L'Histoire de Santa Carla
lienlien
  

  

  




 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'Histoire de Santa Carla

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Le Grand Manitou & Fondateur

Le Grand Manitou & Fondateur

avatar
Messages : 359
Date d'inscription : 22/12/2009
Localisation : Dans mon monde à moi
Emploi de votre personnage : Admin fondateur du forum/ Grand Patron de Santa Carla
Humeur : Tu veux vraiment le savoir??

Feuille de personnage
Feuille de caracteristiques:
Pierres d'âmes:
10000/10000  (10000/10000)
Limite:
100/100  (100/100)
MessageSujet: L'Histoire de Santa Carla   Lun 28 Sep - 23:19



L'histoire de Santa Carla


Neredia est un monde empli de mystères où s'entrechoquent croyances, mystères et phénomènes inexplicables mais jamais une ville n'aura été aussi touchée que Santa Carla. En quelques dates, vous apprendrez ce qu'il y a à savoir sur la ville et ses fondateurs.




17ème Siècle Il y a encore plusieurs siècles, Santa Carla était une ville inexistante, un grand terrain vierge du nom de Crekston Plain, entouré d'une grande région boisée où personne n'avait encore mis les pieds. Comme sur Mortalis, il existait un Gouvernement qui prenait des décisions, pour le "bien" de sa population. Certains dirigeants entendirent parler de cet endroit encore non exploré, proche des côtes du Nord Ouest du pays et décidèrent d'y envoyer une colonie composée de plusieurs familles de travailleurs ainsi que des soldats entraînés afin de veiller sur eux. Leur but était simple: exploiter les différentes ressources sur place afin de permettre à l'économie du pays de se développer. Après plusieurs jours de marche, les familles installèrent leur campement....et le lendemain même, tous se massacrèrent sans raison aucune. Nous sommes alors le 21 Décembre 1672. 

Quelques jours après, le Gouvernement, sans nouvelle des colons, décida d'envoyer une nouvelle colonie de soldats le 1er janvier 1673. Après avoir préparé ses soldats, dirigés par le général Anton Raleigh. Après leur départ, plus personne n'entendra parler de ce peloton de 120 soldats. La zone est alors déclarée inapte à l'habitation et interdite d'accès. Raleigh, quant à lui, est déclaré mort.

Ce n'est qu'en 1698 qu'il est à nouveau décidé, après que des superstitions folles aient circulé sur Crekston Plain, d'envoyer un nouveau peloton de soldats afin de comprendre ce qui a pu arriver aux nombreuses personnes disparues. Nous sommes alors le 4 Août et après que la troisième colonie se soit installée, aucun problème n'eut été signalé et un petit village fût bâti sur place, près d'un chemin de terre qu'on nommera plus tard, la route 18.

Mais le 6 Décembre 1698, un nouveau phénomène frappa le groupe de colons et un nouveau massacre eut lieu. On racontait que certaines personnes se laissèrent aller à leurs instincts les plus bestiaux, déchiquetant et dévorant quiconque passait à leur portée. Seules trois personnes survécurent à cette terrible nuit. A leur retour dans les grandes villes, ils évoquèrent des apparitions de créatures étranges issues de la forêt, des monstres avides de chairs qui mirent en morceaux et avec facilité les soldats les plus entraînés et le pire, dirent-ils, étaient que les morts se relevaient pour attaquer les vivants. 

Affolés et terrifiés par cette terrible histoire, les membres du Gouvernement de Neredia décidèrent de fermer définitivement et à jamais l'accès à Crekston Plain et décidèrent d'effacer des archives les terribles événements qui secouèrent la grande plaine. Personne ne saurait ce qui était arrivé......du moins, on l'espérait.




18ème Siècle 
L'histoire de Crekston Plain avait été effacé des quelques mémoires ayant eu vent des terrifiants événements. Ceux ayant survécus furent, quant à eux, placés en établissement psychiatrique afin que jamais ils ne révélèrent ce qui était arrivé. Mais leur récit, bien que les ayant fait passer pour des fous, ne tomba pas dans l'oreille de n'importe qui. Un jeune homme du nom de David Ashcroft, qui était alors infirmier dans l’hôpital psychiatrique de Angel Peak, au sud du pays, écouta avec attention leur récit mais ne laissa transparaître aucune émotion sur son visage. Bien que son travail, nouvellement acquis, lui ordonnait de ne pas tenir compte des paroles des "trois soldats fous", il mémorisa chacun des détails de leur récit et après avoir mimé le scepticisme, il rejoignit sa famille le soir même pour leur faire part de cette histoire. Quelques heures plus tard, plusieurs membres de la même famille se préparèrent pour prendre la route vers Crekston Plain. Nous sommes alors le 21 Janvier 1700.

