La connaissance amène au pouvoir...
lienlien
  

  

  



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La connaissance amène au pouvoir...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité

MessageSujet: La connaissance amène au pouvoir...   Dim 13 Juin - 23:31

Une fois de plus, la grande et vieille porte de la bibliothèque s'ouvrit lentement, dans un grincement significatif. Un courant d'air entra à l'intérieur, et durant un instant, le bruit de la pluie et de l'orage qui provenait de l'extérieur se fit plus fort. Puis la porte se referma dans un claquement, estompant ainsi les bruits extérieurs qui pouvaient être dérangeants dans un lieu de calme et de silence. Et, une fois de plus, un homme aux cheveux blancs et au long manteau bleu avait mis les pieds dans la grande bibliothèque de Santa Carla. Se tenant debout devant la porte désormais fermée, il possédé un katana, rangé dans son fourreau qui était accroché à sa taille, ce qui était plutôt rare puisqu'il avait l'habitude de tenir le fourreau de la main gauche. Mais cette fois là, sa main gauche était occupée à tenir une mallette noire. Il releva lentement la tête, et de son regard habituellement froid, balaya le hall de la bibliothèque du regard. Il n'y avait pas beaucoup de monde, et les humains étaient bien trop plongés dans leurs affaires, dans leurs lectures inintéressantes, pour se soucier de lui. Cependant, une personne fit attention à son entrée. Cette personne, c'était le bibliothécaire, Daxius.

Ce n'était pas la première fois que Daxius voyait entrer cet homme mystérieux dans sa bibliothèque. En réalité, cet homme du nom de Vergil, que tout le monde ou presque sembler ignorer de part l'incroyable discrétion dont il avait fait preuve depuis son retour, était maintenant un habitué de ce lieu de connaissances, depuis plusieurs semaines. Daxius était un homme d'environ 40 ou 50 ans, cheveux courts grisonnants, visage souriant et sympathique malgré quelques rides. Vergil était le total opposé, un visage extrêmement froid et une expression rude, mais des traits pourtant parfaits. Daxius lui sourit chaleureusement, en le voyant. Un sourire que Vergil ne rendit pas cependant, se contentant simplement de le saluer d'un hochement de tête. Le fils de Sparda marcha ensuite d'un pas lent et silencieux vers le bibliothécaire. Il posa la mallette sur le bureau de Daxius, l'ouvrit et en sortit trois livres qu'il posa devant l'autre homme.

"Dans les temps... Je ne pensais pas que vous auriez le temps de tous les lire. Dois-je en conclure que vos recherches ont été fructueuses ?" demanda t-il à voix basse pour ne pas déranger ceux qui lisaient, tout en prenant les livres que Vergil venait de rendre.

"Non. Je n'ai pas encore trouvé ce que je cherchais."
répondit-il assez froidement, sans parler plus fort que Daxius.

"Pas encore... Vous, on peut dire que vous êtes persévérant. "

Le bibliothécaire se leva, les livres en main, et se diriger vers l'un des nombreux rayons de livres, suivi par Vergil qui regardait les noms des livres correctement rangés tout en marchant. Daxius rangea ceux que le fils de Sparda avait loué, puis en sortit un autre, intitulé "Sceaux et malédictions". Il le tendit alors au jeune homme aux cheveux blancs.

"Tenez... C'est un vieux livre que j'ai retrouvé récemment. Il pourrait vous intéresser. Je vous laisse le feuilleter tranquillement."


Vergil prit le bouquin et le bibliothécaire s'éloigna pour retourner à son bureau. Il ouvrit le livre et le feuilleta d'abord rapidement pour juger de sa pertinence. Il regarda le sommaire, et se rendit directement aux pages qui l'intéressaient, celles concernant les sceaux sur les objets qui empêchaient les personnes de les utiliser. Il espérait pouvoir enfin trouver le moyen de lire le journal intime de son père, afin de savoir de quelle manière libérer le Pouvoir de Sparda.
Revenir en haut Aller en bas

The Dark Bride/Admin

The Dark Bride/Admin

avatar
Messages : 1001
Date d'inscription : 23/12/2009
Age : 28
Localisation : Auprès de Deimos
Emploi de votre personnage : Avocate
Humeur : Taquine

Feuille de personnage
Feuille de caracteristiques:
Pierres d'âmes:
7345/1000000  (7345/1000000)
Limite:
0/100  (0/100)
MessageSujet: Re: La connaissance amène au pouvoir...   Lun 14 Juin - 11:47

Que dire, c'est très bien, mais ne te concentre pas trop sur les persos que tu joues en PNJ. Même si ce que tu fais est très bien ( surtout en fait quand il s'agit de topic d'action, mais dans des topics dit simple tu as le choix finallement soit tu donne une description complète, soit c'est ton partenaire qui le fait), montre plutôt ce que ressens ton perso face à ça et même s'il pense que c'est de la provocation ou autre, ou s'il ne réagit pas, des choses comme ça...

