The Shores of Nightmare
lienlien
  

  

  



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 The Shores of Nightmare

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Il guide votre destin

Il guide votre destin

Messages : 125
Date d'inscription : 06/01/2010
Localisation : Santa Carla, partout, derrière vous.
Emploi de votre personnage : Maitre de jeu, je suis celui qui crée les histoires.
Humeur : Neutre
MessageSujet: The Shores of Nightmare   Mer 29 Juin - 23:07


Les portes du bonheur, dit-on, sont souvent à portée de main. Il suffit parfois d'un petit coup de pouce du destin, un coup de chance, pour que notre vie toute entière prenne un autre tournant, un chemin bien différent de celui qui avait été tracé pour nous, et ce, dès notre naissance. Dans ce cas, il est prouvé que personne n'a de futur. Il n'y a de destin que ce que nous faisons, au final. Un exemple parmi tant d'autres concerne cette petite communauté au fond de la foret, qui, malgré de bien nombreux écrits, de bien nombreuses volontés, avait su échapper à la fatalité de son destin censé être immuable.

Atteindre le paradis, créer son propre jardin d'Eden à l'abri de toute menace était le rêve de bien des peuples, de bien des gens et les efforts déployés à trouver cette terre sacrée pouvait parfois prendre des années, jusqu'à ce qu'enfin, ils parviennent à ce monde qu'ils fantasmaient tant.
Mais que feraient ils.........si malgré leur acharnement, l'enfer venait frapper à leur porte pour les rappeler à un destin bien plus fataliste et mortel? Quelle serait leur réaction en comprenant que peu importe le lieu, l'époque ou les moyens déployés, la mort et la destruction viendraient les rappeler à leur bon souvenir?

L'air était devenu rance et une odeur de mort flottait dans les airs. Un silence angoissant hantait les lieux, qui, il y'a quelques heures, étaient emplis de vie et de bonne humeur. Les cris de joie, les rires et les chansons avaient laissés place à une tranquillité que pas un n'aurait envié aux habitants d'Algherty. La porte de la taverne, ou du moins, ce qu'il en restait, claquait au gré des courants d'airs déferlant dans la demeure de Thorfin. Le vent lui-même avait comme un sifflement sinistre qui ressemblait à un vague soupir portant aussi en son sein comme des pleurs lointains, ceux de damnés échappés des enfers.

C'était dorénavant un endroit empli de tristesse, sans la moindre once de vie, en proie aux murmures, aux esprits d'un passé lointain et une sombre malédiction dont seulement deux êtres avaient apparemment échappé. Peut-être que leur propre sommeil les avait sauvé, en fin de compte....ou peut-être existait il une volonté, une sorte d'entité suprême qui avait préservé ces deux combattants de la dernière chance pour faire face à l’événement qui déferlait sur le village des serviteurs de Gaia.

Les quelques courants d'airs, porteur d'étranges vaperolles rouges rubis, caressaient le visage de la jeune hybride, celle qu'on commençait doucement à surnommer "La Reine Rouge" dans le cercle des vampires. Une réputation qu'elle n'avait point usurpé au vue de ses nombreux faits d'armes contre la nation des nosferatus. Endormie et blottie contre son compagnon d'infortune, elle n'était pas sans rappeler ces enfants en bas âge avec leur chien, qui veillait sur eux comme si leur vie en dépendait. Bien entendu, elle semblait même plutôt discrète comparé à celui qui lui servait à la fois d'oreiller, de lit et de couverture, tant sa masse musculaire passait difficilement inaperçue. Ce dernier semblait bien plus profondément endormi que la jeune Luna, mais il fallait parier sur leur réveil plus que probable, alors qu'ils étaient maintenant exposés à ces étranges effluves rouges qui  s'étaient abattues sur le fief de la communauté de Gaia.

Deux êtres.....deux combattants.....deux ennemis héréditaires........allaient pourtant devoir faire face à une menace commune.....et tenter, non pas seulement d'y survivre, mais de faire en sorte que la damnation éternelle ne les frappe pas à leur tour.

C'est dans ce contexte que la jeune Eldritch n'allait certainement pas tarder à se réveiller, au même titre que son ami, la Bête en Armure et il fallait miser fortement sur le fait que ce qu'ils allaient découvrir à leur réveil.....ne leur plairait incontestablement pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La Vengeance Incarnée

La Vengeance Incarnée

Messages : 169
Date d'inscription : 03/11/2013
Age : 28
Localisation : Santa Carla
Emploi de votre personnage : Traqueuse de Vampires / Travaille pour l'Agence à temps partiel

Feuille de personnage
Feuille de caracteristiques:
Pierres d'âmes:
38750/1000000  (38750/1000000)
Limite:
10/100  (10/100)
MessageSujet: Re: The Shores of Nightmare   Mer 27 Juil - 3:46

Je connaissais cet endroit ... Pour la seconde fois, voilà que je me retrouvais dans les Limbes ... Alma ! Etait-elle là, elle aussi ? L'esprit fébrile, je la cherchais du regard.

" Luna ! "

Je me retournais, un sourire naissant en entendant sa voix .... qui s'effaça bien vite en voyant son visage qui affichait une expression inquiète, à la limite de la peur.

" Tu ne peux pas rester ici, retourne d'où tu viens ! "

Je n'eus pas le loisir de la questionner qu'Alma enchaînait aussitôt, en m'entraînant en direction d'une source de lumière, qui semblait être un passage entre deux mondes.

" Algherty est en danger ! Le temps presse, tu dois les aider ! "

Sa voix également exprimait de la peur. Déconcertée, je n'opposais aucune résistance lorsqu'elle me poussa vers la sortie. J'eus droit à un dernier conseil alors que le décor s'estompait.

" N'oublie pas ce que je t'ai dit : fie toi au Lycan ! Il te sera d'un grand secours face à ce que vous devrez affronter. Seule, tu n'y arriveras pas ! "


*******

Je me réveillais en sursaut, les paroles d'Alma résonnant encore à mes oreilles. Ce n'était qu'un rêve ... Désorientée, je mis un moment à comprendre où j'étais. La taverne du Dragon Doré .... tout me revint aussitôt en mémoire. L'invitation de Mathilda aux festivités d'Ostara, la bagarre de poissons pas frais, le concours de beuverie qui m'avait opposé au Nain Frey .... et dont j'étais sortie perdante, preuve en était de la gueule de bois que je me tapais actuellement. C'était comme si les trompettes de Jéricho résonnaient en fanfare dans ma tête. Je n'avais qu'une seule envie, me rendormir. Et je l'aurais fait s'il n'y avait eu cette odeur ... ou plutôt cette puanteur qui vint titiller mon odorat, achevant de m'extirper totalement de ma demi-torpeur. C'est là que je découvris Karno collé tout contre moi, ronflant comme une bête de somme, me gratifiant au passage de son haleine qui était loin de sentir la rose. Je me relevais aussitôt en mettant de la distance entre nous deux, quelque peu embarrassée de cette situation. Sûrement un tour des habitants, ce qui ne serait guère surprenant de leur part, étant donné leur tempérament farceur. Je m'attendais à entendre l'un d'eux éclater de rire, mais curieusement, la taverne était totalement déserte. Sans doute étaient t'ils retourner à leurs occupations habituelles, maintenant que les festivités étaient terminées. Il était temps pour nous deux de partir.

Je tentais de réveiller Karno en le secouant, mais en vain. Un Debout les Morts serait plus efficace, mais seul le barman connaissait la recette, et lui non plus n'était pas présent. C'est ce qui me mit la puce à l'oreille, ainsi que le silence qui régnait. Pas seulement dans la taverne, mais également au-dehors. Délaissant la créature lunaire, je m'aventurais à l'extérieur .... et restais figée devant le spectacle qui s'offrait à moi. Le village était lui aussi vide de tout habitant ; aucun rire, aucun cri, nulle âme qui vive ... comme s'ils s'étaient tous volatilisés ! Seul persistait ce silence angoissant, accompagné d'une brume opaque percée seulement par les lueurs d'un ciel rouge sang. Où était passée l'atmosphère qui faisait la réputation d'Algherty ? J'avais le sentiment d'être plongée en plein cauchemar ... Un cauchemar .... Mon rêve (mais en était-ce vraiment un ?) me revint en mémoire, ainsi que les paroles d'Alma qui avaient sonné comme un avertissement. Un frisson de peur me parcourut le corps. Je courus vers la fontaine et m'aspergeait rapidement le visage d'eau fraîche pour me remettre les idées en place, et prit un moment pour réfléchir à la marche à suivre.

* Calme-toi ... Surtout, ne pas paniquer ... Se fier au Lycan .... encore faudrait-il qu'il se réveille ! *

Je me dépêchai de remplir un seau avant de retourner auprès de lui et de lui en verser le contenu. Evidemment, ce fut un échec. Je n'obtins rien d'autre qu'un grognement. Je tentais à nouveau de le secouer en lui hurlant dans les oreilles de se réveiller ... et essuyais un deuxième échec. Décidément, rien ne pouvait le sortir de son sommeil ! Heureusement, j'avais un dernier atout dans ma manche, mais il n'allait pas du tout apprécier. Un détail dont je me fichais bien en cet instant, vu la situation. J'apposais mes mains sur son torse, et lui envoyais une décharge électrique suffisamment puissante pour le réveiller sans le blesser. La réaction fut immédiate ; Karno poussa un hurlement et se redressa, avant de m'adresser un regard furieux. Je ne lui laissais toutefois pas le temps de me faire payer mon geste et le devançais alors qu'il ouvrait la bouche, la peur dans la voix.

" Désolée, mais il y a urgence. Quelque chose a du se passer pendant qu'on dormait, et ça ne me plaît pas du tout ... Les habitants ... ils ... ils ont ... "

Je m'interrompis quelques secondes. Ce qui se passait venait de me rappeler une situation étrangement similaire. J'hésitais cependant à lui en faire part, consciente que cela réveillerait de mauvais souvenirs. Mais si ça pouvait nous aider alors ....

