Mémoires d'une Dunpeal
lienlien
  

  

  



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mémoires d'une Dunpeal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

La Vengeance Incarnée

La Vengeance Incarnée

Messages : 169
Date d'inscription : 03/11/2013
Age : 28
Localisation : Santa Carla
Emploi de votre personnage : Traqueuse de Vampires / Travaille pour l'Agence à temps partiel

Feuille de personnage
Feuille de caracteristiques:
Pierres d'âmes:
38750/1000000  (38750/1000000)
Limite:
10/100  (10/100)
MessageSujet: Mémoires d'une Dunpeal   Dim 14 Fév - 4:27

PROLOGUE


La faim se faisait de plus en plus pressante, au point que l'homme sentait la Bête sur le point de prendre le contrôle. Ce n'était plus qu'une question de temps, il lui fallait faire vite. Maudits soient les Ecclésiastes ! Depuis leur descente à la Clinique de sang, il était devenu trop risqué pour les vampires de la haute de s'y approvisionner. Et comme si ça ne suffisait pas, voilà qu'ils quadrillaient la ville, obligeant le Lieutenant de la Reine à se retrancher dans les bas-fonds, contraint de se rabattre sur ce qu'il nommait la "vermine de Santa Carla".
Pestant tout bas contre cette sale engeance, il s'interrompit brusquement en sentant flotter dans l'air l'odeur du sang. Une odeur qui, curieusement, lui semblait bien plus attirante que ce qu'il avait pu humer jusqu'à présent. Une odeur de femme, c'était certain, mais ... avec quelque chose de différent qu'il n'aurait su définir précisément.
Oubliant toute forme de prudence, il s'avança vers son origine. Rien de moins qu'une prostituée ... Plutôt décevant, au premier abord ... Mais elle n'était pas en train de faire le trottoir, comme on aurait pu le penser. Alistair s'avança à sa rencontre, comme attiré irrésistiblement ...

Patricia Looman était étendue sur un brancard, assisté par deux infirmiers qui s'apprêtaient à la transporter dans l'ambulance. Cela faisait un moment que les contractions avaient commencé, et le bébé n'allait plus tarder à montrer le bout de son nez. La future mère était partagée entre joie et inquiétude. La joie à l'idée d'entendre le premier cri de son enfant, et l'inquiétude quant à son avenir. Les services sociaux l'avaient averti ; si elle voulait garder sa fille, il lui faudrait repartir de zéro et oublier le monde de la drogue et de l'argent facile. Elle était restée clean durant sa grossesse, non sans beaucoup de mal, et elle sentait bien que les épreuves seraient nombreuses et difficiles. La jeune femme était cependant résolue à tous les sacrifices pour apporter à son enfant la vie qu'elle n'avait jamais eu. La vie qu'elle n'avait jamais eu ... Comment pouvait-elle se douter un instant que sa vie serait bien loin de tout ce que sa mère espérait pour elle ? En l'espace de quelques secondes, tout bascula ...

Les infirmiers s'écroulèrent soudainement, les cervicales brisées par une ombre se mouvant bien trop rapidement pour être distinguée par l'œil humain. A peine Patricia réalisait ce qui venait de se passer que l'ombre s'immobilisait à ses côtés, laissant apparaître un homme d'une cinquantaine d'années, bien que son regard laissait croire qu'il était bien plus âgé. Malgré la douleur et la peur, elle eut tout de même la force de lui demander qui il était et ce qu'il voulait. Ce n'était pas dans les habitudes d'Alistair de parler avec sa nourriture, mais il daigna tout de même lui répondre.

" N'aie crainte, je ne suis là que pour mettre fin à tes souffrances ... "

Le vampire se pencha sur elle, une lueur affamée dans ses yeux teintés de rouge. Patricia hurla sous la douleur alors qu'il la mordait au cou pour s'abreuver. Elle eut beau se débattre en criant, son agresseur ne lâchait pas prise et continuait de la vider de son sang. Ses forces l'abandonnaient lentement, lui faisant comprendre que c'était la fin. Mais si la jeune femme cessa de lutter, ce fut pour concentrer ce qui lui restait d'énergie pour mettre son enfant au monde. Une tâche qui lui parut bien plus facile quand l'individu relâcha brusquement son emprise, victime à son tour d'une attaque par des Chasseurs d'Ecclesia attirés par les cris de la jeune femme.

Brûlé par les projecteurs à U.V, Alistair jugea préférable de battre en retraite en disparaissant dans la nuit. Il s'était suffisamment nourri et avait retrouvé une bonne partie de son énergie. Une fois assez éloigné du danger, il se rendit compte alors de l'étendue des conséquences qu'entraînerait son acte de ce soir. L'enfant ... il venait de créer un sang-mêlé ... Qu'allait en penser sa Reine quand elle l'apprendrait ? Le vampire tenta toutefois de se rassurer alors qu'il reprenait sa route ; avec un peu de chance, l'enfant ne survivrait pas, et dans le cas contraire, il n'aurait qu'à se charger de son cas ...

Les Ecclésiastes se trouvaient à présent au chevet de Patricia après avoir mis en fuite son agresseur. Le poursuivre était vain, il était bien trop rapide, et la priorité était de sauver la jeune femme. Mais ils durent bientôt se rendre à l'évidence ; sa blessure était bien trop grave pour qu'elle y survive, d'autant plus qu'elle avait refusé leurs soins, les suppliant de l'aider à mettre au monde sa fille. Sa fille qu'elle put tenir quelques instants, le sourire aux lèvres malgré la vie qui se retirait petit à petit de son corps.

" Luna ... Elle s'appelle Luna ... "

Ce furent ses derniers mots  avant qu'elle ne rende l'âme. Le sort du bébé était fixé ; les Chasseurs n'avaient d'autre choix que de la confier aux services sociaux, qui se chargeraient de lui trouver une famille d'accueil. Un destin que tous les enfants privés de parents connaissent. Mais celui de la petite Luna se révélerait très différent. Il lui faudra cependant attendre douze années avant de recevoir l'héritage transmis par Alistair ...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La Vengeance Incarnée

La Vengeance Incarnée

Messages : 169
Date d'inscription : 03/11/2013
Age : 28
Localisation : Santa Carla
Emploi de votre personnage : Traqueuse de Vampires / Travaille pour l'Agence à temps partiel

Feuille de personnage
Feuille de caracteristiques:
Pierres d'âmes:
38750/1000000  (38750/1000000)
Limite:
10/100  (10/100)
MessageSujet: Re: Mémoires d'une Dunpeal   Lun 28 Mar - 10:47

A CAUSE D'UN CITRON


L'éveil est un passage inévitable chez les enfants en bas-âge. Durant cette période, ils s'intéressent de très près à leur environnement, quitte à parfois être confrontés à des expériences désagréables. Ma fille, maintenant âgée d'un an, ne faisait pas exception à la règle, et allait bientôt apprendre sa première leçon de vie : la curiosité pouvait se révéler être un vilain défaut. Je n'ai pas vu de mes yeux la partie qui va suivre, aussi me suis-je permise de laisser aller mon imagination en écrivant ces lignes, en me basant sur le caractère des protagonistes.

