas de gardiens, ici, la nuit. Tout est automatisé, alors pourquoi viendraient t'ils jusqu'ici ?

Elle me cherche…….J'entends sa voix, murmurant mon nom. Elle me rappelle à mon crime, mes actes passés et ma culpabilité. Elle ne laissera jamais la justice des hommes m'emporter. Chaque nuit, elle vient, observe et cherche…..jusqu'au moment où elle me trouvera. Elle ouvrira alors ma porte, me fera face et là, je saurai…..je saurai que mon heure sera venue, comme pour Karen, Trish et Gloria. Comme pour elles, je lui appartiens, dorénavant.
Ce n'est plus qu'une question de temps…




Viens…..Viens à moi, ô Mary.
Viens à moi et distille ta divine punition.
J'ai péché par omission
Viens à moi et je t'offrirai ma confession.

Viens…..Viens à moi, ô Mary.
Viens à moi et offre moi ta rétribution.
J'ai pêché par refus d'objection
Viens à moi et offre-moi ton absolution.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniquesdeneredia.forums-actifs.net

Le Grand Manitou & Fondateur

Le Grand Manitou & Fondateur

avatar
Messages : 302
Date d'inscription : 22/12/2009
Localisation : Dans mon monde à moi
Emploi de votre personnage : Admin fondateur du forum/ Grand Patron de Santa Carla
Humeur : Tu veux vraiment le savoir??

Feuille de personnage
Feuille de caracteristiques:
Pierres d'âmes:
10000/10000  (10000/10000)
Limite:
100/100  (100/100)
MessageSujet: Re: Les Légendes de Santa Carla(en cours)   Ven 10 Juin - 14:11

La Veuve Noire

Pour autant que je sache, je n'ai jamais eu de chance avec les femmes. Et quand je dis jamais, c'est loin d'être une blague. Je veux dire, quand on voit ma tête, on ne peux pas dire que je sois un tombeur, loin de là. Je gagne modestement ma vie et je ne suis loin d'être un fils à papa. Toutes ces merdes d'émissions aussi pathétiques les unes que les autres semblaient pourtant montrer qu'il était facile de se trouver une fille, peu importe les raisons. Mais en même temps, qui irait croire un sac de conneries comme ceux déblatérer par des «émissions low cost » ?

Pourtant, lorsque j'ai rencontré cette fille, j'ai eu, pendant un moment, une lueur d'espoir qui s'est allumé en moi.
Ha oui, j'ai oublié de me présenter : Mon nom est Wyatt……..Wyatt Weller et on peut dire que j'ai une veine de cocu. Pas parce que j'ai chopé la plus belle fille de tous les temps, non…..mais parce que j'ai échappé à cette salope, justement. Et quand je dis salope, vous n'avez pas idée de ce que je veux dire par là.

Comme je l'ai dit, j'ai jamais eu la vie facile avec les femmes. J'étais pas foncièrement populaire au lycée, j'avais pas eu la chance d’intégrer l'équipe de sport et j'étais loin d'avoir les pectoraux de certains abrutis de mon bahut. C'était toujours plus simple d'aller vers un mec qui avait tout, en étant un vrai connard, plutôt qu'un type comme moi qui aurait tout donné pour rencontrer la femme de sa vie. Et puis…….pas la peine que je compte sur un éventuel soutien de la famille, qui me rétorquait toujours « Tes études d'abord », ou encore, l'habituel « Mais tu es trop jeune ! »

Alors quand j'ai rencontré Anita……..quand elle m'a approché, j'ai cru que je vivais un rêve. C'était une fille gentille, attentionnée, avec qui j'ai passé un peu de temps. Elle était arrivée en cours d'année et disait venir de High Mills, je crois. C'était une petite ville au sud du pays. Je ne me suis pas vraiment posé de questions lorsqu'elle a intégrée la classe car la réputation de la ville attirait un bon nombre de familles. Une de plus, une de moins, quelle importance. Mais je me rappelle que j'avais assez vite flashé sur elle….sans vraiment y' croire.

Alors, quand elle a commencé à m'approcher, vous pensez bien que j'ai pas résisté…..et au bout de cinqs jours, nous nous étions embrassé, avant qu'elle ne me propose une petite sortie au « Eye of Midnight », la boite la plus branchée de la ville. On y' avait passé un bon moment…...et là, je peux clairement vous dire que c'était le calme avant l'Enfer. Pour une raison que j'ignore, Anita semblait plus fébrile que d'habitude et à un moment, elle m’entraîna en dehors de la boite, prétextant qu'il faisait chaud et que cela serait sympa de finir la soirée en beauté. Dans mon esprit, c'était évident que ça ne pouvait que se finir d'une seule manière possible, comme tout jeune couple, même si je trouvais celle-ci très entreprenante.

Ce que je n'avais pas envisagé, c'est qu'en vérité…….j'allais lui servir, non pas de partenaire sexuel….mais de repas. Et j'eus bien de la chance de réchapper de cette rencontre, qui, théoriquement, aurait du sceller la fin de mon existence.