" .... tous disparu ... comme à San Antonio ... "

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

The Armored Beast

The Armored Beast

Messages : 89
Date d'inscription : 21/10/2015
Localisation : Santa Carla
Emploi de votre personnage : Chasseur de Démons / Vampires

Feuille de personnage
Feuille de caracteristiques:
Pierres d'âmes:
4750/1000000  (4750/1000000)
Limite:
5/100  (5/100)
MessageSujet: Re: The Shores of Nightmare   Mer 27 Juil - 16:38

Un réveil brutal ayant été précédé d'un voile noir, sans bruit, ni lumière. Un néant qui avait brutalement disparu, laissant place à un grognement féroce, presque un cri même et une violente douleur dans l'ensemble du corps, comme celle qui glissait depuis un minuscule point jusqu'à l'échine même, provoquant tressautements, stupeur et tremblements. C'était assez pour l'extirper d'un sommeil réparateur, en somme, bien que peu confortable, lui qui avait l'habitude de dormir dans la grange de la vieille Oldmill. Un sol en bois et habité par les termites était loin d'être l'idéal.

Bien entendu, quiconque se serait retrouvé, à cet instant précis, sur le chemin du loup-garou, aurait eu droit à un traitement peu enviable dont les détails les plus sordides étaient, en général, passés sous silence. Mais à cet instant précis où il ouvrit les yeux, emplis de colère sur celle l'ayant réveillé, il ressentit alors ce sentiment se dissiper rapidement tandis que son expression, angoissée, se présenta à lui. Ses mots tremblaient comme rarement, elle qui ne semblait point connaitre la peur, était pourtant en train de l'expérimenter à cet instant et les quelques mots qu'elle eut envers le lycanthrope glacèrent le sang de ce dernier.

Sans un mot de plus, il se dressa vivement sur ses pattes, son cœur battant plus fort que d'accoutumée. Les paroles de la jeune hybride avaient été comme une violente injection d'adrénaline et, lui qui avait tant de mal à se réveiller lors d'une mauvaise cuite, semblait avoir dessoûlé d'un seul coup. Son expression avait viré de la colère à la surprise totale, puis à la peur primale alors qu'il se rua sans laisser le temps à la jeune dunpeal d'en dire davantage. Il ne pouvait croire à cette vérité à cet instant même et devait s'assurer de ses propres yeux que la tueuse de vampires n'avait eu, au final, qu'une hallucination.

Mais la vérité, inéluctable, implacable et inexorable se présenta à lui alors qu'il se trouvait maintenant sur le seuil de la porte de l'auberge.....et son regard se perdit dans la contemplation de ce qui semblait être un cauchemar éveillé, à peine troublé par le bruissement des feuilles sur le sol sec du village, soufflant jusqu'au allées d'arbres bordant la limite d'Algherty.
Ce lieu, si empli de vie, de joie et rythmé par les rires et les paroles de ces résidents.....avait laissé place à un silence angoissant qui fit tressaillir la créature lunaire. Un sentiment qu'il n'avait pas ressenti depuis fort longtemps et qu'il haïssait. Cela le renvoyait toujours à ses moments d'impuissance, cette époque pas si révolue où, malgré ses efforts, des vies avaient été détruites sans qu'il ne puisse rien y' faire. Et voici qu'aujourd'hui, sa dernière demeure, le lieu qui l'avait accueilli, était devenu la proie de forces démoniaques similaires à ce qu'il avait vu à San Antonio.

Mais c'était encore bien différent. C'était plus insidieux, plus puissant encore. Karno ressentait quelque chose qui le terrorisait, comme une présence lointaine mais étrange, qui trouvait un écho au plus profond de lui. Cela lui semblait aussi familier que son propre reflet et il avait la convicition même que cela l'observait en ce moment même, attendant le bon moment pour attaquer. Elle était là, comme une bête aux aguets, respirant lentement et gardant un oeil sur lui. Karno ne comprenait pas et cherchait, au beau milieu de cette brume opaque, à trouver un indice, un élément qui lui permettrait de comprendre ce qui arrivait.
Instantanément, comme par réflexes, ses griffes se montrèrent, tranchantes et acérées...........mais rien ne vint à lui.

Algherty semblait..........mort.

"..............Ou.....sont ils?" dit il d'une voix basse, les crocs serrés, prêt à fondre sur le responsable.
Le silence fût sa seule réponse. Son regard angoissé balayait une fois de plus la zone et la brume, bien qu'opaque, ne semblait pas tant que cela troubler sa vue. Mais rien ne vint se présenter à lui. Ce qui lui arrivait à présent était très difficile à expliquer, mais c'était comme tomber dans un abysse ténébreux, un vide sans fond. Son coeur était comme absorbé par un vide sombre, un manque, comme si on lui arrachait ce qui comptait le plus pour lui......et cela, il ne l'avait ressenti qu'à peu de reprises dans sa vie. Deux fois, plus précisément.....et comme beaucoup aimaient le dire, c'était toujours "Jamais deux sans trois."

Il voudrait crier, supplier de l'aide......mais aucun son ne sortait de sa bouche cette fois-ci. Il n'y avait que la peur et une intense solitude qui le transperçait. L'air, si parfumé des roses du village, avaient cessées de diffuser leur odeur. Les particules de pollen, dansant parfois dans la lumière, avaient disparues et jonchaient le sol, noircies, comme atteinte d'une étrange pathologie infectieuse dont il était impossible de discerner l'origine exacte. Les millions d'oiseaux qui unissaient leurs chants à chaque journée......s'étaient tus à leur tour.
Le coeur du lycan, d'habitude si léger lorsqu'il se trouvait dans ce lieu de paradis, était à présent inondé par la peur. Ne restait plus que ce ciel rouge sang et cette brume, porteuse de mort, qui englobait ce qui semblait être.........les derniers habitants d'Algherty.

Une seule phrase lui revenait à présent dans l'esprit d'Alexander, frappant contre les minces cloisons de sa raison, tambourinant comme des millions de massues sur des enclumes de fureur: "Pas ça!"

"................."

Marchant au milieu de la brume, ses pas l'amenèrent vers la fontaine, comme un enfant perdu. Était-ce donc cela que l'on ressentait, quand on voyait son propre paradis détruit? Son regard s'attarda sur les nombreux stands, vide. Les maisons, elles, étaient toutes aussi vides et seuls quelques volets mal fixés claquaient au gré des courants d'airs traversant le village.

Ses pas se transformèrent bien vite en cavalcade, en course même, l'amenant à plusieurs maisons voisines de la taverne. Chaque porte qu'il ouvrit, chaque demeure qu'il visita ne lui offrit qu'un seul et même constat et au bout d'un moment........la panique le submergea totalement, le faisant tomber à genou sur le sol même du village sans qu'il ne puisse dire le moindre mot. C'était trop pour lui, trop pour cet esprit qui avait été fragilisé par le temps et les nombreuses épreuves qu'il avait traversé durant son longue existence. Il n'arrivait tout simplement pas à croire ce qui arrivait.

Puis il y'eut un bruit, comme des bruits de pas, lointains mais pas indiscernables. 
Mais il ne vit rien.........rien de plus que ce damné brouillard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La Vengeance Incarnée

La Vengeance Incarnée

Messages : 169
Date d'inscription : 03/11/2013
Age : 28
Localisation : Santa Carla
Emploi de votre personnage : Traqueuse de Vampires / Travaille pour l'Agence à temps partiel

Feuille de personnage
Feuille de caracteristiques:
Pierres d'âmes:
38750/1000000  (38750/1000000)
Limite:
10/100  (10/100)
MessageSujet: Re: The Shores of Nightmare   Jeu 11 Aoû - 1:38

Son regard changea à la vue de mon expression angoissée, passant de la colère à la surprise, puis à la peur. Sans dire un mot, Karno se rua au-dehors, certainement pour vérifier mes dires, me laissant seule face au silence pesant de la taverne. J'aurais pu le suivre, mais préférais d'abord inspecter les lieux de mon côté au cas où un habitant s'y cacherait. Mais je dus me rendre à l'évidence après avoir minutieusement fouillé la cave où se trouvaient les réserves d'alcool : tout le monde avait bel et bien disparu. Seuls gisaient sur le sol quelques objets, comme si on les avait subitement abandonnés lors d'une fuite précipitée. Une piste insuffisante, et qui pouvait être trompeuse. Je ne pouvais rien faire d'autre que rejoindre le Lycan, lequel était actuellement en train de visiter chaque maison du village.

Je criais son nom, mais en vain, comme s'il avait perdu l'usage de son ouïe. Plusieurs minutes s'écoulèrent alors qu'il continuait ses recherches, tandis que je jugeais préférable d'attendre, immobile sur le seuil de la taverne. A vrai dire, je me sentais inutile, complètement larguée quant à la démarche à suivre face à cette situation inhabituelle. Et ça ne s'arrangea pas lorsque Karno cessa ses allées et venues pour brusquement tomber à genoux dans un geste de profond désespoir. Sa réaction me dérouta, en plus de la panique que je pouvais percevoir en lui. Je me repris toutefois et me dirigeais dans sa direction, le bruit de mes pas résonnant dans la brume opaque. Un son qu'il ne sembla pas entendre, prostré sur lui-même, sa peur de plus en plus palpable. Je m'arrêtais devant lui, ne sachant que faire, portant mon regard aux alentours en espérant que quelqu'un apparaisse, m'apportant l'aide dont j'avais besoin. Mais évidemment, personne ne vint. Nous n'étions plus que lui et moi, seuls face à une situation qui nous échappait. Il nous fallait nous reprendre si nous voulions comprendre ce qui était arrivé ! J'avançais une main, hésitante en me souvenant de sa réaction la dernière fois que je l'avais touché, puis finis par la poser sur son épaule en choisissant soigneusement mes mots.

" Reprends-toi, ce n'est pas le moment de flancher ... On doit savoir ce qui s'est passé, et j'ai besoin de ton aide pour ça ! Peut-être devrions nous aller voir chez Mathilda .... qui sait, ils se seront sans doute réfugiés là-bas ? "

A peine avais-je fini de parler que des bruits de pas précipités se firent entendre, fonçant droit dans notre direction. Impossible de voir de qui il s'agissait avec tout ce brouillard ! Sans perdre une seconde, je matérialisais ma faux dans une main, tandis que de l'autre apparaissait une boule d'éclairs. Je lançais toutefois une première sommation.