***


Il fallait dire que dans sa vie de jeune femme, la miss ne s'était jamais vraiment intéressée à ce que faisait son père, il était toujours si secret, si silencieux, et à peine la petite lui demandait-elle ce qu'il faisait de ses journées qu'il s'énervait et disait que ça ne la concernait pas. Du coup Amélia n'avait jamais chercher à en savoir plus, jusqu'à ce que bien sur, elle découvre la magie et tout ce qui s'en suivait.
Depuis tant de choses étaient arrivées, elle avait déménagé à Santa Carla avec Deimos une fois mariée avec lui et tout était le plus beau dans le meilleur des mondes, pour être plus proche de son père, pouvoir lui rendre visite, la belle brune avait transférer le cercueil de celui-ci dans le cimetière de la ville. BIen sur c'était sans compter l'attaque qui avait eu lieu deux jours plus tôt et qui avait en quelque sortes fait replonger le félin dans son état bestial. Celui-ci d'ailleurs n'avait pas encore complétement reprit ses esprits et Amélia se cachait en quelques sortes à la bibliothèque sans pouvoir s'empêcher de considérer que tout ça était de sa faute.
Quoi qu'il en soit, désormais, il fallait chercher une solution, mais trouverait-elle la réponse dans les livres? Pas sur, pas du tout sur même. Mais le dicton disait bien: * Qui ne tente rien, n'a rien..* Alors au tant essayer, sur le coup AMélia n'avait pas grand chose à perdre, à part du temps précieux peut être... Mais quand ça concernait Deimos et ses personnalités, ce n'était pas du tout du temps perdu... Même si à ce jour l'italienne savait presque tout de l'originalité vivante qui était son mari, elle restait avide de savoir, de toute information suplémentaire
Au loin elle entendait Daxius parlait à un autre homme, complétement découragée, la belle avait quitter le livre qu'elle feuilletait des yeux et observait désormais les deux protagonistes. En observant celui qu'elle ne connaissait pas, Amélia remarqua rapidement son regard froid, toute son attitude était froide et ce presque à faire peur. Bien sur poussée par la curiosité, bah oui on ne peut pas vraiment se changer, même si on le veut ardemment , la brunette continuait de regarder celui qui semblait ne pas trouver ce qu'il cherchait, ce qui faisait d'eux, deux joyeux galériens. Ce qui sur le coup fit sourire notre belle. Aussi apparemment il avait emprunter plusieurs bouquins et les avait rendu à temps ce qui surprit encore plus la cuisinière en herbe. Amy n'étant pas loin pu aussi apercevoir le nom du livre que Daxius venait de donner au visiteur. Fronçant alors un sourcil, Amy ne put s'empêcher de se poser un tas de question sur le pourquoi du comment, et pourtant hésitait à aller voir de plus près, après tout on ne sait jamais sur qui ou quoi on peut tomber...
Pourtant Amélia aimait prendre les risques et considérait que c'était la seule chose qui en ce moment la faisait un tant soit peu vivre, qui plus est , elle portait aussi la vie en elle, et en ce jour glorieux, ça faisait cinq mois, pile poil... Son ventre avait maintenant prit une forme bien ronde sans être non plus énorme, du moins pour le moment. Omnubilée par la curiosité, Amy avait oublié de retirer son regard du lecteur. Mais le principal était en fait de ne rien faire qui nécessite l'intervention du félin, il en avait déjà assez fait, et d'ailleurs, parfois, la future maman en était amenée à se demander si elle ne rendait pas les choses plus difficiles, plus compliquées... Il n'y avait nul doute que Deimos l'aimait, la question ne se posait même pas, mais à cause d'elle, quelque part, il vivait le martyr...
Perdue alors dans ses pensées concernant l'homme de sa vie, la miss n'avait toujours pas quitter l'homme du regard, et pu remarquer qu'il ne lisait pas le livre en entier mais le feuilletait ce qui déjà laissait un indice sur le fait de comment il avait fait pour tout rendre à temps, mais il ne fallait pas se voiler la face, Amy détournant son regard se demandait si l'inconnu l'avait remarquée et si oui, qu'est-ce qui en découlerait