Ce jour-là, j'avais laissé Arioch quelques instants à l'Agence, le temps de régler son compte à un vampire qui s'amusait à semer le trouble à quelques rues d'ici. La seule personne présente à ce moment-là était Deimos Hellhammer, et on ne pouvait pas dire que c'était une grande histoire d'amour entre lui et la petite.

Tout avait commencé lorsque l'attention de ma fille s'était focalisée sur un morceau de citron, tout ce qu'il y a de plus banal. Oui, je sais, ça peut prêter à rire, balancé comme ça. Mais qui vous dit que ce n'est pas le but ? Après tout, ce n'est pas parce que nous sommes des traqueurs de vampires et d’autres saloperies, que notre quotidien se doit d'être forcément sombre et morose. Enfin bref, je ne vais pas m'attarder davantage là-dessus, vous découvrirez tout ça par vous-même.

Où en étais-je, déjà ? Ah oui, ça me revient !

Arioch avait donc tendu le bras en babillant vers l'objet de son intérêt, comme à chaque fois qu'elle convoitait quelque chose. Son geste n'avait pas échappé au fondateur de l'Agence Black Cat, qui avait vu là une occasion de s'amuser aux dépens de la petite.

" C'est ça que tu veux, la mioche ? "

Elle avait acquiescé par un sourire, les yeux pleins d'espoir. Un sourire qui se transforma bien vite en grimace alors que son palais rencontrait la saveur un peu trop acide du fruit jaune. Lorsque je revins à l'Agence en même temps que mon compagnon lycanthrope, ce fut pour découvrir notre fille en pleurs, et un Deimos flottant dans les airs en vociférant.

" PUTAIN !! DIS A TA CONNASSE DE MOME DE ME FAIRE REDESCENDRE !!! "

" Qu'est-ce que tu lui as encore ... "

" C'EST MA FILLE QUE TU TRAITES DE CONNASSE, L'ATROPHIE DE SERVICE ??? "

" Et ça y est, c'est reparti ... "

" PAS MA FAUTE SI CETTE MORVEUSE A DES GOUTS DE CHIOTTE COMME SON CLEBARD DE PERE !!! "

 Si on me payait à chaque fois que je voyais ces deux-là se mettre sur la gueule, il y a longtemps que je serais millionnaire. Il ne se passait pas un jour sans qu'ils ne fassent usage d'un langage très fleuri. Je savais d'emblée qu'il était inutile d'intervenir, allez donc tenter de raisonner un Lycan et un Démon en plein règlement de compte, vous y laisseriez des plumes. Je pris donc une Arioch toujours en larmes dans mes bras, et m'apprêtais à quitter la pièce.
 
" JE T'INTERDIS DE TE BARRER AVANT QU'ELLE M'EST FAIT DESCENDRE !! "

" Okay, c'est demandé si gentiment ... Arioch, ma puce, tu veux bien le faire descendre, s'il te plaît ? "

"NON, PAS COMME CA !! AAARGH !!! "

C'est ce qui s'appelait "tomber de haut". Deimos venait de s'écraser comme une merde sur le sol, après une chute de trois mètres. Evidemment, Karno en profita pour l'attraper par le col et lui mettre une branlée monumentale. Quiconque s'en prenait à sa fille n'en sortait pas indemne. J'aurais pu être également de la partie, mais il y avait Arioch à calmer en priorité, sans compter qu'Ophelia n'était pas là pour prendre le relais. Après moi et son père, c'était la plus à même de veiller sur la petite. Je ne me faisais pas de souci pour ces deux-là. Comme dit précédemment, ce n'était pas la première fois que ce genre de scène se produisait au sein de l'Agence. Aucune inquiétude à avoir, ils n'iraient pas jusqu'à s'entre-tuer, et en seraient seulement quitte pour quelques bosses et égratignures. Levant les yeux au ciel en soupirant, je pris congé de ces deux idiots, complètement blasée.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La Vengeance Incarnée

La Vengeance Incarnée

Messages : 169
Date d'inscription : 03/11/2013
Age : 28
Localisation : Santa Carla
Emploi de votre personnage : Traqueuse de Vampires / Travaille pour l'Agence à temps partiel

Feuille de personnage
Feuille de caracteristiques:
Pierres d'âmes:
38750/1000000  (38750/1000000)
Limite:
10/100  (10/100)
MessageSujet: Re: Mémoires d'une Dunpeal   Jeu 29 Sep - 2:34

PRISONNIERE DU NEXUS



Le noir total .... le silence absolu .... Depuis combien de temps suis-je allongée là, dans ma prison de ténèbres ... ? Je ne saurais le dire. Et quelle importance, d'ailleurs ? Arioch, Karno .... morts. Ils me les ont pris. Pourquoi continuer à lutter ... ? A mon tour, j'attends que la mort vienne me cueillir ... mais elle ne vient pas. Ils ne le permettront pas. Telle est ma punition pour avoir voulu protéger ma fille; souffrir de la perte des miens pour l'éternité .... Je ferme les yeux, me perdant dans mes souvenirs pour tenter d'atténuer la douleur ....



Bien plus tôt ...

" Comment va t'elle ? "

" Bien, heureusement. Elle vient tout juste de s'endormir. "

Je me relève après avoir allongé Arioch dans son berceau, et reste immobile à la contempler, repensant à notre affrontement face aux membres du Consortium. Karno me rejoint et je me laisse aller contre lui alors qu'il m'entoure de ses bras. Nous restons un bon moment l'un contre l'autre sans dire un mot, regardant notre fille dormir à poings fermés, comme si rien ne s'était passé. Puis je finis par briser le silence, inquiète de la suite des évènements.