Le 12 Février 1700, les Ashcroft atteignirent Crekston Plain et décidèrent de se mettre à l'œuvre. Connus pour être des exorcistes efficaces et puissants, ils exécutèrent un puissant rituel qui devait permettre l'apparition du mal ayant frappé les trois colonies gouvernementales. Après une attente qui sembla durer des heures, il y eut enfin une réponse, une apparition maléfique qui décida de se manifester en personne afin d'exterminer les impudents ayant osé la déranger. Ce mal prit alors l'apparence d'une puissante bête puant la mort et le soufre, qui fit face aux membres de la famille.
Après un affrontement violent qui sembla secouer jusqu'au pilier même de la création, la bête fut vaincue et expédiée en Enfer, pour ne plus jamais en revenir.

Après ce combat, ils quittèrent la zone, sans se douter de l'existence d'un temple, caché au fin fond de la forêt, là où nulle lumière ne perçait réellement....et personne ne vit cette petite lueur bleue qui pulsait doucement dans les entrailles du bâtiment, annonçant le prélude d'un très long cauchemar.

La nouvelle fût alors très vite annoncée par les Ashcroft qui déclarèrent que jamais plus il n'y aurait de soucis avec Crekston Plain, arguant que le "démon" qui y vivait était parti pour toujours. D'abord sceptiques, les dirigeants envoyèrent une quatrième colonie de soldats qui devait accompagner la famille d'exorcistes pour constater si, oui ou non, ils avaient menti.

Après plusieurs jours qui semblèrent une éternité pour beaucoup, tous furent obligés de constater que les Ashcroft n'avaient pas menti et qu'ils avaient, apparemment, réellement réussi à repousser la créature responsables de nombreux malheurs de Crekston Plain. Un plan de construction fut alors lancé et plusieurs maisons furent implantés après plusieurs mois de construction. 

Santa Carla était née....et les Ashcroft, en récompense, en étaient devenus les membres fondateurs.

La ville connut une petite expansion le 29 Juillet 1701, grâce à l'exploitation d'une mine de roche et du bois mais les ennuis financiers touchèrent vite Santa Carla malgré la bonne volonté de ses habitants. Le commerce minier et forestier ne suffisait plus à maintenir l'économie de la ville à flot et encore moins à payer les ouvriers sur place. Le mécontentement avait fini par se faire entendre le 21 Octobre 1701 mais les constructions se poursuivirent tout de même malgré la grogne générale.

Les fondateurs décidèrent alors de se concerter sur un plan de secours pour sauver l'économie vacillante de Santa Carla, peu importe l'idée. La ville devait vivre et rien ne pourrait l'en empêcher. Le 30 Octobre, les fondateurs apprirent l'arrivée imminente d'un navire marchand, l'Amaranth, qui devait transporter une importante cargaison d'or pour une destination connue seulement des marins. Santa Carla ne serait qu'un point de passage par lequel les marins se reposeront le temps d'un soir. Le 31 Octobre, la date d'arrivée de l'Amaranth est confirmée pour le 12 Novembre. Un odieux plan se met alors en place et sa finalité provoquera la damnation de la ville et ses fondateurs.

Lors de la date clé, les lumières du phare s'éteignirent, conformément à la volonté des Ashcroft et avec la complicité du gardien. Un gigantesque feu fut, quant à lui, allumé non loin de la zone à récifs afin d'attirer le navire dans un piège. L'opération fut un succès et le bateau, avec à son bord 56 marins et deux familles, s'échoua et coula avec ses passagers ainsi que sa cargaison. Aucun survivant ne fut à signaler. Le lendemain matin, les restes de l'Amaranth furent rejetés par la marée, ainsi que plusieurs coffres contenant assez d'or pour garantir la construction de la ville.
Quelque part dans les eaux profondes de Santa Carla, plusieurs regards effrayés étaient à jamais fixés dans une unique direction, leurs yeux vides de vie observant à jamais les Ténèbres des Eaux Glacées, jurant depuis l'autre monde que leur mort injuste ne resterait jamais impunie......bien que l'heure n'était pas encore venue.

Quelques mois plus tard, la ville s'était finalement agrandie et a prospéré grâce à l'or volé de l'Amaranth. Le secret quant à la terrible nuit du 12 Novembre 1701 fût gardé et aucun habitant n'eut connaissance de cette tragique destinée. Toutefois, certains habitants disaient se plaindre d'étranges visites nocturnes ainsi que de nombreux vol d'objets, souvent retrouvés aux bord de la mer. Une enquête fût lancée mais les résultats furent loin d'être concluants. Les visites cessèrent bien vite.....et l'enquête fût classée sans suite, sans que personne ne sache que cela n'était que les prémices de quelque chose de bien plus terrifiant.