_________________


*Jeune maman*

Deimos, ti amo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

MessageSujet: Re: La connaissance amène au pouvoir...   Lun 14 Juin - 18:47

Chapitre 3 : Sceaux sur un objet convoité.
Voici la page à laquelle Vergil était directement allé. Le journal de son père n'était pas un journal intime comme les autres. Ce n'était pas un livre avec une serrure sur le côté, et dont une simple petite clé aurait suffit pour ouvrir. Non, Sparda était un homme bien plus prudent que cela. Il avait laissé une trace écrite de sa longue vie, de sa légende, mais avait refusé à ce qu'une autre personne puisse la lire. Il était tout à fait compréhensible, même pour Vergil, que son père ne veuille pas laisser quelqu'un d'autre lire ses histoires, mais dans ce cas pourquoi les avoir écrites ? Il devait probablement avoir quelque chose d'important à cacher : quelque chose qu'il n'avait même pas révélé à ses propres fils. Nul doute qu'il avait écrit dans ce livre la manière dont il avait scellé ses propres pouvoirs. Et pour qu'aucun mortel ou démon ne tombe dessus, il avait scellé ce livre en lui jetant un sortilège. En apparence, ce n'était qu'un vieux livre poussiéreux. Mais lorsqu'on le prenait dans ses mains, une lumière rouge le recouvrait de toute part, brûlant la peau de celui qui le touchait, et une force mystérieuse maintenait le livre fermé, empêchant quiconque de l'ouvrir.

*Il existe différentes méthodes pour sceller un objet qui vous appartient, afin d'empêcher d'autres personnes de s'en servir.* lu le fils de Sparda.

*Tout dépend de la catégorie de personnes que vous visez : vous pouvez sceller l'objet convoité à toute autre personne que vous-même, à toute personne extérieure à votre famille, ou encore à toute personne n'ayant pas une puissance suffisamment élevée.*

Vergil interrompit sa lecture un instant, et réfléchit sur ce qu'il venait de lire.

*Intéressant... Le sceau de mon père fonctionne également contre moi... Cela signifie certainement qu'il n'a pas laissé à sa propre famille l'opportunité de lire son journal.... Mais pourquoi ?... Avait-il un manque de confiance envers Dante ou moi ?... Pourquoi vouloir nous empêcher de mettre la main sur son pouvoir, alors que nous sommes ses propres fils ?... Après tout... Il a lui-même affirmé que notre devoir serait de prendre sa relève.*

Soudainement, il se mit à regarder sur le côté, du coin de l'œil, sans bouger la tête. Il avait remarqué qu'une personne le regardait avec insistance depuis quelques secondes. Il tourna lentement la tête vers cette personne en la fixant froidement, et remarqua qu'au même moment elle détournait le regard.

*Qui est cette femme...? Pourquoi me regardait-elle avec tant d'insistance ?... M'aurait-elle reconnu ?... Ou bien, me confond-elle avec Dante ?... Peut-être connaissait-elle mon père... Peut-être est-ce une démone ayant l'intention de se venger de Sparda ?*

Vergil, à force de refuser une grande majorité des contacts sociaux depuis le massacre de sa famille, était devenu quelqu'un de presque paranoïaque... Il aimait la solitude et n'aimait pas qu'on le dérange, et la plupart du temps, lorsqu'on l'abordait, il demandait à ce qu'on le laisse tranquille, jusqu'à ce que la personne daigne dire ou montrer quelque chose d'intéressant pour Vergil... Ce qui, la plupart du temps, n'arrivait pas. Pourtant, ce n'était pas la première fois qu'une jeune femme le regardait avec insistance. Mais la plupart du temps, ces filles là n'étaient que des humaines ignorantes qui le trouvaient juste physiquement attirant. Le fils de Sparda préférait les ignorer. Il n'avait pas la tête à ça.