Comme je le disais, Anita semblait frénétique, incontrôlable, comme si quelque chose semblait la posséder. Sur l'instant, je mis cela sur le compte du désir et moi-même, je reconnais que j'avais bien du mal à ne pas lui sauter dessus. Une fois arrivés dans la ruelle, elle commença à m'embrasser comme elle aimait bien le faire….et comme un crétin, je la laissa diriger la danse, sans me douter de ce qui allait m'arriver.

Je me rappelle que cela commença par une sorte de sifflement….quelque chose d'aigu. C'était franchement indescriptible bien que cela sonna comme une sorte de bruit animal. Puis, il y'eut cette odeur, une sorte de puanteur vomitive qui me donna une étrange nausée….enfin, jusqu'à ce que je vis quelque chose…..que je n'aurai jamais du voir. C'était long, arqué, d'une couleur aussi noire que la nuit…..comme une sorte de protubérance inhumaine….qui tentait de se planter dans mon ventre. Pire encore, ce truc…...était en réalité sorti du ventre d'Anita, que je repoussa violemment…...avant qu'elle ne me colle un coup d'une putain de violence avec, ce qui m'allongea direct. Je n'eus pas du tout le temps de bouger que je la vis ouvrir la bouche pour cracher quelque chose en ma direction. Cela s'accrocha à ma peau et c'était aussi blanc que de la soie……..bien pour ainsi dire, ce truc était de la soie…..qui était sorti de sa putain de bouche, tout comme je vis plusieurs autres protubérances émerger doucement de son dos, arquant et pointant à ma direction…….comme des foutues pattes d'araignée.

Je me croyais en plein cauchemar, hurlant ce que je pouvais pour quelqu'un vienne m'aider. J'étais terrorisé, tétanisé et incapable de bouger à cause de ce qu'elle avait craché….et je n'eus la vie sauve que grâce à l'intervention de deux personnes, un couple…...un type avec deux flingues et une nana, brune, armée d'une sulfateuse, genre, l'enfer sur terre. On aurait dit qu'ils savaient ce que c 'était, ou du moins…..qu'ils trouveraient Anita ici.

Je vis Anita prendre…..entre dix….et quinze balles dans le corps….et malgré cela, elle tenait encore debout, sans aucun soucis. J'eus juste le temps de la voir se servir de ses espèce de « pattes » pour escalader un immeuble voisin….avant de m'évanouir, face au trop plein de pression. Toutefois, je pus entendre, avant de sombrer totalement, un cri perçant, strident…..qui n'avait rien d'humain.

C'est un cri qui me poursuit aujourd'hui dans mon sommeil et il m'est maintenant impossible de fermer l'oeil la nuit…...car pas un jour ne passe sans que je ne revois le visage et l'apparence difforme de ce…...monstre, que j'ai cru aimer. Chaque soir de ma vie, je verrouille ma fenêtre en m'assurant que tout est bien bouclé, de peur d'un jour, de voir réapparaître le visage de cette chose.

Anita n'est plus jamais revenue en classe, après cela. Selon les personnels du lycée, sa « famille », aurait été obligée de déménager dans l'urgence, et ce faisant, elle les aurait suivie. On sentait bien qu'ils croyaient moyennement à cette histoire mais j'étais soulagé de savoir qu'elle ne réapparaitrait plus au lycée.

Mais je sais qu'elle reviendra. Après tout, comme elle me l'a promis, quelques heures avant de tenter de me tuer…...elle sera toujours là pour moi, et je comprends dorénavant à la perfection la signification de ses mots. Je ne peux que prier pour que ceux qui m'ont sauvé…….soient parvenus à en finir avec elle, mais j'en doute très sérieusement…...car je le sais…..je ressens encore sa présence. Je sais qu'elle est toujours là, en ville

Elle m'a choisi…...et bientôt, je connaîtrai sa terrible étreinte.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniquesdeneredia.forums-actifs.net

Le Grand Manitou & Fondateur

Le Grand Manitou & Fondateur

avatar
Messages : 302
Date d'inscription : 22/12/2009
Localisation : Dans mon monde à moi
Emploi de votre personnage : Admin fondateur du forum/ Grand Patron de Santa Carla
Humeur : Tu veux vraiment le savoir??

Feuille de personnage
Feuille de caracteristiques:
Pierres d'âmes:
10000/10000  (10000/10000)
Limite:
100/100  (100/100)
MessageSujet: Re: Les Légendes de Santa Carla(en cours)   Ven 14 Oct - 16:53

L'étrange malédiction

de la famille Sunderland.

Si je vous dis « Dibbouk » je suis persuadé que cela ne vous parlera jamais. Oh, je ne peux pas vous en vouloir cela dit, car c'est quelque chose qui a été gardé secret pendant très longtemps et même aujourd'hui, il existe de nombreuses…...personnes qui œuvrent dans l'ombre pour que jamais plus, l'humanité n'ait à subir un tel fléau.