Un an plus tard, la ville est frappé par ce que plusieurs surnommeront, la "Nuit des Morts" pendant laquelle la population sera victime de terribles apparitions ainsi que d'attaques aussi violentes les unes que les autres. Pendant plusieurs heures, les habitants seront à la fois attaqués par des ombres sans visage ainsi que des créatures putréfiées. Les créatures hurleront leur colère, blâmant et maudissant la population pour ce qui leur est arrivé en révélant leur terrible destinée à ceux ayant le courage de les écouter. Après les révélations des créatures sans vie, les Ashcroft subiront une arrestation violente et seront jugés pour leurs actes. Grands parents, parents, oncles et tantes seront jugés et condamnés à mort. Les enfants, eux, déclarés non responsables des actes de leur famille, seront épargné par la vindicte populaire mais spoilés de leurs biens et placés en famille d’accueil. Un nouveau maire est alors élu: Anton Moranis, qui dirigera la ville pendant plus de 16 ans, soit jusqu'à son décès.

L’exécution de la plupart des Ashcroft mit définitivement fin à la colère des marins morts. Depuis cette terrible nuit, ils ne furent plus jamais revus. Leurs corps ne furent jamais retrouvés malgré des recherches dans la baie de la ville.

   




19ème Siècle 

Pendant longtemps, la ville connut une très grande expansion sous la houlette des Moranis, qui se transmettaient sa direction de père en fils/fille. Très appréciés par les habitants, ils firent du bien être des habitants, leur priorité. Eux-même issu des milieux modestes, ils comprenaient donc plus aisément la nécessité d'être à l'écoute des gens.
En 1832, la ville acceuille en son sein plusieurs écoles, des petits hôpitaux et de très nombreux commerces très lucratifs permettant financièrement à la ville de survivre en autarcie. Malheureusement, elle connut aussi ses premiers actes criminels et ses réseaux illégaux. Jeux d'argent, opiumerie et prostitution devinrent très vite les fléau de la ville, en dehors d'étranges meurtres que rien ni personne ne semblait pouvoir expliquer. Chaque semaine, il n'était pas rare, à l'orée de la ville, de retrouver des cadavres exsangues, le teint livide et figé dans une expression de terreur. Bien que les autorités mirent cela sur le dos d'une bande de tueurs fous, d'autres assassinats, plus inquiétant encore, touchèrent les routes reliant la ville aux zones environnantes. Sur l'une d'entre elle, les victimes étaient, quant à elles, réduites en morceaux, comme si leur chair leur avait été arrachée, grattée et mâchée jusqu'à l'os. Conscient que de tels événements n'avaient rien de naturel, les dirigeants de la ville se tournèrent vers un groupe de la dernière chance, des êtres versés dans la magie et le surnaturel, dont les capacités leur permettaient de faire face à cette nouvelle menace: Ecclesia.

Dès lors, ce fût le début d'une longue guerre secrète entre les combattants de l'Eglise et ces mystérieux tueurs qui n'avaient absolument rien d'humain. Bien entendu, dans un souci de contrôle et afin d'éviter de répendre le bruit d'une potentiel menace 'inhumaine', les dirigeants signèrent un pacte avec l'Eglise, garantissant à la fois l'aide de cette dernière, mais aussi le silence de ceux qui contrôlaient la ville, du maire en passant à la fois par le conseil municipal et l'armée. Tous se devaient de ne jamais révéler les véritables activités de l'Eglise au sein de Santa Carla.

Les archives ne nous en disent toutefois pas plus et aussi étrange que cela puisse paraître, beaucoup d'entre elles furent déclarées manquantes, comme si quelqu'un voulait empêcher que l'affaire ne fasse grand bruit. Cela ne bloqua pas pour autant l'extension de la ville, qui vivait à la fois de ses nombreux commerces, mais aussi de la criminalité, dorénavant.


   




21ème siècle 

Les années ont longuement passée, et se sont perdues à jamais dans le temps, laissant de nouveaux événements se juxtaposer aux autres. Ce qu'on pourra dire, c'est que ce nouveau siècle aura été riche en surprises inattendues. Là où beaucoup ne parièrent aucunement sur le développement de la villes, d'autres prirent le risque de croire à l'existence et l'expansion d'un possible eldorado.