*Cela n'a que peu d'importance, pour le moment... Tant que cette femme ne vient pas m'importuner, il est inutile de lui accorder mon attention.*

Le regard de Vergil se posa donc à nouveau sur son livre, et il reprit la lecture là où il l'avait laissée, sans se soucier d'avantage de cette femme qui semblait bien curieuse.
Revenir en haut Aller en bas

The Dark Bride/Admin

The Dark Bride/Admin

avatar
Messages : 1001
Date d'inscription : 23/12/2009
Age : 28
Localisation : Auprès de Deimos
Emploi de votre personnage : Avocate
Humeur : Taquine

Feuille de personnage
Feuille de caracteristiques:
Pierres d'âmes:
7345/1000000  (7345/1000000)
Limite:
0/100  (0/100)
MessageSujet: Re: La connaissance amène au pouvoir...   Lun 14 Juin - 20:22

Plus rien à redire, c'est parfait très cher^^

***

Amélia observait la bibliothèque, Daxius qui l'avait finalement repérer, et ce visiteur. Elle ne l'avait jamais vu auparavant, et c'est pourquoi, surement, la curiosité la dévorait ainsi, malheureusement la future maman ne pouvait rien y faire. Elle aurait donné cher à ce moment là pour réussir à lire les pensées du lecteur, et de pouvoir savoir qui il était... méchant, gentil, neutre. Mais si on y pense bien le monde 'était plus ainsi divisé, puisqu'il avait tellement de fraude et de faux-semblants.
Le guérisseur-bibliothécaire finit par venir la voir et lui chuchota alors

"Amy qu'est-ce que tu fou ici, je t'ai dit de garder un oeil sur Deimos"

"Tu es marrant toi, il ne tient pas en place


"Tu ne trouveras pas les réponses dans les livres tu le sais! Et tu ne t'attirera rien de bon en fixant Vergil comme ça, tu es mieux sans le connaître... C'est un personnage assez paranoïaque je dois dire. Il va penser que tu es du mauvais côté, et peut importe que tu sois enceinte ou pas. N'aggrave pas les choses!"

"Vergil tu as dit? L'un des fils de Sparda

"Comment tu le sais"


"J'ai passé deux années de ma vie à la bibliothèque et je suis très curieuse de nature"

"Oui et bah un jour ça te coûtera la vie... Fais ce que tu vuex, mais ne fait pas attention à lui, conseil d'ami"


Il se dirigea alors vers Vergil en faisant comme si de rien était et lui demanda avec son habituelle gentillesse

"Alors, tu as trouvé ton bonheur cette fois-ci?"

Amélia ne pouvait s'en empêcher, Daxius n'avait fait qu'accroître sa curiosité, et ce même si Vergil avait remarquer son regard insistant et que finalement il était retourné à sa lecture. Surement en allant le voir, Daxius espérait-il de distraire le fils de Sparda, et surtout le retenir si jamais il décidait de faire des bêtises, après tout ils étaient dans une bibliothèque et il était hors de question qu'il y ait une bagarre ici, et puis à ce qu'il connaissait du visiteur, il n'était pas fou au point quand même de s'attaquer à une femme enceinte. Il ne restait plus qu'à voir comment il réagirait à tout ça.

_________________


*Jeune maman*

Deimos, ti amo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

MessageSujet: Re: La connaissance amène au pouvoir...   Mar 15 Juin - 13:52

En effet, Vergil n'était pas fou. Simplement distant et un brin asocial. Il ne tuait que lorsqu'il trouvait cela nécessaire, c'est à dire lorsqu'on le dérangeait ou que l'on se mettait en travers de son chemin. Mais, de lui-même, il ne s'amuserait pas à aller tuer un individu qui ne lui aurait encore rien fait. Il ne gagnerait rien à cela, pas même du mérite, ce serait juste une perte de temps. Il n'irait pas chercher les ennuies de lui-même. Cependant, sa quête de pouvoir lui apportait déjà forcément quelques ennuies. La seule race qu'il tuait sans raison et avec laquelle il prenait du plaisir à le faire, c'était celle des démons purs. La seule raison qu'ils soient démons suffisait. Bien qu'il aspirait au pouvoir démoniaque, il détestait les démons (mis à part son père) et n'hésitait jamais à les tuer.