" Qui va là ? Annoncez-vous ou je n'hésiterais pas à attaquer ! "






_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Il guide votre destin

Il guide votre destin

Messages : 125
Date d'inscription : 06/01/2010
Localisation : Santa Carla, partout, derrière vous.
Emploi de votre personnage : Maitre de jeu, je suis celui qui crée les histoires.
Humeur : Neutre
MessageSujet: Re: The Shores of Nightmare   Jeu 11 Aoû - 2:23

Les quelques bruits de feuillages s'étaient doucement mués en doux froissement de l'herbe contre ce qui semblait être un possible pas. Peu à peu, petit à petit, celui-ci semblait se rapprocher de la position des deux combattants mais gardait ce rythme d'une étrange lenteur. Doucement, quelque chose sembla émerger de l'étrange brume qui s'était abattue sur le village. Ses formes....ou plutôt, sa forme, rappela celui d'un être humain et à vrai dire, en avait la physionomie......et au final, l'apparence même. Mais un détail pouvait paraître anormal car ce qui était au final, un homme, marchait avec un effrayant regard vide de vie.....et sa peau affichait un ton aussi laiteux et blanc que la brume elle même. Son balancement de corps semblait indiquer une possible fatigue ou un état de choc du à un possible traumatisme......et sans dire un mot de plus, il continua de s'approcher des deux êtres sans même leur accorder un regard, comme sourd aux mots de la jeune femme, imperméable à la menace énoncée.

Son dodelinement de la tête démontrait avec un peu plus de certitude un état loin d'être logique, et erratique même. Mais cela n'était pas le plus terrifiant encore puisque cette fois, il accorda enfin un regard....ou du moins, un semblant de regard au deux combattants présents sur les lieux. Un premier élément démontra rapidement que la personne semblait malade....ou blessée, car de ses orbites s'écoulait plusieurs petits filets de sang encore frais. La ou les blessures se voulaient récentes si tant bien même que c'en était. Le teint laiteux affirmait avec plus de force une possible maladie dont elle était probablement porteuse.....et enfin, sa difficulté à se mouvoir achevait la possibilité que cet habitant était loin d'être dans un état normal.

De sa bouche s'extirpa une sorte de borborygme semi-étouffé, certainement à cause de l'étrange écume qui en découlait, mais la "créature" ne bougea plus d'un cil, comme observant, et avec une attention des plus assidues, les deux autres visiteurs d'Algherty. Hésitante, elle posa progressivement son regard du loup-garou vers la jeune hybride, comme pour estimer le danger qu'ils représentaient. Bien sûr, le type au comportement étrange ne montra à aucun moment de véritable signe menaçant, se contentant de garder un œil en poussant de singuliers et déconcertants marmonnements plus proches des grognements que des paroles. 

Et enfin......elle prit la décision finale, mais pas forcément celle qui semblait la plus logique, puisque, dans un cri inhumain, elle se rua en direction du loup-garou. Un choix illogique, en soi dans le sens que bien que celui-ci représentait une danger plus grand, il était aussi celui qui pourrait offrir le meilleur repas....ou le meilleur défouloir car à cet instant, il était difficile de dire ce que le nouvel arrivant désirait réellement. Sa réaction, aussi singulière et violente qu’inattendue, avait tout de celle d'un dément ayant radicalement perdu la raison, faisant fi de toutes les régles de sécurité et de cohésion. Son comportement n'avait rien de discursif et se rapprochait bien plus de la bête sauvage que de l'être humain, alors qu'il se ruait vers sa cible, les ongles en avant et les dents sorties, comme prêt à mettre celui-ci en morceaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

The Armored Beast

The Armored Beast

Messages : 89
Date d'inscription : 21/10/2015
Localisation : Santa Carla
Emploi de votre personnage : Chasseur de Démons / Vampires

Feuille de personnage
Feuille de caracteristiques:
Pierres d'âmes:
4750/1000000  (4750/1000000)
Limite:
5/100  (5/100)
MessageSujet: Re: The Shores of Nightmare   Ven 12 Aoû - 1:08

"ATTENDEZ, NON!!!"

Des paroles précédés d'une ombre rapide, toutes griffes dehors, les yeux comme injectés de sang et habités à présent par les feux de l'Enfer. Voilà ce qu'Alexander venait de voir se jeter sur lui, prêt à lui arracher les entrailles. Et aussi étonnant que cela puisse paraître, le lycan se retrouva au sol, projeté et maintenu par l'étrange individu dont les dents fendaient l'air, claquant à chaque mouvement de morsure, manquant de peu à chaque tentative d'extirper un morceau de chair du corps du puissant combattant, surpris par la force surnaturelle de celui qui avait eu le malheur de se jeter sur lui.
Bien entendu, tentant désespérément de se défendre, le loup-garou fit usage de sa force, bien que sonné et surpris par l'attaque, ne sachant que faire face à l'homme qu'il avait maintenant reconnu. Son regard, bien qu'écarquillé, semblait encore comme être en train de chercher une lumière, une part d'humanité dans la créature possédée qui lui faisait face, alors qu'elle se relevait après avoir été projeté vers un tas de foin non loin. 

"LUNA, RESTE EN ARRIÈRE!!!"

Un ordre direct, bien que tremblant dans la bouche du leader par intérim de l'Agence. Hors de question de faire usage de plus de force alors qu'il pouvait, selon sa pensée, régler l'affaire sans faire couler le sang. Inutile d'en venir à un gâchis qui ne s'imposait pas......et encore moins avec une tête connue.........qui n'était autre que Thorfin, l'aubergiste, qui semblait avoir totalement perdu la raison. La créature qu'est maintenant devenue Thorfin se rua une fois de plus sur lui, comme furieuse de la présence même du lycanthrope. Karno, lui, s'interrogeait sans quitter des yeux celui qui agissait dorénavant comme un ennemi, se demandant quelle farce macabre avait permis un tel déchaînement cauchemardesque. 
A cet instant, une partie de l'esprit du combattant lunaire semble comme éteint, refusant d'accepter ce qu'il voit, rejetant la réalité même aux confins de l'imaginaire. Malgré cette volonté farouche de refuser l'inéluctable, il savait, en voyant Thorfin le charger une fois de plus avec l'écume aux lèvres, que le pire était encore à venir.
Puis finalement, la conscience revint vers lui. Elle est comme une bête aux abois, acculée, prête à en finir si cela devait s’avérer nécessaire. Sa force même circula, pulsant dans ses veines, roulant sous sa peau pour finalement la pousser la créature loup à la seule décision possible: L'attaque.

Dans la torture d'un battement de cœur rapide, elle se jeta sur le barman, comme prête à le tuer définitivement......mais le schéma changea du tout au tout. Son immense patte se posa sur la tête du serveur et propriétaire de l'auberge, le soulevant sans ménagement avant de l'écraser avec une force abominable sur le sol. Il y'eut plusieurs craquements sinistres mais aucun os ne fût réellement brisé. Toutefois, Thorfin poussa un hurlement qui n'avait absolument rien d'humain, comme la voix d'une centaine de damnés, proférant des menaces dans un langage qui n'était pas le sien. C'était une bordée de mots anciens, aussi vieux que le monde mais dont Karno ne prêta pas la moindre attention, préférant se focaliser sur son ami, comprenant que la moindre seconde de déconcentration pourrait leur valoir à tous un très désagréable moment.

"ASSEZ!!!!!"

Un nouveau plaquage plus violent se termine par un Thorfin fermant les yeux, cessant progressivement de pousser des grognements en agitant des bras d'une manière chaotique et désordonnée, lui rappelant que trop bien un événement qu'il a déjà vu auparavant. Petit à petit, les détails s'entrechoquent, laissant apparaître une possible pièce du puzzle qu'est devenu Algherty en cette triste matinée. La brume, le silence, ce qu'il avait ressenti l'autre soir......et ce qu'il avait vécu à San Antonio. Trop de ressemblances, trop de coïncidences pour que ce l'en soit vraiment. Luna, elle, en voyant l'état du tavernier, devait certainement avoir fait le rapprochement tandis qu'autour d'eux, d'autres hurlements similaires commencèrent à se faire entendre, déchirant une fois de plus le silence provisoire qui s'était abattu une fois de plus.

Algherty n'était plus qu'une ville plongée dans les Ténèbres, dévorée par les ombres d'un passé lointain. Isolés, ses habitants comme piégés dans une sorte de cauchemar sans fin face à une meute qui se voulait comme des rats prêts à fondre sur leurs victimes. Ce n'était qu'une question de temps avant que ceux-ci ne parvienne à leur objectif, c'est à dire la jeune femme et le guerrier loup. Comme à San Antonio, les fous avaient envahi le petit village et la foret environnante.

"Je.......Luna....qu'est ce que..........qu'est ce qu'il se passe?" hurlait le loup-garou, comme perdu au milieu de tout ça. Si la situation à San Antonio avait été angoissante, elle était aujourd'hui bien plus pour le sombre guerrier de l'Agence. Aujourd'hui, c'était bien plus qu'il ne pouvait l'accepter, et à la manière d'un enfant, il se retrouva comme perdu au milieu de toute cette folie, alors que les hurlements se rapprochaient de leur position. La voix du lycan était à présent envahie par la panique, car il savait ce que cela risquait fort d'impliquer......et ce qu'il allait, une fois de plus, perdre.
La jeune femme avait émis la possibilité de foncer à la maison de Mathilda, trouver de possibles renforts ou des survivants. C'était une possibilité qui pouvait se retourner contre eux mais c'était une carte à jouer. Bien que paniqué, le leader du conseil de Dameron savait qu'il devait se reprendre, ne pas hésiter, ne plus douter. Tout était allé très vite et ces "êtres" ou quelques soient ces choses, avaient très clairement affiché leur volonté à exterminer cette menace sur le champ au moment même où elle était apparue.

Une seule possibilité: La Maison de Mathilda, qui faisait plus office de petite forteresse au milieu du village même. Si ils avaient un peu de chance, ils y' seraient à l'abri. Mais si ils jouaient de malchance.....alors il faudrait prier pour que les dieux leur accordent une mort rapide. Mieux valait ne pas y' penser.