C'est finalement ce qui arriva. Santa Carla devint, avec les années, l'une des villes les plus riches et les plus développée économiquement. Ce qui n'était, autrefois, qu'une petite cité portuaire et minière se transforma bien vite en une zone riche et étendue en activité, en découverte quoique que gangrenée par la criminalité à partir de 1984. Bien que la guerre secrète menée par Ecclesia continuait son cours dans le plus grand secret, l'humanité apprit à faire face à la pire menace qu'elle eut à affronter: Elle-même.

Les réseaux s'étaient étendus, enserrant leur emprise sur les nombreux quartiers, provoquant à la fois peur, affrontements et décès "prématurés". Il n'était pas rare, de nos jours, de parler de "Santa Carla la maudite", ou encore, "Santa Carla, le ville de la Faucheuse" à cause des nombreux réseaux criminels ainsi que la présence des familles mafieuses tentant d'appliquer leur propre conception de la "loi".
La famille la plus puissante (Et surtout la plus présente.) avait été celle des O'Shea, menée par le vieux César, un homme influent, puissant et sans aucune pitié. Par une longue guerre d'usure, César avait réussi à faire plier de nombreuses familles ainsi que les quelques clans présents en ville et leur offrait la seule et unique possibilité qu'ils avaient si ils souhaitaient rester en vie. Le petit jeu de Cesar dura de nombreuses années et beaucoup constatèrent l'escalade de violence et de corruption qui détruisait peu à peu la ville. Bien des habitants virent leur silence acheté. Ceux refusant de se taire étaient, quant à eux, souvent retrouvés morts à leur domicile, quand ils n'étaient pas témoins de l’assassinat tout entier de leur famille. La police, dépassée, se laissa finalement acheter à son tour et se rendit complice par son silence, des nombreux actes odieux des O'Shea.

L'Eglise, bien trop occupée dans sa lutte avec les créatures, ne se soucia point des affaires humaines et détourna volontairement le regard, par dédain, diront certains. D'aucuns répondront surtout par mépris des infidèles à la cause de Dieu, principalement mais cela dura jusqu'à l'apparition d'un singulier personnage, un combattant de la dernière chance, qui renversa le cours des événements. Peu connaissaient son nom mais celui-ci avait décidé de se lancer dans une guerre qui dura de nombreuses années entre les nombreuses branches criminelles de la famille O'Shea et cet étranger aux méthodes brutales et expéditives. Ses actions, bien que peux orthodoxes et d'une violence très discutables attirèrent à la fois le regard de la police locale mais aussi de personnes sortant de l'ordinaire. Bien que cette guerre se soit aujourd'hui terminée avec la mystérieuse exécution de Cesar O'Shea, celle-ci s'est ouverte sur de très nombreuses conséquences: Baisse de la criminalité, réouverture de nombreux quartiers abandonnées et mise en demeure de nombreuses entreprises en lien avec les quelques réseaux criminels autrefois présents. L'exemple le plus flagrant aujourd'hui reste celui de la zone nord, autrefois en ruine, et devenue, après la chute des familles mafieuses, le secteur le plus florissant de la ville, car étant le plus ouvert au tourisme. Les profits générés par les activités de la zone nord permirent petit à petit à la ville de se remettre de nombreux traumatismes mais peu savaient que dans l'ombre, un mystérieux bienfaiteur gardait un œil sur ce que sa propre présence avait engendré.

Santa Carla avait vite retrouvé sa réputation de ville paradisiaque.....du moins, temporairement car si une menace avait disparue, une autre avait très vite fait son apparition et celle-ci ne ressemblait à rien de ce que les habitants actuels avaient pu vivre. Je pourrais vous en dire un peu plus mais cela serait bien long et d'autres chapitres n'ayant pas leur place ici, je ne peux les scripter dans ce tome. Mais n'ayez crainte car il y'a encore bien des choses à dire. 

C'est ici que ce chapitre se termine. Je ne dis pas que l'histoire est terminée, loin de là, mais je pense que nous avons tous, à notre manière, une pierre à apporter à un édifice continuellement en construction.
Santa Carla est une ville ancrée dans de nombreuses légendes, bercée par des histoires sortant du commun des mortels et il ne tient qu'à vous de découvrir son passé pour mieux bâtir son futur. Bien sûr, de très nombreuses pages ont disparues mais on raconte.....on dit qu'elles sont toujours là, à attendre qu'on les découvre, qu'on révèle leur contenu. Il y'a bien sûr, de nombreuses façons de les trouver et je ne doute pas que vous redoublerez d'ingéniosité afin de percer les mystères de Santa Carla, de sa région......et de ce monde tout entier.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniquesdeneredia.forums-actifs.net
 
L'Histoire de Santa Carla
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Carla Radames
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques de Neredia :: Il y a un début à tout :: Bienvenue à Santa Carla - Contexte-