Vergil avait donc décidé d'ignorer la jeune femme qui l'avait regardé, pour en revenir à sa lecture. Celle-ci s'avérait très intéressante d'ailleurs, puisque Vergil apprenait énormément de choses sur les sceaux démoniaques. Il n'était pas certain que les écritures de ce livre suffiraient à déjouer le sceau que Sparda avait créé sur son journal intime, mais au moins il fallait essayer. Et puis, il n'avait aucun autre moyen de savoir comment faire, de toutes façons. Quoi de mieux qu'aller à la bibliothèque pour lire de vieux livres oubliés de tous, afin d'acquérir de nouvelles connaissances et se rapprocher du pouvoir ? En cet instant, il était en train de lire un paragraphe consacré aux sceaux invoqués à partir d'une formule magique. C'était un sceau d'assez bas niveau, puisqu'il ne nécessitait aucun sacrifice, mais assez puissant pour empêcher un humain de se servir de l'objet en question. Il fallait réciter une formule de sorcellerie, puis ensuite inventer la formule qui permettrait de desceller l'objet, une sorte de mot de passe en réalité. L'avantage de cette technique, c'était que cette formule secrète et personnelle, on pouvait la communiquer aux personnes en qui on avait confiance et qui avaient le droit d'utiliser l'objet scellé. Malheureusement, si son père avait fait usage d'une formule de sorcellerie pour sceller son journal, Vergil n'en avait jamais eu connaissance. Et il était impossible de trouver une formule secrète et inventée par son père s'il n'avait aucune idée de ce que cela pourrait être.


*Il est peu probable que Sparda ait utilisé un sceau de bas niveau... Puisque si cela avait été le cas, en tant que son fils et donc héritier d'une partie de ses pouvoirs, j'aurais été capable d'utiliser le livre sans avoir à le desceller. Il est bien écrit que ce sceau là est suffisant pour bloquer un humain, mais pas les êtres supérieurs.*

Cependant, Vergil lit plus bas que la puissance et donc l'efficacité d'un tel sceau pouvait être améliorée si l'on sacrifiait quelque chose. Plus l'objet (ou être vivant) sacrifié était cher au créateur du sceau, plus celui-ci serait efficace. Par conséquent, la supposition de Vergil s'avérerait être fausse si Sparda avait sacrifié quelque chose en faisant son sceau. Mais ceci n'était qu'une méthode parmi tant d'autre, et Sparda avait très bien pu utiliser un autre moyen de sceller l'objet : il y en avait tellement qui étaient répertoriés dans ce livre.

Toutefois, le fils de Sparda fut interrompu une nouvelle fois dans sa lecture et ses pensées, lorsqu'il entendit quelques chuchotements proches de lui, depuis déjà plusieurs secondes. Il tourna alors de nouveau la tête vers la jeune femme qui l'avait dévisagé plus tôt, et remarqua qu'elle était en communication avec Daxius. De quoi pouvait-il bien parler ? A cette distance, Vergil ne pouvait pas entendre leur messe basse, mais à en juger par le regard des deux individus qui, parfois, le fixaient, nul doute qu'ils devaient parler de lui. Le jeune homme plissa les yeux tout en restant silencieux et calme, bien qu'il en fut légèrement agacé. Il décida de reprendre sa lecture néanmoins, mais toute son attention était focalisée sur ces chuchotements qu'il ne pouvait comprendre.
Puis, les chuchotements s'interrompirent et quelques secondes plus tard, le bibliothécaire marcha en direction de Vergil.


*Tiens donc... * pensa t-il en le voyant arriver.

Faisant mine de rien, et un petit sourire sur les lèvres, il lui demanda s'il avait finalement trouvé ce qu'il cherchait depuis déjà plusieurs semaines.


"Pour l'instant." répondit-il simplement.

Il marqua une petite pause de silence mais, avant que Daxius ne s'en aille, il dit à voix basse mais sans chuchoter :


"Cette femme," il désigna alors d'un discret signe de tête celle qui l'avait dévisagé, tout en la fixant froidement, "Qui est-elle ?"
Revenir en haut Aller en bas

The Dark Bride/Admin

The Dark Bride/Admin

avatar
Messages : 1001
Date d'inscription : 23/12/2009
Age : 28
Localisation : Auprès de Deimos
Emploi de votre personnage : Avocate
Humeur : Taquine

Feuille de personnage
Feuille de caracteristiques:
Pierres d'âmes:
7345/1000000  (7345/1000000)
Limite:
0/100  (0/100)
MessageSujet: Re: La connaissance amène au pouvoir...   Ven 18 Juin - 18:11