"COURS!!!!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La Vengeance Incarnée

La Vengeance Incarnée

Messages : 169
Date d'inscription : 03/11/2013
Age : 28
Localisation : Santa Carla
Emploi de votre personnage : Traqueuse de Vampires / Travaille pour l'Agence à temps partiel

Feuille de personnage
Feuille de caracteristiques:
Pierres d'âmes:
38750/1000000  (38750/1000000)
Limite:
10/100  (10/100)
MessageSujet: Re: The Shores of Nightmare   Ven 19 Aoû - 1:30

Un ordre dont la personne qui émergeait à présent de la brume ne tint pas compte. De mon côté, je restais figée, incapable d'agir malgré mon avertissement. L'être qui s'avançait vers nous avait les traits de Thorfin .... mais seulement les traits. Tout ce qui faisait la personnalité du tavernier avait disparu, laissant la place à cette créature aux yeux injectés de sang, qui ne s'exprimait que par des grognements. Puis vint l'attaque, dirigée contre Karno. Une attaque bien vite repoussée alors que ce dernier l'envoyait valser contre un tas de foin. Ce fut loin toutefois de décourager notre adversaire, qui s'apprêtait à charger à nouveau. Quant à moi, j'étais partagée entre le fait d'intervenir au risque de blesser Thorfin, ou bien laisser le Lycan mener la danse.Un ordre dont la personne qui émergeait à présent de la brume ne tint pas compte. De mon côté, je restais figée, incapable d'agir malgré mon avertissement. L'être qui s'avançait vers nous avait les traits de Thorfin .... mais seulement les traits. Tout ce qui faisait la personnalité du tavernier avait disparu, laissant la place à cette créature aux yeux injectés de sang, qui ne s'exprimait que par des grognements.

"LUNA, RESTE EN ARRIÈRE!!!"

Un souci de réglé .... du moins jusqu'à ce que d'autre grognements se fassent entendre tout autour de nous, quelques secondes après que Karno ait mis le barman au tapis. Le bruit avait sans nul doute du les attirer. Ce fut comme si je venais d'être replongée brusquement en plein milieu des événements qui avaient provoqué la destruction de San Antonio, tandis que que les créatures nous cernaient de toute part, leurs borborygmes résonnant de plus en plus fort. Je pus bientôt percevoir leurs silhouettes émerger lentement du brouillard. Tout comme moi, le Lycan semblait en proie à la panique, au point qu'il me demanda ce qu'il se passait.

" Comment veux-tu que je le sache ? Je ne chasse que les Vampires ! C'est toi l'expert dans ce domaine, non ? "

De toute évidence, il semblait aussi largué que moi. Mais pouvais-je lui en vouloir d'être dépassé par la situation ? Tout s'était déroulé si vite sans qu'on ait eu le temps de comprendre ce qui était arrivé aux habitants d'Algherty... Et impossible d'y réfléchir en toute sérénité actuellement. Le seul moyen serait de parvenir à atteindre ....

"COURS!!!!"

.... la maison de Mathilda. Et il ne fallut pas me le dire deux fois pour me précipiter en courant vers le centre du village suite à l'ordre de Karno, après avoir fait réintégré ma faux sous sa forme première. Au moins, je n'eus pas besoin de tourner en rond pour la trouver ; surplombant les habitations, elle était nettement visible, peu importait d'où l'on se trouvait. Une fois à l'intérieur, je ne perdis pas de temps pour barricader la porte avec l'aide du Lycan qui m'avait suivi de près. Puis je m'autorisais enfin à reprendre mon souffle et mes esprits, tout en observant les lieux. Nous nous trouvions dans un grand hall, entouré de plusieurs portes, dont trônait au centre un immense escalier donnant sur trois étages. Aucune trace du moindre survivant, du moins en apparence. Car en tendant l'oreille, j'entendis distinctement des voix provenant au-dessus de nous. Restait à savoir s'ils étaient eux aussi victimes de "possession" (bien que j'ignorais si c'était ce dont ils souffraient réellement). Matérialisant à nouveau Red Queen - on était jamais trop prudent -, je me tournais vers la créature lunaire.

" Qu'est ce qu'on fait, maintenant ? "

Comme je lui avais déjà fait la remarque, c'était lui le mieux rodé face à ce genre de situation. Aussi préférais-je attendre ses directives avant d'agir.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

The Armored Beast

The Armored Beast

Messages : 89
Date d'inscription : 21/10/2015
Localisation : Santa Carla
Emploi de votre personnage : Chasseur de Démons / Vampires

Feuille de personnage
Feuille de caracteristiques:
Pierres d'âmes:
4750/1000000  (4750/1000000)
Limite:
5/100  (5/100)
MessageSujet: Re: The Shores of Nightmare   Mar 6 Sep - 3:16

Rodé mais déstabilisé. Tel était le puissant guerrier lunaire face à cette situation qui, bien que peu dépassé, semblait plutôt être en état de choc et il y'avait de quoi. Celui-ci avait été frappé en plein cœur et avait bien du mal à se reprendre alors que le lieu qu'il considérait comme sa nouvelle maison, devait faire face à une attaque dont il ignorait l'origine et encore plus, le commanditaire.

"Je........attends. Ecoute!!!"

Des bruits, comme des murmures lointains. Il les avait prise, il y'a un instant, pour des plaintes, comme les chœurs des âmes. Bien sûr, cela se mêlait aux hurlements des enragés dont le comportement ne rappelait que trop fatalement une situation vécue au lycanthrope. En tout cas, la porte et ce qui se trouvait devant tiendrait bon, pour le moment. Le cœur battant, il repassait tous les schémas possibles en têtes et comme d'habitude, de nombreuses hypothèses lui vinrent à l'esprit. Mais aucune ne semblait coller à ce qu'il avait vu auparavant, du moins pour l'instant. A vrai dire, la peur panique qu'il ressentait l’empêchait de penser rationnellement et logiquement.

"On n'est pas seul."

Pourtant, il refusait pour le moment de se diriger vers l'origine des voix. Son premier réflexe fût de vérifier une nouvelle fois la barricade. A première vue, elle pouvait sembler solide mais il valait mieux s'assurer qu'effectivement, rien ni personne ne pourrait la bouger, aussi bien d'un coté que de l'autre. Tout d'abord, la grande barre de bois, qui servait de verrou. Celle-ci, taillée dans du vieux chêne très épais, ne pourrait être brisée facilement. Ensuite, les verrous, qui, malheureusement, pouvaient très facilement être forcés avec quelques coups assez puissants. C'était une protection à peine utile, en fait. Toutefois, les quelques meubles que Luna avait placés devant (Sans compter ceux que Karno rajoutait par dessus.) offrait un plus non négligeable mais temporaire. Ces choses, si elles souhaitaient entrer, ne tarderaient pas à trouver un autre moyen....et au vue des cris qui résonnaient dehors, elles semblaient obsédés par les deux êtres, bien qu'incapable de pénétrer dans la gigantesque structure.

"D'une: Pas question de les tuer. Ces gens.........ils ne savent pas ce qu'ils font. Ils sont........."

Et là, le déclic entre deux pensées: Leur comportement, ce coté enragé.....et ce qui arrivait.....semblait si similaire à une affaire pas si ancienne que cette pensée même terrifia le lycanthrope plus intensément encore. Les souvenirs revenaient à lui, glissant dans son esprit comme un fleuve agité par la tempête. Au début, c'était par bribes, de petits flashs à peine perceptibles mais peu à peu, les images se présentèrent plus aisément à lui, se superposant à sa propre vue. C'était comme si les murs de la réalité s'étaient effondrés afin de permettre la résurgence de ces souvenirs qu'il aurait pu croire enfouis dans les plus sombres recoins de son esprit, là où ils auraient du rester.

".............comme à San Antonio."

Et là, il comprit alors toute l'horreur de son erreur, le mauvais calcul de sa part. C'était quelque chose de terrible que de devoir faire face lorsqu'on se savait en faute......mais c'était encore pire lorsque la faute d'une mauvaise décision finissait par impacter l'entourage de soi.
La voix du loup-garou tremblait comme jamais à l'évocation du drame de San Antonio. Ce jour là, il avait vécu l'enfer comme jamais, faisant non pas seulement face à une horde de gens enragés et détruits mais plus encore, à une folle furieuse revancharde qui n'avait eue aucunement de scrupules à métamorphoser une ville entière en monstres.

Sauf que cette fois-ci, ce qui se déroulait semblait bien pire qu'à San Antonio. La vague de terreur, de mal pur qui s'était déversé sur le village semblait bien plus étouffant, comme recouvrant d'un voile isolant Algherty tout entier. Qui que soit le responsable, bien que Karno avait une assez bonne idée sur la question, il avait assez de puissance pour transformer une population toute entière et plus encore, l'isoler dans un inter-plan où rien ni personne ne pourrait s'échapper.

"...............Abigail...............c'est impossible.............."

Et pour cause: Le lycan, ayant fait usage d'un rituel dont il avait toujours gardé le secret, s'était évertué à poser bon nombre d'entraves psychiques sur le corps de la nécromancienne. Dans sa miséricorde, il avait préféré s'assurer que son ennemie ne pourrait plus jamais revenir sur le champ de bataille en la privant de ce qui faisait sa puissance. Mais il avait fait l'erreur qu'un autre n'aurait pas fait: Il lui avait laissé la vie sauve. Une erreur dont tous ici payaient maintenant le prix.

Le nom d'Abigail fût prononcé avec un ton aussi bas que possible, comme si le simple fait de l'énoncer, d'en faire mention, lui donnait une quelconque forme de puissance. La peur, quant à elle, était maintenant visible dans le regard du guerrier loup et plus encore, la culpabilité le dévorait petit à petit. C'était quelque chose qu'il haïssait, une faiblesse qu'il maudissait et pire encore, il maudissait sa trop grande bonté qui l'avait une fois de plus berné. Il en voulait terriblement à ses règles que lui avait inculqué son père autrefois, comprenant à quel point elles étaient maintenant dépassées, hors de propos, face à un ennemi qui n'aurait aucun scrupule à les ignorer.

".............ma faute...................ce qui arrive........est ma faute, Luna......"

Effondré, l'ancien leader du conseil de Dameron manqua de peu de tomber à genou, chancelant et manquant de peu de tomber au sol, envahi à présent par cette angoisse qui succédait si aisément à la culpabilité. Il se laissa pourtant tomber sur l'une des marches de l'imposant escalier qui menait à la salle du trône de Mathilda.