" Que va t'il se passer, maintenant ? On a enfreint les lois des Antédiluviens, ils ne vont certainement pas apprécier en l'apprenant .... "

[color:7539=#darkgrey]" Rassure-toi, tout ce qu'on risque, c'est de se faire taper sur les doigts. Nous n'avions pas le choix, ces salopards étaient sur le point de tuer Arioch. Ils seront obligés .... "

Mon compagnon n'a pas le temps de finir sa phrase que nous disparaissons.

" ....d'en tenir compte....  Bordel, qu'est ce qui s'est passé ? On est où, là ?? "

" La question n'est pas où vous êtes, mais ce que vous faites là, Lycan ! "

Un moment désorientée, je tourne la tête vers celui qui vient de prononcer ces mots. Mes poils se hérissent sur tout mon corps lorsque je reconnais ceux qui nous font face ; le Triumvirat au grand complet ... Tout cela ne présage rien de bon .... Mes craintes se confirment alors que Selmak, l'Antédiluvien chargé de contrôler le flux de l'Ordre sur Neredia, reprend sur sa lancée.

" En ôtant la vie d'êtres humains, vous vous êtes rendus coupable .... "

" On ne faisait que protéger .... "

" SILENCE !!! Vous n'êtes pas autorisés à prendre la parole ! Vous vous êtes rendus coupable de violation envers votre serment de Chasseur. Par conséquent, notre verdict .... "

" Votre verdict ? C'est quoi ce procès ? Vous ne nous laissez même pas assurer notre défense ! "

Leur réaction suite à l'intervention de Karno ne se fait pas attendre. Sans crier gare, une force invisible nous fait mettre genou à terre, pendant que des liens apparaissent, nous entravant les poignets derrière le dos. Impossible de les casser, plus nous résistons, plus ils se resserrent. Je vois à leurs regards que leur verdict était déjà rendu, et ce bien avant que nous comparaissions devant eux. Etait-ce toutefois si surprenant venant d'êtres dont la puissance dépassait toute celle des créatures de Neredia ? Un tel pouvoir monte facilement à la tête, et c'était précisément ce qui se produisait en ce moment-même.

" JE VOUS AI DIT DE NE PAS M'INTERROMPRE !!!  Par conséquent, notre verdict est le suivant ; vous êtes condamnés à un emprisonnement à vie dans le Nexus, sans aucun contact avec l'extérieur, ni entre vous deux. En ce qui concerne votre fille, nous avons conclu qu'elle était trop dangereuse pour être laissée en vie. Nous prendrons donc les dispositions nécessaires à son égard. "

Je n'ai pas le temps de réaliser la portée des mots de Selmak que je me retrouve brutalement plongée dans l'obscurité. Il me faut un moment pour comprendre que je venais d'être téléportée dans une prison du Nexus. Il n'aurait été question que de mon sort, je me serais résignée. Mais savoir que ma fille deviendrait leur prochaine cible m'était insupportable. Ma colère était à son paroxysme alors que je me ruais en hurlant vers les parois de ma prison.

" VOUS N'AVEZ PAS LE DROIT !!! CE N'EST QU'UNE ENFANT, LAISSEZ-LA TRANQUILLE !!! "

Evidemment, seul l'écho me répondit .... Je m'adossais à l'une des parois, m'efforçant de ne pas me laisser submerger par le désespoir. Tout n'était pas perdu, ma fille avait d'excellents gardes du corps. Les Chasseurs ne laisseraient pas le Triumvirat la tuer sans réagir, et avec un peu de chance, ils parviendraient peut-être à les faire revenir sur leur décision sans commettre de bain de sang ... M'accrochant à cette idée, je pris mon mal en patience et attendit, priant pour que mon enfant s'en sorte saine et sauve ....
Le temps s'écoule bien plus lentement dans ce monde, mais je ne le saurais que bien plus tard. Les mois s'écoulèrent sans nouvelles de leur part, et je finis par me persuader qu'ils avaient fini par se désintéresser d'Arioch. Je commençais à reprendre espoir malgré mes vaines tentatives pour communiquer avec Karno. Jusqu'à ce qu'un jour, une voix venant de nulle part se fit entendre, résonnant de tous côtés.

" Notre sentence s'est appliquée ! Votre enfant n'est plus ! "

Ce fut comme si mon corps venait de se briser en mille morceaux. Mon monde venait de s'écrouler en quelques secondes. Je hurle à nouveau, cognant les murs à m'en casser les doigts, les menaçant des pires tortures. Puis le désespoir remplaça peu à peu la colère au fur et à mesure que les heures s'écoulaient, et je finis par m'affaisser au sol, pleurant la mort de ma fille ....



Plus tard ....

Ils ne mirent pas longtemps pour se manifester à nouveau. Je n'avais pas encore perdu toute résistance à ce moment-là, et les abreuvais d'injures après avoir été à nouveau téléportée dans la salle du procès, si on pouvait appeller ainsi ce simulacre ... La suite démontra qu'en plus de se croire au-dessus des lois, les Antédiluviens pouvaient faire preuve d'un incroyable sadisme pour ce qui était de la torture mentale.

" Voilà ce qui arrive à ceux qui osent nous tenir tête ! "

Les images défilèrent, brutales, violentes .... Les membres de l'Agence faisant face au Triumvirat, en vain .... Deimos .... Albrecht .... Ophelia .... aucun survivant. Tous baignant dans leur sang. Arioch, qui pleure alors qu'on l'arrache de son berceau. Si petite, si vulnérable. N'ont t'ils donc aucune pitié ? Nous haissent t'ils donc tant que ça pour briser leur serment, celui de ne jamais interférer directement dans les affaires des habitants de Neredia ? Je hurle de douleur lorsque le poignard s'enfonce dans le cœur de ma fille, et les supplie d'arrêter tout ça avant de tomber à genoux, le corps secoué par les sanglots. Darkhen, maître du flux de la Mort, me releva sans ménagement, m'obligeant à regarder les scènes de massacre jusqu'au bout. Puis ce fut le retour dans le Néant ....



Actuellement ....

Ils ont continué, encore et encore, jusqu'à briser chaque parcelle de mon esprit. Ils n'ont pas épargné Karno, me laissant seule survivante. Je n'ai plus la force de me battre .... mon corps n'aspire qu'à une chose ; se reposer pour l'éternité. Mais leur sadisme n'a pas de limites, et ils ne cessent de prendre plaisir à me tourmenter. J'ai fini par m'y habituer, et mon manque de réaction semble les agacer .... peut-être arrêterons t'il un jour leurs jeux pervers et me laisseront t'ils enfin mourir ....