QU'on le veuille ou non, on ne se change pas... On ne change pas sa nature.... Et dans le cas d'Amélia, eh bien on pouvait dire que c'était un cas... désespéré... non non, sans exagérer... AU cours de sa courte discussion avec le bibliothécaire, la miss vit que Vergil les avait entendu. qu'allait-i penser ou dire... Comment réagirait-il face une curiosité pareille... il était imprévisible, pas besoin d'être medium pour le deviner. Ainsi donc le guérisseur alla prendre des nouvelles du lecteur. Et c'est alors que les deux protagonistes entamèrent une autre discussion qui amena la future maman à regarder une nouvelle fois dans leur direction. Têtue? Peut être quelque peu suicidaire à vouloir tenter le diable que ça... dieu seul sait...
Ainsi donc, Amy n'avait plus aucun intérêt pour les trois quatre livres éparpillés sur sa table concernant l'ancien temps, les légendes et tout ce que lui avait raconté Coliostro au cimetière il y a maintenant deux ans... Voire plus... le temps passait si vite... Et elle allait avoir deux enfants, d'un coup; si on lui avait dit ça à son arrivée à San Fransisco... Enfin plus aucun intérêt pour ça, désormais toute sa concentration était focalisée sur le nouvel arrivant, elle ne pouvait rien y faire, et du côté de Daxius et de Vergil... Voyons voir la scène

"C'est Amélia Stazzone, sans danger vraiment. C'est une demi-démone. Son point faible, la curiosité. Son point fort, le sang froid. Tu connais Black Cat? C'est sa femme. Voilà tu sais ce qu'il faut savoir, je ne t'en dirais pas plus. Bonne chance pour la suite"

Daxius tourna ses talons et s'en alla vers son bureau d'où il pouvait surveiller les deux zozios, quelque chose lui disait que tout ça n'allait pas s'arrêter là, bien au contraire, il se demandait à présent qu'est-ce que le fils de Sparda allait faire de la nouvelle qu'il venait de lui donner. Avait-il eu seulement raison de la donner? Que lui avait-il prit de confier ça comme ça.? Peut être que le bibliothécaire se faisait vieux et ne savait plus vraiment tenir sa langue? Oui possible, ou peut être tout simplement avait-il confiance au lecteur qui était venu ici en ce jour... Hmmm... En tout cas le reste, il le surveillerait d'un bon oeil.
Quant à Amélia, elle finit par refermer tous les livres disposés sur sa table en soupirant longuement et finit par prendre sa tête dans ses mains, visiblement c'était peine perdue

_________________


*Jeune maman*

Deimos, ti amo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

MessageSujet: Re: La connaissance amène au pouvoir...   Lun 28 Juin - 1:00

Vergil porta lentement son regard sévère en direction de Daxius après qu'il lui eut posé la question concernant l'observatrice curieuse et inconnue. Le guérisseur lui donna alors son nom entier, et la décrit brièvement en donnant sa principale qualité et son pire défaut, que le fils de Sparda avait déjà remarqué d'ailleurs. Il annonça également qu'elle était la femme de Black Cat.

*Black Cat... ?* se demanda intérieurement le jeune homme aux cheveux blancs.

Le bibliothécaire se tourna et commença à s'en aller, tandis que Vergil continuait de s'interroger. Qui était Black Cat ? Il ne le connaissait pas : en effet, Vergil n'était pas arrivé à Santa Carla depuis bien longtemps, et, asocial qu'il était, n'avait eu que très peu de contacts. Daxius était d'ailleurs probablement le seul habitant de la ville à connaître son prénom et à savoir qu'il est le fils du légendaire guerrier Sparda. Il se faisait discret, passant inaperçu au milieu des humains malgré son accoutrement bien différent de ce qui se faisait habituellement. Lorsqu'il ne passait pas son temps à la bibliothèque, il restait cloîtré dans la maison de ses parents, abandonnée bien qu'il y avait remis un peu d'ordre. Aux yeux de tout ceux qui, jadis, l'avaient connu, il était mort. Il avait été tué dix ans plus tôt en même temps que le reste de sa famille, hormis Dante. C'était la version officielle. Il avait entendu parler de Dante, parce qu'une fois on l'avait confondu avec lui. Mais il n'avait pas encore pris le temps de lui rendre visite. Son obsession pour le pouvoir, et principalement pour celui de son père, lui prenait tout son temps, à tel point qu'il n'avait pas encore planifié de voir son cher frère qu'il croyait pourtant encore mort quelques jours plus tôt, et ce depuis dix ans. Qu'attendait-il au fond ? Nul ne saurait le dire. Peut-être attendait-il d'avoir récupéré le pouvoir de son père ? Ou d'avoir mieux avancé sur la piste conduisant à ce pouvoir ? Peut-être attendait-il de le croiser par hasard dans la rue ? Ou bien peut-être qu'il attendait simplement le bon moment, sans même savoir à l'avance quand ce serait.