"..................Elle est revenue..............elle est revenue pour me punir......pour tous nous tuer."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La Vengeance Incarnée

La Vengeance Incarnée

Messages : 169
Date d'inscription : 03/11/2013
Age : 28
Localisation : Santa Carla
Emploi de votre personnage : Traqueuse de Vampires / Travaille pour l'Agence à temps partiel

Feuille de personnage
Feuille de caracteristiques:
Pierres d'âmes:
38750/1000000  (38750/1000000)
Limite:
10/100  (10/100)
MessageSujet: Re: The Shores of Nightmare   Ven 16 Sep - 2:59

Sauf que le Lycan paraissait tout autant dépassé que moi. Il ne prêta guère attention à mes paroles, son attention semblant focalisée sur les voix au-dessus de nous. Du moins c'est ce que je crus tout d'abord. Mais son regard perdu dans le vague insinua le doute dans mon esprit. Je m'abstins pourtant de tout commentaire, préférant en premier lieu écouter ce qu'il avait dire sans l'interrompre. Ses premiers mots ne m'apprenaient rien ; j'étais bien consciente que nos assaillants au-dehors agissaient sous l'emprise d'une force inconnue, aux pouvoirs certainement très puissants. Restait à trouver qui était derrière tout ça .... et je n'eus pas à attendre longtemps avant de connaître son identité. Karno laissa échapper son nom dans un souffle, dont l'évocation provoqua ma colère, qui ne cessa de grandir alors qu'il terminait de parler avant de s'effondrer à genoux.

Abigail .... comment aurais-je pu l'oublier ? Elle nous avait tous dupés, moi et les Chasseurs, dissimulée sous les traits d'une innocente vieille dame, avant de dévoiler son vrai visage, à savoir celui d'une puissante ensorceleuse. Sa horde de zombies nous avait passé à tabac, et il s'en était fallu de peu pour que nous y restions tous. S'en était suivi un violent affrontement entre Karno et Deimos (qui avait entre-temps pété les plombs en laissant sa nature de Démon prendre le dessus), qui avait entraîné la destruction totale de la ville de San Antonio. Bref, un souvenir très amer ... Ma colère n'était toutefois pas dirigée contre la magicienne, mais contre le Lycan. Car ce fut lui qui m'empêcha de porter le coup de grâce contre Abigail, alors qu'elle gisait à notre merci. J'avais vu là le meilleur moyen d'éviter qu'elle ne récidive, et lui m'avait fait la morale sur le fait de frapper un ennemi déjà à terre et incapable de se défendre. J'avais finalement renoncé à vouloir la tuer, faisant confiance à Karno alors qu'il m'assurait l'avoir privé de ses pouvoirs. Un choix que je regrettais maintenant amèrement, à l'instar de l'ancien leader du Clan Nyx, qui devait également être rongé par la culpabilité.

" Je n'aurais jamais du t'écouter ... "

En cet instant, je ne ressentais aucune compassion pour le Lycan ; seulement de la colère qui allait toujours grandissant devant son attitude prostrée et son regard de désespoir. Il avait laissé s'échapper un monstre dans la nature, et pourtant il restait là à gémir, alors que l'ensorceleuse remettait ça en s'en prenant à nos amis communs. Je n'y tins plus et finis par exploser devant son impuissance.

" IMBECILE !!! TOUT CA, C'EST TA FAUTE !!! ALGHERTY EST EN DANGER, ALORS ARRETE DE PLEURNICHER ET REPRENDS-TOI, BON SANG DE MERDE !!! JE N'Y ARRIVERAIS PAS TOUTE SEULE !!! "

L'expression "se vider comme un ballon de baudruche" venait de prendre tout son sens. A mesure que je hurlais, je sentais ma colère s'évacuer peu à peu, jusqu'à ne plus ressentir qu'un profond sentiment de désespoir et de peur à l'idée de ce que nous allions à nouveau devoir affronter. Car cette fois, il n'y aurait que nous deux, sans Chasseurs pour nous seconder. Vu comme c'était parti, nous courrions à l'échec. Je me détournais de Karno, m'efforçant de ne pas me laisser submerger par la panique, qui m'empêchait de réfléchir correctement. J'étais en train de remettre mes idées en place quand une petite voix retentit au-dessus de moi, me faisant sursauter.

" Luna ? "

La tête d'un gnome apparut entre les barreaux de la rambarde, nous lançant un regard méfiant avant de respirer de soulagement en nous reconnaissant.

" Luna ! Karno ! Je me disais bien que j'avais reconnu vos voix, mais je voulais être sûr que vous ne soyez pas possédés, vous aussi. "

" Ravie de te revoir sain et sauf, Pithwick ! Reste-là, on arrive. Tu nous raconteras ensuite ce qui s'est exactement passé, je crois bien qu'on a raté un épisode pendant qu'on pionçait. "

Je me retournais ensuite vers Karno, qui semblait toujours désespéré par la situation. Je lui en voulais toujours, mais ne pouvait lui rejeter entièrement la faute. Les principes qu'on lui avait inculqué lui interdisait d'ôter la vie à tout être se retrouvant sans défense, qu'il soit ou non son ennemi, et je ne pouvais le lui reprocher. J'étais également responsable de ne pas avoir été plus intransigeante, ayant eu peur de m'attirer ses foudres. Restait à espérer que le prix ne serait pas trop lourd à payer, et qu'Algherty ne connaîtrait pas le même sort que San Antonio. Je m'agenouillais devant le Lycan, de sorte à ce que nos regards se retrouvent face à face et lui posais mes mains sur les épaules avant de rapprocher mon visage du sien, puis lui parlais d'une voix qui ne tolérait aucune faiblesse ni protestation de sa part.

" L'heure n'est pas aux remords ni aux lamentations, il nous faut agir et maintenant ! On sera plus en sécurité là-haut qu'ici, et une fois la situation éclaircie plus en détails, nous pourrons réfléchir calmement à la façon d'empêcher ses desseins de voir le jour ! J'ai besoin de toi sur ce coup-là, alors me lâche pas ou tu auras droit à mon pied au cul, pigé ? "

Espérons que mes mots suffiraient à le remotiver ...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

The Armored Beast

The Armored Beast

Messages : 89
Date d'inscription : 21/10/2015
Localisation : Santa Carla
Emploi de votre personnage : Chasseur de Démons / Vampires

Feuille de personnage
Feuille de caracteristiques:
Pierres d'âmes:
4750/1000000  (4750/1000000)
Limite:
5/100  (5/100)
MessageSujet: Re: The Shores of Nightmare   Dim 18 Sep - 22:58

L'expression "se sentir comme une merde", n'avait jamais autant pris d'importance à ce moment précis, à la fois de par les actes passés du lycanthrope mais aussi de par l'engueulade qu'il subissait sans dire le moindre mot, bien trop dévoré par la culpabilité et les différents schémas destructeurs qui s’enchaînaient dans son esprit. Qu'avait il à répondre à cela? Absolument rien, à part accepter le fait qu'il était, du moins le pensait il, responsable de ce qui déferlait sur Algherty.

L'apparition de Pithwick mit définitivement fin à sa détresse (Bien que les engueulades de Luna aient été assez efficaces) et c'est un Karno un peu plus calme qui reprit la parole. C'était un peu plus rassurant de le voir reprendre ses esprits que de perdre totalement les pédales.

".........On a besoin de renforts....."

La première pensée cohérente et logique du lycanthrope, ce qui paraissait plutôt bien parti. Dans le cas d'une telle attaque, c'était plutôt bien imaginé, mais....

".....mais je ne suis pas sûr qu'ils ne subissent pas le même sort. Et il y'a toutes les chances pour qu'on soit isolé. D'abord, on doit savoir qui, en dehors de nous trois, n'est pas tombé sous le coup de ce sortilège."
"Ceux qui sont dans la salle du trône, Alexander. Nous sommes encore nombreux."
"C'est à dire?"
"Quelques habitants, les nains au complet et quelques elfes. Les autres sont soit morts ou portés disparus."

Morts ou portés disparus......Voilà qui venait se rajouter au problème. Plus intriguant encore: Comment Karno et Luna avaient ils fait pour ne rien entendre et plus encore, ne pas être la proie des possédés? Il valait mieux y' penser une fois définitivement à l'abri. Ainsi, décidé à comprendre et à constater de ses propres yeux, le loup-garou se dirigea vers les grandes portes d'acier de la salle du trône, accompagné par les deux êtres qu'étaient Luna et Pithwick.

Les 10 colonnes d'Algherty étaient aussi impressionnantes que réelles. On les disait taillé, non pas dans de la pierre ou du marbre, mais dans l'écorce la plus solide de la forêt. Autour, habituellement, dansaient des myriades d'oiseaux et de créatures de tout acabit. Le sol lui-même était fait d'un bois tout aussi solide que les colonnes et celle-ci était surplombée par un balcon faisant le tour entier de la salle du trône, habituellement calme et à peine habitée par la reine et quelques gardes.

Aujourd'hui, il était le refuge de familles en proie à la peur, embourbées dans la terreur, enveloppée dans le linceul du désespoir. Quelques volontaires, en compagnie des guérisseurs et prêtresses du village, s'affairaient à s'occuper de parents blessés, d'enfants terrorisés et de créatures mourantes. C'était une vision de cauchemar qui s'offrait aux yeux des deux combattants et de leur ami commun.

Et tout cela s'était déroulé en une seule heure. C'était le temps qu'il avait fallu pour qu'Algherty tombe face à un ennemi inconnu.

Quelques membres de la garde d'Asheara semblaient présents mais très peu étaient à compter. Peut-être 10 ou 11 soldats sur la centaine recensée à Algherty. Ces derniers s'affairaient à comprendre ce qui arrivaient et discutaient de la défense à appliquer au village, en compagnie des nains qui se montraient, visiblement, d'excellents conseillers. Quelques elfes étaient aussi présent mais bien peu, dirons nous. Une vingtaine au tout. Et une bonne soixantaine d'habitant en tout en comptant les guérisseurs et les prêtresses. Beaucoup avaient remarqué l'arrivée du puissant loup-garou et bien des gens avaient braqué leur regard en sa direction. L'un des gardes avait d'ailleurs décidé de venir lui adresser la parole.

"Seigneur Alexander.....Content de vous revoir."
"Ou sont les autres?"
"Aucune idée. Tout est allé très vite. L'attaque a été fulgurante."
"Des morts à déplorer?"
"Ceux contre qui on a eu à sa défendre mais les pertes dans notre camp sont lourdes: Plusieurs soldats, des habitants, les trois quarts de la confrérie elfique.........sans compter Asheara et Mathilda."

Les choses étaient bien plus graves. La disparition de Mathilda, la reine même d'Algherty.