Le vent sur mon visage me fait ouvrir à demi les paupières. La lumière du soleil m'aveugle, après tant d'années passées dans les ténèbres .... Ma vision reste floue, mais je peux distinguer des silhouettes tout près de moi. Je ne comprends pas ce qu'elles me disent, mais je reconnais leurs voix .... ainsi que le babillement d'une petite fille. Ophelia .... Arioch ! Ils sont donc tous en vie ! L'espoir disparut bien vite. Mensonges .... tout ceci n'était que mensonges et illusions ! Les Antédiluviens avaient trouvé un nouveau moyen de me torturer .... mon esprit brisé ne voyait pas d'autres explications. Je les suppliais, prête à leur donner ce qu'ils voulaient pour qu'ils me laissent en paix.

" Arrêtez ça .... vous n'en avez pas eu assez .... ? "

Ma voix n'est qu'un murmure .... je me sens si faible, plus faible que je ne l'étais jusque-là .... Le Nexus me gardait en vie, mais je la sens malgré tout quitter mon corps peu à peu ....  Sans doute se sont t'ils enfin lassés de moi et ont t'ils décidés d'en finir, comme ils l'ont fait avec Karno .... J'esquisse un sourire, heureuse de voir la fin de mon calvaire. J'allais bientôt retrouver les miens .... Je referme les yeux et me laisse sombrer, sourde aux appels qui criaient mon nom ....

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La Vengeance Incarnée

La Vengeance Incarnée

Messages : 169
Date d'inscription : 03/11/2013
Age : 28
Localisation : Santa Carla
Emploi de votre personnage : Traqueuse de Vampires / Travaille pour l'Agence à temps partiel

Feuille de personnage
Feuille de caracteristiques:
Pierres d'âmes:
38750/1000000  (38750/1000000)
Limite:
10/100  (10/100)
MessageSujet: Re: Mémoires d'une Dunpeal   Dim 2 Oct - 14:43

QUAND VIE ET MORT SE CROISENT


Je me trouvais dans la salle de repos de l'Agence lorsque Arioch décida de montrer le bout de son nez. Allongée sur l'un des canapés, je tentais de me concentrer sur les pages d'un bouquin, plus pour m'occuper l'esprit que pour faire de la lecture. Mais en vain. Mes pensées revenaient sans cesse aux récents événements...  Plus précisément le soir où Cassandra Raven, la Reine des Vampires, avait débarqué sans crier gare dans l'Agence, un sourire mauvais aux lèvres, pour me dévoiler que la naissance de mon enfant causerait ma mort ....

Je refermais mon livre d'un geste sec et me laissais tomber en arrière sur les oreillers en poussant un soupir agacé. Un confort que m'avait imposé Karno depuis qu'il m'avait surpris en plein état de faiblesse, malgré mes efforts pour le lui cacher. J'avais tout de même eu gain de cause concernant les couvertures, après les lui avoir renvoyés à la figure en lui balançant d'aller se faire foutre. J'avais beau être épuisée par la grossesse qui me pompait toute mon énergie, je refusais qu'on me traite comme une petite chose fragile. Personne n'avait rit malgré la situation qui s'y prêtait, même Lita et Daxius, qui étaient loin de me porter dans leur coeur. Tous savaient ce qui m'attendait une fois que mon enfant serait né .... Quiconque avait ôté la vie d'êtres humains, qu'il s'agisse ou non de pourritures, était condamné à finir en bas ... Et c'était précisément mon cas. Alma m'avait mise en garde contre ça, mais je ne l'avais pas écouté, jugeant que des personnes capables de s'en prendre à des gosses n'étaient pas dignes de vivre. Raven devait bien jubiler en ce moment .... Quelle plus belle vengeance que de savoir son pire ennemi brûler dans les flammes de l'Enfer pour l'éternité .... ?

Mon regard se perdit dans le vague en repensant à nos réactions face à cette vérité. Pauvre Karno .... il avait passé des nuits entières sans dormir, plongé dans les grimoires de Daxius, cherchant à tout prix un moyen de m'éviter un tel sort. Il ne le montrait pas, mais je voyais bien qu'il était dévoré par la culpabilité. Ce n'était pas un scénario à la Twilight ; il ne suffisait pas d'une simple morsure pour que j'y réchappe, ça aurait été bien trop facile. Mais tout espoir n'était peut-être pas perdu....



Quelques jours plus tôt ...

Karno à mes côtés, j'exposais mon plan à Daxius et Deimos. J'avais beaucoup réfléchi de mon côté, trop effrayée par ce qui m'attendait pour arriver à dormir. Puis un événement m'était revenu en tête. Je connaissais quelqu'un qui était revenu des Enfers .... Quand j'eus terminé, tous m'observèrent en affichant une mine inquiète et sinistre. Le leader de l'Agence fut le premier à briser le silence.

" Tu te doutes bien que ce n'est pas sans risques. Il y a cependant beaucoup de choses que tu ignores .... Tout d'abord, sache que je n'en suis pas sorti indemne, et il en sera de même pour toi. Même si tu en réchappes, tu seras marquée à vie. Oh, bien sûr, nous pourrons effacer tes souvenirs, mais ce ne sera que temporaire. Et je te prédis d'avance des nuits très agitées pour le restant de tes jours. Deuxièmement, ouvrir un Portail est très risqué. Les Démons le sentiront, et ils n'attendront pas une invitation pour débarquer dans notre monde. De plus, si le rituel est mal exécuté, l'accès ne s'étendra pas uniquement sur la zone, mais également sur le monde entier. Si jamais je vois que ça tourne mal, je n'hésiterais à refermer le Portail, quitte à te laisser là-bas, ainsi que toute personne qui sera allée te chercher .... "

J'acquiesçais d'un mouvement de tête, accusant le coup suite à son discours. J'étais consciente qu'il y aurait forcément des risques, mais je ne m'attendais pas à l'ampleur des dégâts qu'ils pouvaient provoquer en cas d'échec. Et ce n'était pas terminé ... Ce fut au tour de Daxius de prendre le relais.