Quoiqu'il en soit, totalement plongé dans son obsession, dans son monde illusoire dans lequel s'organisait la quête du pouvoir, il ignorait énormément de choses sur cette ville qu'il avait quittée dix ans plus tôt. Intéressé par une unique chose, il n'avait pas beaucoup fait attention à ce qui s'était passé autour de lui depuis son retour à Santa Carla, et le nom de Black Cat ne lui disait définitivement rien. Mais Vergil revint sur les paroles précédentes de Daxius. Un élément qui semblait d'une très grande importance pour le fils de Sparda mais qui avait été dit d'une façon tellement anodine de la part du bibliothécaire, qu'il avait bien faillit l'ignorer. Avait-il bien dit "une demi-démone" ? Était-il possible que les jumeaux démoniaques ne soient pas les seuls demi-démons de la planète ?


*Il semblerait que mon père ne soit pas le seul démon à avoir copulé avec une humaine. Cette femme était-elle un enfant issu d'un viol ? Ou bien un autre démon a t-il pu tomber amoureux ? Sparda n'aurait pas été le seul démon à trahir les siens ?*


Cette nouvelle était un peu comme une sorte de choc pour Vergil. Disons qu'il en était assez surpris, ramenant aussitôt son regard vers la jeune femme qui avait la tête posée dans ses mains. Il s'était toujours considéré diffèrent... meilleur, par rapport aux humains. Il n'y avait que son frère qu'il considérait comme son égal, du moins d'après les souvenirs qu'il lui restait. Le fait que cette femme soit en réalité à moitié-démone avait suscité un léger intérêt chez Vergil. Elle était un peu montée dans son estime, du fait qu'ils avaient ce trait commun d'être à moitié démon. Il avait toujours pensé que Dante et lui étaient les deux seuls demi-démons. L'intérêt, c'était que contrairement à un démon pur, Vergil n'avait pas besoin ni envie de la désintégrer, et c'était pareil pour elle probablement puisqu'aucune intention offensive ne semblait se manifester de son côté. Par conséquent, elle pouvait éventuellement posséder les connaissances ou les pouvoirs nécessaires pour défaire le sceau que son père avait jeté sur son journal intime. Mais... Pouvait-il lui faire confiance ? Et si, après l'avoir aidé, elle ferait en sorte de s'approprier elle-même le pouvoir de Sparda ? C'était risqué, Vergil ne connaissait pas l'étendu de ses pouvoirs, et ne souhaitait pas attirer l'attention, ni les convoitises sur ce qu'il désirait le plus. Se refusant à tout contact social pendant des années, il avait appris à ne faire confiance qu'à lui seul. Mais... Rien ne l'empêchait de l'utiliser dans le cas où elle serait utile, et de la tuer si elle devenait trop dangereuse ou envieuse, ou au moins de l'écarter après qu'elle ait exécutée sa tâche. Maintenant, il ne restait plus qu'à savoir si oui ou non elle pouvait lui être utile. Pouvait-elle lui être plus utile qu'un livre ? Avait-elle les pouvoirs nécessaires pour retirer le sceau de Sparda sur ce journal intime qui, probablement, devait indiquer la façon dont il avait scellé ses propres pouvoirs ? Comment le savoir ? Et surtout, comment la convaincre de l'aider, si toutefois elle en était capable ? Une chose était certaine : il fallait lui adresser la parole. Mais devait-il aller droit au but, comme l'Olympique de Marseille dont il portait la couleur bleu ciel ? Ou bien fallait-il prendre le temps de faire connaissance ? Vergil ne l'avait pas lâchée du regard depuis que Daxius s'était éloigné, songeant à la façon dont il pourrait éventuellement se servir d'elle pour arriver à ses fins. Le fait de se priver de relation sociale, pour ne pas souffrir et ne pas laisser place à des sentiments qui pourraient l'affaiblir, avait aussi ses contraintes : en particulier celle de ne plus savoir comment aborder une personne et d'être donc incapable de prévoir ses réactions. Et Vergil n'aimait pas cela, l'imprévisible, le manque de contrôle, c'était une voie particulièrement dangereuse. Il n'était pourtant pas timide, puisqu'il était particulièrement fier et sûr de lui. Il avait simplement perdu l'habitude de communiquer avec les inconnus lorsqu'il ne s'agissait pas de leur dire de le laisser tranquille. Il hésitait toujours entre lui demander directement si elle connaissait des sortilèges de descellement, lui demander pourquoi elle l'avait regardé de façon si insistante plus tôt, ou encore d'engager la conversation d'une banale formule de politesse suivie d'une petite introduction en disant que Daxius lui avait dit qu'elle était à moitié démone. Mais peut-être que le fait de la regarder avec insistance, exactement de la même manière qu'elle l'avait fait quelques minutes plus tôt, bien que son regard à lui était glacial, la ferait engager la conversation la première.
Revenir en haut Aller en bas