Je m'appelle Nataniel, un prénom que je porte bien mal……….et je suis en possession d'un héritage que je ne souhaite à personne, une sombre malédiction que je me dois de contenir comme l'ont fait mes ancêtres….et comme le feront mes enfants, à qui je refuse de transmettre cela.
Nous sommes croyants. Judaïstes plus précisément…..du moins, dans la famille d'où je viens. C'est un enseignement que mes parents ont tenu à m'inculquer afin que je puisse faire face à ce à quoi nous sommes confrontés depuis des siècles.

Depuis fort longtemps, nous avons toujours eu conscience de l'existence de quelque chose au-delà de la compréhension humaine. Nous avons toujours su qu'il existait des êtres dont l'existence ferait blêmir de peur les plus courageux parmi vous. Mon père m'avait autrefois raconté comment lui et ses ancêtres, de puissants médiums, étaient parvenus à faire face à une entité aussi destructrice qu'insidieuse…...alors qu'elle avait tenté de prendre possession de moi.
A vrai dire, je n'ai presque aucun souvenir de tout cela, quasiment aucun souvenir de ma vie d'autrefois, qui m'a été volée par cette…….créature, dont je ne me rappelle que d'une chose : ce visage gris, émacié aux orbites vides. Ceci est la seule chose que j'ai vu, quand elle a quitté mon corps pour rejoindre la boîte dont je suis aujourd'hui en possession, alors que mon père psalmodiait d'étranges incantations que j'aurais été incapable de traduire à une époque. Ce fût long, éprouvant, voire cauchemardesque, mais au final, le démon, bien qu'invaincu, était captif. Nous étions incapables de le renvoyer en bas, c'est un fait, alors nous avons fait ce que nous avons jugé le plus judicieux.

Enfin, « nous », je rétorquerais que cela était purement péjoratif car je n'avais rien demandé.
Suite à tout cela, j'ai pu reprendre une vie normale. J'ai fait mes études, j'ai rencontré une fille…...qui est devenue ma femme et nous nous sommes mariés. De par ce fait, j'ai aussi vu l'occasion idéale de rompre les ponts avec cette famille qui m'avait fait vivre cette terrible épreuve. J'étais toujours parti du fait que tout était arrivé à cause de cette foutue boîte en bois qu'ils se transmettaient depuis si longtemps alors qu'ils auraient pu l'enterrer, la cacher quelque part et faire en sorte que le monstre qui vivait dedans ne puisse plus jamais resurgir.
Mais non, ils jugèrent qu'il était préférable de la garder, quitte à risquer des vies…..et quitte à détruire la mienne, comme cela a failli être le cas lorsque le démon s'en est échappé.

Vous ne me croyez pas, n'est-ce pas ? Oh……..à vrai dire, je m'y attendais. Je ne vous en veux pas, vous savez. Moi-même, j'ai encore bien du mal à croire ce que je raconte. Pourtant, aujourd'hui, il m'arrive d'y repenser quand je la regarde, trônant dans la vitrine, verrouillée par un digicode dont je suis le seul à connaître la combinaison.
Vous vous demandez maintenant comment la boîte est arrivée jusqu'à chez moi, sous mon toit ? Je connais assez bien ma famille pour savoir que jamais ils ne me laisseront échapper à cela. Ce qui était écrit devait se réaliser et j'imagine qu'ils ont fait en sorte que je sois le nouveau gardien de cette horrible boîte. Mais pour vous répondre plus clairement, j'ai un jour eu la malchance de trouver un colis devant chez moi…...contenant cette boîte avec un message de mon père dont je vous épargnerai le contenu. Bien entendu, j'ai bien tenté de m'en débarrasser, de leur renvoyer mais…….jamais je ne retrouvais ces derniers. J'ai fait de très longues recherches, parcouru les routes, posé des questions et passé de nombreux appels…...sans résultat.

Ma famille avait disparu, me laissant seul à jamais avec un cauchemar pouvant à nouveau se réveiller un jour. Et quant à la vendre ou m'en débarrasser d'une quelconque manière, il en est hors de question. Ce qui à jamais dort à l'intérieur, est bien trop dangereux pour être laissé entre les mains de néophytes.
Je ne suis pas un monstre, ni un irresponsable mais aujourd'hui, je maudis encore ma famille qui m'a imposé une telle servitude, une telle croix à porter.
Aujourd'hui, je vis dans la peur de voir ma fille être totalement atteinte par le mal qui vit à l'intérieur de cette boîte.

Mais peut-être est t'il déjà trop tard.
Encore hier, j'ai vu dans son regard. J'ai pu sonder à l'intérieur d'elle et j'ai vu cette chose. J'ai senti sa présence……..comme le jour où je l'ai trouvée au dessus du corps de ma femme, un couteau à la main, et le visage déformé par un rictus qui n'avait rien d'humain.

Mon dieu……...Dalia……..qu'est-ce que cette chose t'a fait ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniquesdeneredia.forums-actifs.net
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Les Légendes de Santa Carla(en cours)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Légendes de Santa Carla(en cours)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» North, Santa Claus (Les 5 légendes) [LIBRE]
» cours de latin
» Cours informatique
» Amphi pour les cours de Ninjutsu
» Cours d'utilisation du sabre (Ouvert à tout le monde)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques de Neredia :: Il y a un début à tout :: Bienvenue à Santa Carla - Contexte-