" Il y a encore une chose que tu dois savoir. On ne revient jamais tout à fait seul des Enfers. Ce que je veux dire par là, c'est que tout comme Deimos, tu pourrais à ton tour être victime d'Emergence, son équivalent du moins .... La Bête que tu as en toi évoluera, devenant une personnalité à part. Toutes tes précautions ne suffiront plus à la contrôler. Ton caractère changera, et tu pourrais non seulement représenter un danger pour toi-même, mais également pour nous tous. On peut cependant la bloquer, j'y travaille d'ailleurs depuis plusieurs années mais en me servant de Démons comme cobaye. Etant une hybride, j'ignore totalement quelles seraient tes réactions .... "

Encore un coup dur .... Après toutes ces révélations, je n'étais plus aussi sûre de vouloir mettre mon idée à profit. S'il n'y avait eu que moi, j'aurais insisté ... Mais en cas d'échec, c'est Neredia tout entier qui risquait d'y passer .... Entre une vie et des millions, le choix était vite fait.

" Le risque est bien trop grand, oubliez ça .... "

" Je me chargerais d'aller la chercher .... seul. Si jamais les choses venaient à dégénérer, vous saurez  quoi faire. "

Karno, évidemment .... Je m'attendais à ce qu'il tienne ce genre de discours, mais refusais de le voir entreprendre une telle expédition. Le fusillant du regard, je n'hésitais pas à lui dire le fond de ma pensée.

" T'es bouché ou quoi ? Tu les as entendu, ce n'est pas une promenade de santé ! Qui s'occupera de notre fille si tu te retrouves coincé en bas ? C'est hors de ...."

Un vertige me saisit, m'obligeant à m'asseoir sous l'oeil inquiet de mon compagnon. Mais je refusais son aide, furieuse contre lui. Autant parler à un mur ... Il pouvait se montrer aussi têtu que moi quand il le voulait. Et lui tenir tête me fatiguait. Voyant mon état, Karno nous suggéra d'en reparler, plus tard, mais je ne l'entendais pas de cette oreille. Tout comme Deimos .... Je me souviendrais toute ma vie des paroles qu'il eut à mon égard, et ma haine pour lui aujourd'hui est toujours présente.

(*) " Je voudrais te poser une question. Quel intérêt aurions-nous à aller rechercher ta petite tête en Enfer? Qu'est-ce que tu es, toi, à part une suceuse de tampax apparue du jour au lendemain et dont ce clébard ici présent, s'est épris? "(*)

Autant vous dire que je ne m'attendais pas à une telle répartie. Je m'empourprais et ouvris la bouche pour répliquer, mais il ne m'en laissa pas le temps et reprit sur sa lancée, de plus en plus virulent.

(*)" Pourquoi monter une telle opération, dis-moi? Après tout, ton degré d'importance n'est pas aussi développé que pour chacune des personnes présentes ici. Tu n'es, au final, qu'une vampire de plus dont la place n'est pas dans ce royaume. Voilà mon avis, et je ne me vois pas risquer la vie de mes employés ni même celles des habitants pour une nana qui n'a pas su se renseigner avant d'écarter les cuisses."(*)

Tous le regardèrent, sous le choc, moi y compris. Deimos n'était pas réputé pour son tact, mais c'était bien la première fois que je le voyais aller aussi loin dans ses paroles. Je réussis toutefois à me reprendre et à répliquer d'une voix cinglante, tout en m'efforçant de garder mon calme.

" Tu ne manques pas de culot, dis-moi ! Dois-je te rappeler que toi aussi, tu es revenu de l'Enfer ? Ca ne te dérangeait pas que ta chère Amélia risque sa vie pour te ramener d'entre les morts ! "

(*) " ILS AURAIENT DU M'Y LAISSER !!! Ces imbéciles ont transgressé les règles qui disaient de ne rien tenter dans le cas où j'aurai été tué ou ramené en bas ! Et la règle est on ne peut plus simple : une fois mort.... on ne revient pas. " (*)

Le ton commençait à monter entre nous deux. Karno m'avait prévenu qu'un jour je verrais à quel point Deimos pouvait se révéler la pire des raclures. Il semblerait bien ce jour soit arrivé.

" Je n'en attendais pas moins d'un ancien suppôt de Lucifer ... "

(*) " Tu n'en attendais pas moins? Quelle mesquinerie de ta part, mon enfant. Aussi jeune et aussi idiote, je n'en attendais pas moins également. Connais-tu notre différence? Je vais te la dire: moi, j'ai choisi ce que je suis devenu. Je l'assume et je l'assumerai jusqu'au bout. Je suis devenu le Seigneur Guerrier de Sang, le Marcheur des Enfers, l'Exterminateur des Titans. Je suis ce que je suis. Mais toi ...... non. Tu n'as pas choisi et tu assumes encore moins ce que tu es car sinon, jamais.....JAMAIS TU N'AURAIS ECARTE LES CUISSES POUR CET IDIOT!!!! Tu as accepté d'écarter les jambes, de t'offrir à lui .... et ce faisant, tu as embrassé ta destinée. Alors si je puis me permettre de te donner un conseil avisé: accepte ce que tu as fais, cela vaudra mieux pour nous tous. " (*)

Ce furent les mots de trop.

" VA TE FAIRE FOUTRE !!! "

Une salve d'éclairs jaillit de mes paumes, envoyant s'écraser Deimos contre le mur. Karno, également hors de lui, prit la relève en lui décochant une volée de coups de poings, tandis que Daxius semblait dépassé par la situation, ne sachant que faire pour calmer le jeu. Je ne pus continuer de lui faire payer ses paroles venimeuses ; déjà affaiblie, mon geste termina de m'achever et je sombrais dans l'inconscience, non sans ayant eu le réflexe de protéger mon ventre.


Karno s'était chargé de me transporter hors de la pièce. J'appris par son intermédiaire que Daxius et Deimos avaient eu une violente engueulade par la suite. Quel en avait été le contenu, il l'ignorait, mais il était facile de deviner que le leader de l'Agence lui avait tenu le même genre de discours. Le Sorcier avait passé une semaine plongé dans le mutisme. Quant à moi .... rares sont les fois où je me suis mise à pleurer, mais je n'avais pu retenir mes larmes ce jour-là, alors que je me laissais aller contre mon compagnon qui m'avait serré dans ses bras sans mot dire. Pas à cause de la violence de ses paroles, mais en raison de la vérité qui s'en dégageait, à savoir qu'au final, je ne verrais jamais ma fille grandir. Mais au moins, elle vivrait, et c'était ça le plus important. Même si elle ne connaîtrait jamais sa mère, il lui restait son père, qui saurait la protéger et l'aimer.



Actuellement ....