"Personne de gradé pour vous diriger?"
"Si vous parlez du capitaine Hoki.........son corps sert de repas aux vautours. Il a couvert notre fuite jusqu'ici."
"..............Quel est ton nom, gamin?"

Le garde semblait plutôt jeune, certainement la vingtaine. Des traits du visage fins et des yeux d'un brun foncé. Il semblait peu sûr de lui mais offrait une aide dont il doutait. A n'en pas douter, celui-ci devait se sentir inutile et dépassé par les événements en cours.

"Holgar, Seigneur."
"Bon, j'ai besoin que tu me racontes en détail ce qui est arrivé."

Le jeune homme, bien que balbutiant difficilement au début, tenta d'expliquer avec ses propres mots, bien qu'il semblait avoir beaucoup de mal à s'exprimer sur ce qui se passait. Il mentionna une étrange lumière rouge et très vive à l'horizon durant la nuit, puis vint la brume et le ciel rouge. Le jeune homme semblait persuadé que l'arrivée de la brume avait coïncidé avec la transformation de certains habitants dont les actes avaient changé, se montrant agressifs, voire, bestiaux dans leur comportement. Toutefois, lors de sa fuite, il fût persuadé de voir Mathilda et de nombreuses autres personnes disparaître dans la brume, en prenant le chemin du bois obscur, le regard vide de vie.

Comme souvent, le lycanthrope passa la patte au niveau de ce qui aurait pu faire office de barbe à son pelage. En général, ce mouvement voulait dire qu'il se montrait pensif, réfléchissant à une idée, à un schéma de défense ou d'attaque. Rien d'étonnant pour un ancien général. Cela ne lui prit pas plus d'une minute.

"Holgar, je dois m'entretenir avec les nains. Tu viens avec moi. Luna, toi et Pithwick, voyez si les prêtresses et les guérisseurs ont besoin d'aide. Il y'a certainement des gens, voire, des enfants traumatisés qui ont besoin de compagnie. Une fois votre oeuvre terminée, rejoignez moi. Je prends officiellement le commandement temporaire du village."

Une décision qui risquait fort de déplaire mais qui se montrait nécessaire. En dehors d'Asheara et Mathilda, il n'existait aucun leader vraiment viable....et le seul qui aurait pu diriger un tant soi peu ce qui était devenu un véritable bourbier, était en train de nourrir les vers. Toutefois, avant de laisser Luna en compagnie du petit gnome, il eut quelques dernières paroles.

"On dirait qu'une fois de plus, tu deviens chasseuse suppléante, gamine."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La Vengeance Incarnée

La Vengeance Incarnée

Messages : 169
Date d'inscription : 03/11/2013
Age : 28
Localisation : Santa Carla
Emploi de votre personnage : Traqueuse de Vampires / Travaille pour l'Agence à temps partiel

Feuille de personnage
Feuille de caracteristiques:
Pierres d'âmes:
38750/1000000  (38750/1000000)
Limite:
10/100  (10/100)
MessageSujet: Re: The Shores of Nightmare   Lun 19 Sep - 1:39

Il ne fallut guère longtemps à Karno pour enfin reprendre ses esprits, mon discours ainsi que la présence du petit gnome lui ayant apparemment redonné espoir. Heureusement pour lui d'ailleurs, car dans le cas inverse, je n'aurais pas hésité à lui mettre mon pied au cul, quitte à m'attirer ses foudres. Puis la raison lui revint alors qu'il suggérait une première idée d'action, à savoir faire appel à des renforts. C'était déjà un début, mais comme il venait de le souligner, il y avait de gros risques pour que tout le monde n'en sorte pas indemne... Pour le moment, le mieux à faire était de se rendre auprès des survivants dans la salle du trône. 

Pithwick avait dit vrai ; ils étaient nombreux .... en comptant les enfants apeurés, les blessés et les mourants. Il ne fallait pas se leurrer, bien peu seraient en mesure de nous suivre. Si on enlevait les personnes inaptes à combattre, il en restait à peu près 70, sans compter ceux qui devront rester pour assurer la sécurité des autres habitants. Ajouté à cela que Mathilda avait également disparu. Autant dire que la situation semblait désespérée...

Après le bref récit d'un des gardes, Karno ne perdit pas de temps pour nous adresser ses directives, ayant à nouveau retrouvé ce qui avait fait de lui le leader de son clan désormais disparu. 

"On dirait qu'une fois de plus, tu deviens chasseuse suppléante, gamine."

Ses mots ne me firent pas rire, étant donné qu'il venait clairement de m'intimer de rester sur la touche. Un ordre que j'avais beaucoup de mal à me digérer, et je ne me gênais pas pour le lui dire.

" Appelle moi encore gamine, et je me ferais un plaisir de transformer tes couilles en méchouis ! Et je suis pas venue ici pour jouer les baby-sitters ! "

J'aurais pu continuer sur ma lancée, mais m'éloignais en maugréant vers les familles susceptibles d'avoir besoin d'aide. En temps normal, j'aurais insisté pour assister le Lycan, mais mon instinct me disait que ce dernier cherchait à me cacher quelque chose en agissant ainsi. Je jugeais donc mieux d'endormir sa méfiance en obtempérant, et allais rassurer les gamins apeurés tout en surveillant Karno du coin de l'œil. Ce que j'allais entendre par la suite me conforta sur ce qu'il préparait dans mon dos.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

The Armored Beast

The Armored Beast

Messages : 89
Date d'inscription : 21/10/2015
Localisation : Santa Carla
Emploi de votre personnage : Chasseur de Démons / Vampires

Feuille de personnage
Feuille de caracteristiques:
Pierres d'âmes:
4750/1000000  (4750/1000000)
Limite:
5/100  (5/100)
MessageSujet: Re: The Shores of Nightmare   Lun 19 Sep - 3:32

Effectivement, ce qui pouvait être entendu par la Dunpeal était, dirons nous, très révélateur des volontés du lycanthrope. Si celui-ci avait paru suspect il y'a encore quelques minutes, il était maintenant clair qu'il souhaitait résoudre la situation d'une manière qui lui était propre.

"C'est un ordre direct que je te donne, Thulgar."
"Je m'en balance, lycan. Je te dis qu'on vient avec toi."
"Je n'ai pas de temps à perdre ni de poids mort à me balader avec moi. Cette affaire ne dépends plus de vous mais de l'Agence."
"De l'Agence? Tu te fous de nous, créfieu. Ici, c'est chez nous. Tu t'imagines quand même pas que tu va faire ta loi parce que Mathilda n'est plus là."
"Nom de dieu, c'est ici que j'ai besoin de vous. Si le village est à nouveau attaqué....."
"Oh non, Alexander. Plusieurs des nôtres sont encore dehors, alors que ca te plaise ou pas, on vient. Tu va pas nous mettre sur la touche, au même titre que ta copine."
"Et eux, bon sang? Vous en faites quoi?"

Le ton semblait très rapidement monter entre le lycanthrope et le dénommé Thulgar, un nain à la barbe grisonnante mais au ton déterminé. Thulgar était le genre à qui donner des ordres était chose impossible. Il avait vécu des décennies, si ce n'est plus encore et avait vécu assez de guerre pour ne plus jamais vouloir en revivre. Intérieurement, il avait souhaité pouvoir couler de vieux jours tranquilles mais les choses n'étaient plus les mêmes aujourd'hui.

"MON FILS EST DEHORS, LYCAN. ÉCARTE TOI DE MA ROUTE OU TU VA TÂTER DE MON MAILLET!"
"ET MOI, JE T'INTERDIS D'ABANDONNER TON POSTE, GUERRIER!"
"QUE TU LE VEUILLES OU NON, TES AMIS DE L'AGENCE NE SONT PAS LA.......et tu a besoin de nous.

La tension était à son comble et malgré le brouhaha du aux multiples plaintes, pleurs et cris de désespoir des habitants, il n'était pas difficile de comprendre qu'entre le nain et le lycan, la joie ne régnait pas. Loin de là en fait.

"...........10 d'entre vous. Les autres restent ici. A prendre ou à laisser. Choisis bien ceux qui t'accompagneront, Thulgar."

Un changement d'avis forcé mais avait il réellement le choix? Pas vraiment. De ce fait, Karno semblait vraiment ennuyé par la prise de position des nains. Pas qu'ils soient incapables de se défendre et plus encore, leur résistance à la magie faisait d'eux d'excellents compagnons de guerre, mais cette affaire, ce qui arrivait........c'était à lui seul de faire face. C'était un fardeau qu'il s'était imposé le jour où sa clémence lui imposa de laisser la vie sauve à celle qu'il aurait du tuer à San Antonio.

Voilà le prix aujourd'hui. Le lycan, las de tout cela, avait besoin de réfléchir au calme. Il avait donné ses ordres, accepté 10 des nains et demandé aux autres de veiller sur les habitants mais en prime, de ne laisser passer à aucun moment celle qui l'accompagnait. Pas question qu'elle vive cela une seconde fois.
Ayant pris soin de s'isoler dans une aile de la pièce, il observait, d'un oeil triste, ce qui arrivait. Devant lui, une petite fille, qui ne devait pas avoir plus de 10 ans, cherchait ses parents en pleurant. Plus loin, une vieille dame, elle pleurait, hurlait qu'on lui avait enlevé son fils. Accroupie au sol, les mains jointes, elle priait la miséricorde des dieux, qui ne viendrait certainement pas. Près du trône, des parents tenaient dans leur bras le corps sans vie de leur petite fille, qui ne devait pas avoir plus de cinq ans. 

Mais tous ces gens, sans exception, le lycan avait appris à les connaitre, à les respecter et les aimer comme les membres de sa propre famille. Depuis de nombreuses années, il avait vécu à leur coté, appris à vivre à leur rythme, jusqu'à se voir enseigné leurs coutumes. Il était le premier habitant lycanthrope d'Algherty.....et membre de la grande famille de Gaia. Inutile de dire qu'un tel spectacle lui déchirait le coeur. Sa gorge était nouée par tant de désolation et les larmes ne tardèrent pas à perler lorsqu'il vit une autre enfant pleurer en lui demandant d'aller chercher sa mère, perdue quelque part dans le brouillard.