J'émergeais de mes pensées en souriant, et passais doucement ma main sur mon ventre. Plutôt paradoxal ... J'avais ôté bien des vies, et voilà que je donnais la mienne pour l'offrir à mon enfant .... Le sort qui m'attendait m'effrayait toujours, mais j'avais fini par m'y résigner. Contrairement à Karno .... Il ne le disait pas, mais je savais bien qu'il n'avait pas abandonné l'idée de l'expédition. Et il esquivait le sujet à chaque fois que je tentais de lui en parler ... Voilà pourquoi tout espoir n'était peut-être pas perdu me concernant, bien que j'espérais toutefois que les autres Chasseurs parviennent à l'en empêcher. Je ne voulais pas qu'il paye lui aussi pour mes erreurs, et Arioch aurait besoin de lui ....

Une violente douleur m'arracha une exclamation, aussitôt suivie par les contractions .... le travail commençait ! Paniquée, je tentais de me relever en même temps qu'Ophelia entrait dans la pièce. Pas besoin de mot pour lui expliquer, elle le comprit immédiatement et se hâta de m'accompagner jusqu'à l'infirmerie, intimant à Albrecht après l'avoir croisé au détour d'un couloir d'aller prévenir Daxius et Karno de la situation. L'Ange m'aida à m'allonger tandis que je m'efforçais de me remémorer tout ce que j'avais appris concernant les accouchements. Ce qui n'était pas chose aisée avec les contractions qui se chargeaient de me ramener à la réalité ! On m'avait baratiné que ça prenait en général une dizaine d'heures .... pour les humains lambda. En tant qu'hybride, il était fort possible que cela prenne moins de temps. Et évidemment, la suite me donna raison ...

Karno débarqua au bout de dix minutes, au moment même où je perdais les eaux, suivi par Albrecht et Daxius, et se précipita vers moi le regard livide. Je tentais de le rassurer d'un sourire en pressant ma main sur la sienne, malgré les contractions qui s'accéléraient. Le travail prit deux heures, durant lesquelles tout semblait flou tant je restais concentrée à garder le peu de forces qui me restaient pour mettre Arioch au monde, alors que mon énergie vitale s'échappait lentement de mon corps.

Puis ce fut la délivrance, dans un ultime effort, dans un dernier hurlement. Je me laissais retomber sur le lit, le visage en sueur, épuisée mais souriante. Des souvenirs qui n'étaient pas les miens me revinrent en mémoire .... Ceux de ma mère donnant ses dernières forces pour me donner la vie, décédée des suites des morsures d'un Vampire. Le schéma se répétait .... Des pleurs résonnèrent à mes oreilles .... je souriais à mon compagnon, puis à notre fille qu'Ophelia venait de poser contre ma poitrine. Et ce fut la fin ... Une vie pour une vie.

Quand je rouvris les yeux, je me trouvais toujours à l'Agence, à mon grand étonnement. Mais je compris bien vite ce qui se passait à la vue de Karno hurlant auprès de mon corps inerte, qui se retourna alors que je l'appelais d'une voix lointaine, tandis que les autres affichaient une expression de surprise. J'étais bel et bien morte, réduite à l'état de fantôme. Je n'eus pas le temps de rajouter autre chose que d'autres hurlements à glacer le sang se firent entendre. Une dizaine d'ombres noires surgirent de tous côtés, sans cesser leurs cris sinistres, et commencèrent à m'encercler.

" NON !!!! "

Karno tenta de s'interposer, usant de sortilèges de lumière pour éloigner les Démons des Ombres, à l'instar d'Ophelia et d'Albrecht, qui vinrent lui prêter main forte. Mais le premier n'était pas un Sorcier, et les autres n'étaient que des Anges Déchus. Même Daxius réputé pour être un puissant Sorcier, échoua. Tous ne parvinrent qu'à retarder l'échéance de quelques secondes. Les Damnés ripostèrent en faisant exploser les lampes, avant de se ruer vers les Chasseurs, leur tournant autour telle une nuée d'oiseaux, tout en leur lacérant le visage.

" ARRETEZ !!! "

Je m'agenouillais auprès de mon compagnon qui avait repris son apparence de Lycan, victime d'une attaque qui l'avait envoyé s'écraser contre le mur. Il m'était impossible de le toucher, mais je pouvais encore lui parler. Je n'avais toutefois pas beaucoup de temps ; les Ombres s'étaient détournées des Chasseurs en entendant mon injection, et se dirigeaient lentement vers moi. Karno m'adressa un regard rempli de regrets et de remords.

" C'est moi qu'ils veulent ... Prends soin d'Arioch .... Elle n'est pas responsable, pas plus que toi .... "

Ils se rapprochaient de plus en plus, leurs cris toujours plus oppressants .... Mais je refusais de fermer les yeux .... La dernière chose que je vis fut Karno s'élancer vers moi, dans une ultime tentative pour m'arracher à mon funeste destin. Mais en vain. Je pus entendre son hurlement alors qu'ils m'emmenaient en bas, accompagné des pleurs de ma fille .... Le monde que je connaissais disparut, laissant place aux Ténèbres des Enfers .....



Les deux poings du Lycan s'abattirent sur le sol, à l'endroit même où Luna venait de disparaître à jamais .... Une vérité qu'il ne pouvait accepter. Il laissa échapper un long hurlement, qui en disait long sur son profond désespoir, avant de tomber à genoux, pleurant intérieurement la perte de sa compagne. Une main se posa sur son épaule, dans un geste de réconfort, et une voix douce se fit entendre ....

" Nous la ramènerons ... je t'en fais le serment .... "

Mais le Guerrier Lunaire n'entendait pas, trop brisé par le chagrin .... Seuls les sanglots de sa fille le ramenèrent à la réalité. Il se releva, et sans un mot, sans même un regard pour les Chasseurs, prit Arioch dans ses bras et l'emmena hors de la pièce ....





(*) Je tiens à préciser que ces dialogues ont été écrits par Deimos. Etant donné qu'il a crée lui même ce personnage, il était le plus à même de faire ressortir avec autant de brio son manque d'humanité, chose dont j'en suis pour l'instant incapable. (*)

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La Vengeance Incarnée

La Vengeance Incarnée

Messages : 169
Date d'inscription : 03/11/2013
Age : 28
Localisation : Santa Carla
Emploi de votre personnage : Traqueuse de Vampires / Travaille pour l'Agence à temps partiel

Feuille de personnage
Feuille de caracteristiques:
Pierres d'âmes:
38750/1000000  (38750/1000000)
Limite:
10/100  (10/100)
MessageSujet: Re: Mémoires d'une Dunpeal   Dim 27 Nov - 17:21

TOUT A UNE FIN



" Pourquoi je ne peux pas t'accompagner ? "

" C'est trop dangereux, tu es encore loin d'être prête. Et ne discute pas ! "

J'étais sur le point de protester, mais renonçais devant le ton sévère et sans réplique d'Alma. Je la connaissais assez pour savoir d'emblée qu'il était inutile d'insister dans ces cas-là. Ses traits se radoucirent néanmoins et elle finit par esquisser un sourire en voyant mon expression renfrognée. Guère surprenant de sa part ; me voir rouspéter face à ses directives avaient toujours eu le don de l'amuser. Ne vous méprenez pas ; j'aimais beaucoup Alma. Elle m'avait tout de même tiré de la rue, et enseigné tout ce qu'elle savait. Mais cela n'empêchait pas qu'il lui arrivait parfois de m'agacer, en particulier lorsqu'elle m'interdisait de la suivre dans ses escapades nocturnes sans fournir d'explications. Ce qu'elle faisait actuellement .... Je m'étais bien gardée de dire quoi que ce soit sur ce sujet jusqu'ici, mais j'avais ce soir-là un mauvais pressentiment. Cela faisait plusieurs semaines qu'elle sortait en douce la nuit, réduisant ainsi nos traques des Vampires. Je me suis dit qu'elle avait certainement ses raisons de me tenir éloignée ; sans doute poursuivait-elle un gibier qui lui donnait trop de fil à retordre. Mais son petit jeu avait fini par m'excéder, et j'étais bien décidée à l'accompagner, quitte à la suivre à en cachette.

" Tu ne serais pas de taille à affronter cette proie. Une fois que j'en aurais fini avec elle, je te promets de ne plus te laisser sur la touche. Mais pour l'instant, tu manques encore cruellement d'expérience, et je ne me pardonnerais jamais s'il t'arrivait quelque chose. Alors sois patiente et attends mon retour. Compris ? "

Je me contentais de grommeler entre mes dents.

" Je n'ai rien entendu ! Est-ce que c'est compris ? "

"C'est compris, oui .... "

Evidemment, Alma ne prit pas la peine de me révéler l'identité du Vampire en question, et me laissa ruminer seule dans l'appartement une fois partie. De mon côté, je ne décolérais pas et décidais finalement de braver son autorité, quitte à subir ses foudres. Si ce Buveur de Sang était aussi fort qu'elle le laissait entendre, une aide ne serait pas de trop, et je pourrais toujours faire diversion au cas où les choses se corseraient, sans pour autant devoir risquer un affrontement direct. J'enfilais donc ma veste et mes bottes avant de me munir de diverses armes qui pourraient se révéler utiles, puis me hâtais de sortir avant qu'elle ne me sème. Ce qui finit évidemment par arriver au bout d'un quart d'heure à la suivre en douce de toit en toit (bien qu'il soit fort probable qu'elle m'ait remarqué dès le début de ma filature). J'avais encore beaucoup de progrès à faire en ce qui concernait la discrétion.

Renoncer aussi facilement n'était pas dans mes habitudes, et je m'entêtais à vouloir la retrouver, même si je devrais y passer toute la nuit pour cela ! Je cessais toutefois mes recherches au bout d'une vingtaine de minutes, consciente que je n'arriverais à rien si je ne faisais pas preuve d'un minimum de déduction. Si Alma avait bien l'intention de régler son compte à un Vampire, j'aurais plus de chances de la trouver en me rendant directement au Bloodstone, une boîte de nuit très fréquentée par cette sale engeance. De ce qu'on disait, le patron serait à la solde de Cassandra Raven ...

*Oh non, pas ça ...*

Cassandra Raven, la Reine des Vampires... Je comprenais mieux pourquoi elle ne voulait pas que je l'accompagne. Prise d'une peur soudaine, je fonçais à toute jambes en direction du Bloodstone, en priant pour m'être trompée dans mon raisonnement. Raven avait plus d'un millénaire dans les dents, Alma n'aurait aucune chance face à elle ! Mes craintes ne tardèrent pas à se confirmer ; des bruits de lutte accompagnés de cris se firent entendre à mesure que je me rapprochais, provenant de l'arrière-cour du bâtiment. Je tombais bientôt nez à nez sur une foule de Vampires dont l'objet de leur attention demeurait encore caché à mes yeux. Obnubilés par l'affrontement, ils n'avaient pas encore remarqué ma présence. J'en profitais donc pour me glisser discrètement parmi eux .... et me figeais d'horreur en découvrant enfin ce qui m'était dissimulé. Alma, déjà bien mal en point, aux prises avec un adversaire bien trop expérimenté, sous les huées et les rires de la horde. Je n'eus pas le temps de lui venir en aide ; nos yeux se croisèrent alors qu'elle était mise à terre, vaincue. Elle m'adressa un dernier regard désolé, me suppliant par télépathie de ne pas intervenir.  Au-dessus d’elle, la surplombant de toute sa hauteur, se tenait la Reine des vampires. Eclatant d’un rire terrifiant qui en aurait paralysé plus d’un, elle lui saisit le visage et brisa sa nuque d’un coup sec, sous les encouragements de ses sbires, qui n'avaient cessé de réclamer sa mise à mort.

Ce fut comme si le monde s'écroulait autour de moi. Pas Alma .... pas elle ! C'était impossible, ça ne pouvait pas se finir comme ça ! J'étais toujours sous le choc lorsque je me précipitais vers son corps dans un hurlement, sans me soucier que l'ennemi était toujours présent. En ce moment, je me fichais bien de savoir ce qui pouvait m'arriver. Seule comptait Alma, et je refusais de croire à sa mort. Je la secouais, la suppliant de revenir.

" Inutile, elle est morte .... "

Je sentis une poigne agripper mes cheveux, me forçant à relever la tête. Le visage face au mien, Cassandra Raven me toisa, une lueur mauvaise dans les yeux.