Le regard du loup avait croisé celui de l'innocence.....et bien qu'elle aurait du être effrayée par une créature telle que le combattant lunaire, l'enfant se jeta presque sur lui en le suppliant de retrouver celle qui était comme Dieu à ses yeux.....car pour tous les enfants, maman est comme le second nom de dieu dans le cœur et la bouche de ceux-ci.
Il n'y eut aucun mot, aucune parole échangé. Seulement une créature qui prit l'enfant dans ses bras, en ressentant toute la honte et la culpabilité de ce qu'il avait engendré. 
Cela dura bien une bonne minute avant qu'il ne se décide à amener l'enfant à une des prêtresses présente dans la salle. 

Personne ne sût ce qu'il murmura à l'oreille de l'enfant avant de la quitter mais durant un instant, il avait été possible de voir dans les yeux du lycan, une lueur déterminée, aussi chaude et brûlante que les flammes du destin. Cela avait été le déclencheur, le catalyseur de la colère du Garou, qui, mu par un automatisme qu'il croyait disparu, se dirigea vers une porte, le tout d'un pas rapide et sûr, se situant juste à coté du trône, mais dissimulée aux regards de tous par un mécanisme dont il était un des rares à connaitre l'existence. 
Comment l'avait il enclenché? C'est un détail qui ne sera pas mentionné mais le mouvement de la porte laissa échapper une longue et puissante vague de poussière donnant sur une salle peu éclairée mais dont les murs étaient agrémentés d'armes qui n'étaient pas de celles que les habitants d'ici employaient.

Lances, épées à deux mains, canon, fusil d'assaut lourd, explosifs, il y'avait de quoi déclencher une guerre pour quiconque mettrait la main sur l'arsenal du lycanthrope mais plus encore.......au fond trônait quelque chose qu'il n'avait pas pensé revoir un jour. Ses pas, lents mais certains, l'amenèrent vers une lueur argenté. De celle-ci se détacha une forme sombre et imposante, presque aussi grande que le protecteur lui-même. Il était particulièrement difficile de dire ce que celui-ci ressentait à cet instant, mais c'était comme si il avait espéré ne plus jamais s'approcher de l'origine de cette lueur.

*Valor.................j'aurai souhaité ne plus jamais avoir à te porter.*

Une fois de plus, le destin demandait un combattant, un protecteur de la dernière chance. Mais celui-ci ne demandait pas n'importe quel guerrier. Il avait besoin d'une légende, un mythe qui se devait de revenir à la vie. Le destin souhaitait ardemment qu'un déchu fasse son retour sur les terres de ce monde. 

*Encore une fois........une seule et dernière fois.*

Le porteur de Valor, l'armure des protecteurs. La Bête en armure, le combattant des forêts, l'Ombre Blanche......tant de noms aujourd'hui oubliés, retenus que par quelques écrits et des pairs qui taisaient ce secret. Beaucoup vivaient avec la conviction qu'une légende morte ne pouvait revenir à la vie. Mais dans un royaume comme Neredia, les principes de vie et de mort, comme souvent, ne tenaient qu'à un fil.
Etait-ce donc si étonnant de voir émerger, sous un silence général, un être qu'on ne pensait plus jamais revoir? Pouvait on espérer mieux que le retour de celui, qui, autrefois, avait protégé ces terres dans le plus grand des secrets?

Armé et équipé, le "Roi" était réapparu au sein même d'Algherty. Dans ses yeux dansaient dorénavant les flammes de la détermination et de la colère. Il n'était plus seulement une arme de justice, un protecteur revenu à la vie: Il était devenu bien plus: Le Glaive de la vengeance. Aujourd'hui, il n'allait pas seulement offrir un jugement mais allait abattre une sentence rapide et efficace sur celui ou celle qui avait osé commettre une telle ignominie contre sa demeure.

Ses pas l'amenèrent jusqu'à la grande porte de la salle du trône, sous le regard ébahi de tous, ici présent, nains y' compris. Personne ne comprit pourquoi il avait revêtit sa vieille armure mais tous s'accordaient sur une seule pensée: Karno allait faire ce qu'il fallait pour aider le village. Et alors qu'il s'apprêtait à franchir le seuil de la salle du trône, quelque chose lui fit face.....ou plutôt, quelqu'un. 
Bien sûr, il s'était attendu à ce que cette "personne" apparaisse, mais il avait pourtant donné les directives pour que cela ne se produise pas.

"Ecarte toi, Luna. Cette affaire ne concerne que moi."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La Vengeance Incarnée

La Vengeance Incarnée

Messages : 169
Date d'inscription : 03/11/2013
Age : 28
Localisation : Santa Carla
Emploi de votre personnage : Traqueuse de Vampires / Travaille pour l'Agence à temps partiel

Feuille de personnage
Feuille de caracteristiques:
Pierres d'âmes:
38750/1000000  (38750/1000000)
Limite:
10/100  (10/100)
MessageSujet: Re: The Shores of Nightmare   Lun 19 Sep - 19:32

Karno semblait avoir omis un détail me concernant ; en tant que Dunpeal, mon ouïe était bien plus développée que celle des Humains, de sorte que je ne perdis pas une miette de sa conversation avec les Nains. Et comme je le redoutais, il comptait bien me planter là, tout ça à cause de son putain d'honneur de guerrier ! Mais c'était sans compter sur mon entêtement, car je n'avais pas l'intention de le laisser filer sans moi. Je continuais de m'occuper des habitants, tentant de leur apporter un peu de réconfort, tout en gardant le Lycan à l'œil. C'est à ce moment-là que je découvris toute l'étendue des conséquences des actes d'Abigail. Des familles brisées, priant, suppliant qu'on leur ramène leurs proches. Des mains tendues, des regards désespérés. Des parents au chevet de leurs enfants blessés, quand ils n'étaient pas mourants. Un couple en particulier retint mon attention, tenant contre eux leur petite fille sans vie. Un spectacle qui me brisa le cœur alors que je m'approchais, avant de m'asseoir à leurs côtés et de serrer leurs mains dans les miennes. Pas un mot ne fut échangé, seulement des regards où se lisait d'un côté leur détresse, de l'autre la promesse que leur fille serait vengée. Si jeune et encore toute la vie devant elle ... personne ne devrait mourir à cet âge-là, aucun parent ne devrait avoir à enterrer son enfant ! Je finis par m'éloigner lentement, ne tenant pas à ce qu'ils perdent espoir en voyant les larmes glisser sans bruit sur mon visage.

Car c'était ce que nous représentions à leurs yeux, moi, Karno, ainsi que tous ceux aptes à prendre les armes. L'espoir de voir réapparaître leurs proches en vie, et de venger ceux qui ne l'étaient plus. Voilà pourquoi je devais les accompagner pour mettre fin une bonne fois pour toutes aux agissements de l'Ensorceleuse ! Cherchant le Lycan des yeux pour lui dire le fond de ma pensée, je pestais intérieurement en voyant qu'il n'était plus présent dans la salle. Je me dirigeais donc vers la sortie, persuadée qu'il s'était fait la malle, quand une dizaine de Nains me firent barrage.

" Désolée gamine, on a eu des directives te concernant. Tu n'es pas censée sortir .... "

Je le coupais dans sa phrase en lui décochant un violent coup de genou dans l'estomac qui le fit se plier en deux. D'autres Nains s'apprêtèrent à prendre le relais quand ils furent stoppés par le dénommé Thulgar, dont le fils faisait partie de ceux qui s'étaient fait piégés.

" Laissez tomber, on ne pourra pas l'empêcher de nous accompagner, et toute aide nous sera utile .... "

" Mais Karno ... "

" Depuis quand devrions-nous obéir à ses ordres ? - il se tourna vers moi - Si tu le cherches, saches que tu fais fausse route, il est toujours dans le coin. D'ailleurs, le voilà. "

Je tournais mon regard vers l'endroit que Thulgar venait de m'indiquer... et restais ébahie alors que le Lycan faisait son apparition, à l'instar des autres habitants qui eux aussi avaient les yeux fixés sur lui. Je découvrais pour la première fois la Bête en Armure dans toute sa splendeur, et ne fut pas déçue, loin de là. Si Karno avait pour réputation d'être impressionnant, il dégageait à présent une prestance qui forçait le respect, aussi bien de ses ennemis que de ses alliés. Sa légende revenait en force, et je pouvais presque distinguer des flammes danser dans ses yeux. Dangereusement magnifique ... tels étaient les mots qui me vinrent à l'esprit pour le qualifier alors qu'il se dirigeait à pas lents vers la sortie. Un sentiment nouveau m'envahit l'espace de quelques secondes, sans que je puisse mettre un nom dessus, qui me troubla en plus d'être assez agréable.

Je me repris toutefois et m'avançais à mon tour, lui faisant face en lui barrant la route. Dans mes yeux pouvait se lire toute la détermination à participer à la bataille imminente. Evidemment, Karno ne l'entendit pas de cette oreille.

" Ecarte-toi, Luna. Cette affaire ne concerne que moi. "

" Ta gueule ! "

Les Nains sursautèrent à mon injonction et tout le monde focalisa son attention sur moi, surpris certainement devant tant d'insolence. Mais je n'en avais cure et repris sur ma lancée.

" Je ne t'ai pas demandé ton avis, j'ai aussi ma part de responsabilité dans cette histoire ! Il est hors de question que je reste en arrière, tu m'entends ? Je sais que tu comptes te rendre dans le Bois Obscur, si tu me laisses sur la touche, je n'hésiterais pas à partir seule de mon côté ! "

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

The Armored Beast

The Armored Beast

Messages : 89
Date d'inscription : 21/10/2015
Localisation : Santa Carla
Emploi de votre personnage : Chasseur de Démons / Vampires

Feuille de personnage
Feuille de caracteristiques:
Pierres d'âmes:
4750/1000000  (4750/1000000)
Limite:
5/100  (5/100)
MessageSujet: Re: The Shores of Nightmare   Mar 20 Sep - 1:14

Personne, pas même Karno, n'ouvrit la bouche pour tenter de répondre quoi que ce soit. Mais en ce qui concernait les nains, ils étaient impressionnés de voir une gamine s'adresser au puissant loup-garou avait autant de familiarité. C'était inhabituel mais plaisant à leurs yeux et assez révélateur quant au fait qu'elle ne manquait pas de cran.