" Ta chère amie n'est qu'une idiote ! Elle a cru pouvoir me défier, et vois ce qu'il lui est arrivé ! Elle n'est plus qu'un cadavre qui finira dévoré par les vers ! Estime-toi heureuse ; je lui ai épargné une longue agonie ! Quant à toi .... "

Son discours venimeux resta en suspens quelques secondes. Je m'attendais à ce qu'elle me réserve le même sort, ce qui me laissait de marbre. Mourir m'indifférait, si ça me permettait de rejoindre mon mentor. Mais Raven n'avait pas l'intention de me tuer et contrairement à ce que vous pourriez penser, ça n'avait rien à voir avec un quelconque élan de générosité. Elle n'était pas Reine des Vampires pour rien, sa cruauté n'avait d'égal que son sadisme.

" ..... je pourrais mettre fin à tes jours également .... mais où serait le plaisir ? Je vois dans ton âme que tu n'aspires qu'à retrouver cette imbécile, et je n'ai pas l'intention de t'offrir ce cadeau. Te laisser  en vie avec pour seules compagnes la solitude et la souffrance se révélera bien plus jouissif. Et si tu t'avises de venir me défier, ton agonie sera telle que tu me supplieras de t'achever ! "

Elle relâcha son étreinte, non sans m'avoir avant jeté au sol. Puis, sans un regard, disparut avec toute sa horde. Je me retrouvais seule, à sangloter en serrant le corps d'Alma contre moi, refusant de la laisser ....

J'ignorais combien de temps s'était écoulé lorsque je m'aperçus de sa présence. Un homme, debout dans la pénombre, qui restait immobile à m'observer sans un mot. Non, pas un homme .... un vampire ! La tristesse disparut, laissant place à une colère sans nom. Il allait payer pour la mort d'Alma ! Aveuglée par la rage, je m'élançais vers lui, inconsciente du fait que je ne ferais pas le poids. Je lui portais un coup, qu'il esquiva sans problème, ce qui ne fut qu'accroître ma fureur. Je recommençais sans relâche, mais essuyais échec sur échec. Etrangement, il ne ripostait pas, se contentant d'éviter mes attaques, semblant attendre que je finisse par fatiguer. Puis, certainement lassé de me voir persister, m'assomma d'un seul geste .....



La fille est étendue au sol, sans connaissance, Alistair agenouillé à ses côtés. Il pourrait la tuer, en finir une bonne fois pour toutes, et sa Reine n'aurait jamais eu vent de son erreur. Elle semblait si vulnérable qu'il lui serait facile de l'éliminer sans qu'elle ne puisse opposer la moindre résistance. Cela paraissait si simple, alors pourquoi ne pouvait-il s'y résoudre ? Lentement, il approcha ses mains de la gorge de la fille.

Fais-le ....

Il hésita, déchiré entre deux partis. Puis il retira ses mains, souleva la fille et l'emmena vers une destination inconnue ....






Je me réveillais en sursaut, et restais un moment désorientée face à l'environnement qui m'entourait. J'étais allongée sur un banc, dans une salle où le blanc dominait, me faisant mal aux yeux. Puis la réalité refit brusquement surface. Je n'avais pas rêvé, tout était bien réel. Alma ... où était passé son corps ? Et où est ce que je me trouvais ? Autant de questions qui restaient sans réponses, du moins pour l'instant. A l'autre bout de la pièce, deux hommes discutaient sans me prêter attention. L'un d'eux tenait une urne funéraire dans ses mains, qu'il tendit à l'autre en échange d'une liasse de billets, puis sortit de ce qui ressemblait apparemment à un crématorium.

Je me levais, le regard haineux en reconnaissant le vampire, alors qu'il s'approchait de moi sans un mot. Je restais sur mes gardes, m'attendant à ce qu'il m'attaque, mais il se contenta de déposer l'urne dans mes mains, avant de prendre lui aussi la direction de la sortie, toujours silencieux. Un silence qui m'était insupportable. Je le rattrapais alors qu'il franchissait la porte, et l'attrapait par le bras pour l'obliger à me faire face.

" Qui êtes-vous ? Vous m'assommez, vous m'amenez ici et vous repartez sans rien dire ! Répondez-moi ! Pourquoi vous ne m'avez pas tué ? Et où est Alma ? "

Il resta un moment immobile, puis se décida enfin à se retourner. Je n'aurais su dire pourquoi, mais j'avais la très nette impression de l'avoir rencontré, bien qu'il m'était impossible de savoir où, ni quand.

" Tu poses trop de questions, Luna Eldritch.  Tiens-toi dans l'ignorance, et tu vivras plus longtemps. Même si je devine que mes paroles sont vaines. Quant à Alma, tu l'as entre les mains. "

Je fus comme hypnotisée lorsqu'il prit mon visage entre ses mains, incapable de détourner les yeux alors qu'il plongeait son regard dans le mien.

" Impulsive et entêtée .... Deux traits de caractère qui font ta force autant que ta faiblesse. Prends garde, car certains de tes actes pourraient avoir des conséquences plus graves que tu ne l'imagines. Je ne peux que te souhaiter bonne chance pour faire face aux événements futurs qui se présenteront à toi. "

Il partit sans rien rajouter de plus. J'aurais pu le rattraper et l'obliger à me répondre, mais je savais que je n'obtiendrais de lui que le silence. Et de toute manière, je n'étais plus guère en état ... Alma était morte, et je me sentais totalement perdue. J'étais comme dans un brouillard lorsque je repris le chemin de l'appartement, sourde et aveugle à ce qui se passait autour de moi. Ce ne fut qu'une fois arrivée que je me rendis compte du poids de son absence. Elle ne franchirait plus jamais cette porte, son rire ne résonnerait plus jamais... Elle était partie pour toujours .... C'était plus que je ne pouvais supporter. Je saisis un sac, y fourrais l'urne ainsi que quelques vêtements et quittais les lieux au plus vite. J'ignorais où aller, mais rester ici était au-delà de mes forces. Je ne savais même pas si j'y retournerais un jour. A force d'errer pendant des heures, je finis par perdre toute notion du temps. Je marchais au hasard, sans même savoir où mes pas me menaient. Epuisée, anéantie, je finis par trouver refuge sous un pont et m'écroulais, sombrant dans un sommeil agité, hanté par le visage sans vie d'Alma ...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Mémoires d'une Dunpeal   Aujourd'hui à 9:09

Revenir en haut Aller en bas
 
Mémoires d'une Dunpeal
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les mémoires d'un tyran
» Dunpeal
» Le Japon, mémoires d'un Empire secret
» Mémoires de Victoire de Noailles-Norfolk
» [Mémoires de Philippe d'Orléans]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques de Neredia :: Hors Zone :: Créations en tout genres :: Créations littéraires-