En temps normal, une personne discutant les ordres d'Alexander aurait eue droit à la plus grande remontrance de sa vie et certainement, en option, un bon coup de pied aux fesses pour le principe. Les nains, eux, se concertaient, certainement dans l'idée de convaincre le loup-garou de ne pas s'opposer à la décision de la jeune femme. De plus, tous étaient d'accord pour dire que s'aventurer seul dans le bois obscur était une erreur pouvant s’avérer fatale.

"J'aurais préféré t'épargner cela............."

Le cliquetis des deux gigantesques flingues ainsi que de l'impressionnante hache à double tranchant qu'il avait accroché dans son dos semblaient presque assourdissant alors qu'il s'était tourné vers les nains, toujours en pleine concertation. A leur yeux, il était évident que rien ni personne n'avait le droit de leur donner des ordres. Rien d'étonnant sachant que Mathilda elle-même peinait à se faire entendre auprès de cette faction de rustres travailleurs. Pourtant, malgré leurs grands airs, jamais ils n'avait provoqué de problème vraiment majeur dans le village. Ils étaient travailleurs, volontaires et fidèles à ceux envers qui ils s'étaient attachés. N'importe qui vous dirait que dans un combat, un nain des montagnes était un allié extrêmement précieux bien que leur parler d'autorité était comme parler à un mur. Si ceux-ci avaient décidé de défier l'autorité de Karno, au même titre que Miss Eldritch, il était clair que les faire tous changer d'avis serait aussi utile que de tuer une mouche en lui éternuant dessus.

Mais Luna était celle qui n'avait aucune gêne à lui dire ce qu'elle pensait et à critiquer ouvertement ses décisions, chose que les nains préféraient faire de concert mais en silence, cette fois-ci. C'était si impressionnant de voir la manière dont elle y allait pour se faire entendre. Totalement culottée et remontée, prête à partir seule et certainement pas avant d'avoir balancé ses quatre vérités au chasseur de l'Agence. Dans d'autres circonstance, elle aurait provoqué un fou rire général mais les événements ne s'y prêtaient guère et de plus, l'engueulade ne semblait plus très loin. Le regard tremblant de colère de la Bête en armure était un excellent baromètre quant à la limite qui ne devait pas être franchie.
Un scandale ici, dans la salle du trône, était proscrit. De plus, le fait qu'elle se soit exclamé un peu trop fort avait éveillé les soupçons des nains quant à une probable culpabilité des deux êtres dans cette histoire.

"Que tu dis.......Tu n'es pas une chasseuse de l'Agence, Luna. Ce n'est pas dans ta juridiction. Ce qui arrive, là, dehors, ce n'est pas un jeu, ni une de tes traques sur des nouveaux-nés. C'est l'enfer qui s'abat sur nous. En tant que Chasseur, il est de mon devoir de respecter le serment que j'ai fait à ce village et à ses habitants.........."

Le ton du lycanthrope était rapidement monté et pendant un instant, il avait presque pointé du doigt la jeune femme avant d'arrêter son mouvement en poussant un soupir d'exaspération. Énervé mais lucide, il savait pertinemment que l'hybride avait raison sur toute la ligne. Tous deux étaient coupables, lui, de par sa trop grande miséricorde et elle, pour ne pas avoir été plus insistante par rapport à Abigail.
Mais était-ce vraiment elle, dehors? Ou un ersatz? Difficile de croire que la Nécromancienne était de retour tant la situation semblait encore pire que ce que Karno avait pu voir à San Antonio.

"............mais je te connais assez pour savoir que tu es aussi têtue que cette bande de têtes de bœufs derrière moi."

Cela sonnait comme un "Ok, tu me les brises mais tu peux venir." Il est vrai qu'une combattante comme Luna pourrait s’avérer précieuse et si de plus, il était avéré qu'Abigail était bien responsable de ce foutoir, alors nul doute qu'elle aurait aussi son mot à dire dans toute cette histoire. Bien entendu, cela ne calmait aucunement la frustration du lycanthrope qui, bien qu'il soit passablement énervé de voir son autorité remise en cause, ne détestait pas de voir la jeune tueuse de vampires faire montre d'une force de caractère qu'il n'avait que très peu vu dans sa vie.

"Ce qui nous attends dehors sera certainement dangereux. La marche sera pénible et les combats, certainement difficiles. Il sera hors de question de tuer à tout va, cette fois. C'est une mission de sauvetage, pas un carnage. Alors autant dire que si tu viens, tu n'aura pas intérêt à me décevoir.........ET CELA VAUT AUSSI POUR VOUS, TAS DE BUVEURS DE BIÈRES!!""

C'était une guerre qui se préparait, un affrontement qui risquerait de secouer à tout jamais les fondements de l'existence même d'Algherty et de ses habitants.

"Thulgar, toi et tes hommes avez 10 minutes pour vérifier votre équipement. Luna, je t'en donne 10 également pour t'équiper. Après cela, nous devons être parti. Alors, si vous avez une parole historique, une prière à faire ou de l'équipement à prendre, c'est le moment. Je ne tolérerai aucun retardataire. Me suis je bien fait comprendre?"

Si il avait paru hésitant, voire, perdu, il y'a quelques minutes, le combattant loup s'était vite repris. D'un ton autoritaire et empli d'une détermination sans faille, il avait aboyé littéralement ses ordres comme il le faisait si bien autrefois. Une époque lointaine, qu'il aurait pensé révolue.
Cependant, tous savaient que les légendes ne pouvaient prétendre à disparaitre ou s'imposer un peu de repos. Elles finissaient toujours par resurgir quand on s'y attendait le moins.........et le moins qu'on puisse dire, c'est que celui ou celle qui avait attaqué Algherty avait su s'y prendre pour réveiller la fureur de son protecteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La Vengeance Incarnée

La Vengeance Incarnée

Messages : 169
Date d'inscription : 03/11/2013
Age : 28
Localisation : Santa Carla
Emploi de votre personnage : Traqueuse de Vampires / Travaille pour l'Agence à temps partiel

Feuille de personnage
Feuille de caracteristiques:
Pierres d'âmes:
38750/1000000  (38750/1000000)
Limite:
10/100  (10/100)
MessageSujet: Re: The Shores of Nightmare   Sam 24 Sep - 1:04

Je sus aux regards interrogatifs des Nains que j'en avais un peu trop dit, mais heureusement pas assez pour qu'ils devinent à quel point Karno et moi étions impliqués dans cette affaire. Dans le cas contraire, il était certain que nous aurions perdu leur confiance. Pestant intérieurement contre moi-même, je me jurais de tenir ma langue à l'avenir. Mais ce n'est pas pour autant que j'acceptais l'avis du Lycan ; s'il est vrai que je pouvais me montrer entêtée quand l'envie me prenait, les événements actuels faisaient partie de ma juridiction. Nous avions tous deux laissé Abigail s'échapper alors que l'occasion de mettre fin à ses agissements s'était présenté, et je n'avais pas l'intention de le laisser s'en occuper tout seul ! De plus, la population d'Algherty m'avait accueilli à bras ouverts ; j'aurais culpabilisé de ne rien faire pour leur venir en aide. Sans compter que j'avais déjà rencontré une des familles .... Les parents qui pleuraient leur petite fille étaient les mêmes qu'Avinus avait kidnappé pour me faire payer sa défaite. Raison de plus pour ne pas rester sur la touche. Je n'hésitais donc pas à balancer à Karno ce que je pensais de ses paroles.

" Dans ce cas, pourquoi m'avoir nommé suppléante, si ce n'est pas dans ma juridiction, comme tu dis si bien ? Je ne faisais pas non plus partie de l'Agence la dernière fois, et ça ne m'a pas empêché de vous aider ! "

Je me gardais cependant bien d'ajouter que je leur avais apporté mon aide uniquement parce que j'avais vu là une occasion de glaner des informations sur Cassandra. J'avoue que l'opportunisme n'était pas un trait de caractère qui me faisait défaut. J'avais souvent tendance à agir dans mon propre intérêt, sauf si bien sûr ça risquait d'entraîner d'importants dommages collatéraux. Mais n'allez pas croire que j'étais dénuée de scrupules pour autant ! J'étais non seulement redevable envers Algherty, mais également envers Karno, ce dernier m'ayant sauvé la mise par trois fois. Et j'avais pour principe de toujours m'acquitter de mes dettes. Voilà une des raisons qui me poussait à accompagner le groupe, en plus d'aider les habitants. Si le Lycan venait à mourir, je m'en voudrais toute mon existence de ne pas avoir tout tenté pour le sauver .... comme je m'en voulais déjà pour la mort d'Alma.

" J'ai conscience que ce n'est pas un jeu, et c'est bien pour ça que je tiens à t'accompagner. J'ai une dette envers toi, et je compte bien l'honorer au cas où la situation tournerait en notre défaveur .... "


* .... même si ça signifie devoir donner ma vie pour la tienne ... *

Je me gardais toutefois d'exprimer ces mots à voix haute, sachant qu'il m'interdirait à coup sûr de venir. Quelque chose me disait pourtant qu'il n'était pas dupe quant au réel sens de mes paroles. On ne le surnommait pas la Bête en Armure pour rien, après tout. Mais s'il l'avait deviné, il n'en montra rien, se contentant de nous indiquer que nous n'avions qu'une dizaine de minutes pour nous préparer. Sans perdre une seconde, je suivais les Nains qui se dirigeaient vers la pièce cachée que Karno venait de quitter. Il y avait là de quoi fournir toute une armée, voire même plus. La quantité et la variété d'armes étaient tout bonnement impressionnantes ! J'enfilais une armure de cuir, glissais deux guns à ma ceinture, passais ensuite autour de l'épaule une bandoulière de munitions, puis me saisis d'une sacoche où j'y fourrais un poignard et diverses fioles aux effets divers selon le contenu (explosion, lumière aveuglante ou fumée opaque). Je rejoins ensuite les autres, me postant devant le Lycan avant de lui adresser un regard où pouvait se lire de la détermination. 

" Je ne te décevrais pas. "

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: The Shores of Nightmare   Aujourd'hui à 9:10

Revenir en haut Aller en bas
 
The Shores of Nightmare
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Sweet Nightmare} Manni
» Nightmare | Solitaire Sadique { nouveau perso' } | MANQUE LE KIT |
» You were my nightmare, but now, I love You... [PV:Janny ♥]
» American Nightmare [PV Hugo Strange / Romulus / Katana]
» Nightmare

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques de Neredia :: Bienvenue à Santa Carla ! :: La Grande Forêt :: Algherty-