The Dark Bride/Admin

The Dark Bride/Admin

avatar
Messages : 1001
Date d'inscription : 23/12/2009
Age : 28
Localisation : Auprès de Deimos
Emploi de votre personnage : Avocate
Humeur : Taquine

Feuille de personnage
Feuille de caracteristiques:
Pierres d'âmes:
7345/1000000  (7345/1000000)
Limite:
0/100  (0/100)
MessageSujet: Re: La connaissance amène au pouvoir...   Mer 30 Juin - 1:21

Amélia avait regardé Daxius d'un oeil noir, pourquoi se permettait il de parler d'elle à un parfait étranger et surtout qu'avait-il dit au fils de Sparda... Quoi qu'il ait pu dire, l'avocate remarqua presque immédiatement le regard de celui-ci pointé vers elle ce qui étonna la cuisinière en herbe. Son regard se baladait entre le bibliothécaire et le lecteur étranger. Est-ce que Daxius lui donnerait un signe de tête? Le guérisseur semblait connaître le visiteur et connaissait surement la marche à suivre. Mais Amy avait déjà manqué les premiers conseils de Daxius: A savoir limiter sa curiosité et détourner son regard, il la laisserait sans doutes se débrouiller à partir de là. Amélia finit alors par souffler quelque peu... Que faire? De toutes façons ils étaient dans une bibliothèque, donc risque 0... A ce moment la future maman aurait bien voulu être dans la tête de Vergil pour savoir à quoi il pensait, il avait l'air de se poser pas mal de questions à ce sujet, et ce depuis que Daxius lui avait parlé.
AMélia se prit alors en mains et finit par se lever pour aller rejoindre le fils de Sparda et prit place en face de celui-ci sous le regard attentif de Daxius qui voulait surement éviter que ça ne déborde, mais il avait l'air d'accord pour cette rencontre, surement tant que les deux zozios ne parle pas trop fort ou autre. Mais le coeur de la future maman commença à battre plus fort. PRemièrement le regard du visiteur était glacial et donc peu rassurant et deuxièmement Amélia n'avait pas la moindre idée de ce qu'elle pourrait dire, par où commencer... Des choses comme ça quoi, elle finit par souffler

"Je suis désolée, j'ai cru vous reconnaître, je pensais être sure de moi et Daxius a confirmer mes pensées, je suis désolée si je vous ai interrompu dans votre lecture. Mais j'ai aussi vu que vous me regardiez. Est-ce que vous aussi vous avez l'impression de me reconnaître?"

Il fallait bien commencer quelque part, mais sur le coup Amélia se sentait quelque peu stupide, commencer par des excuses, était quelque part un signe de faiblesse, mais aussi quelque part de sagesse, elle ne connaissait que trop bien la légende et ce qui était lié à l'histoire du fils de Sparda... Son savoir était large et sa curiosité trop grande, mais cette rencontre n'était pas anodine, il ne restait plus qu'à voir comment réagirait le protagoniste assis en face d'elle

***

Ps: tu peux commencer d'autres topics hein

_________________


*Jeune maman*

Deimos, ti amo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

MessageSujet: Re: La connaissance amène au pouvoir...   Dim 4 Juil - 0:33

[HRP : Sorry du retard injustifié, mais problèmes de pc (formatage) + entretien pour une candidature + recherche de logements... ]


Finalement, et après un court moment d'attente, la dénommée Amélia se leva pour se diriger vers le jeune homme. Sans un mot et prévoyant à ce qu'elle s'adresse à lui, il referma le livre qu'il était en train de lire d'un geste sec d'une main, puis abaissa cette main pour que son bras droit longe le long de son corps, tout comme l'autre bras. Il fit un quart de tour sur lui-même, puisqu'il était toujours debout depuis le début, pour faire face totalement à la jeune femme lorsqu'elle arriva devant lui. La même expression de froideur, alliée à de la fierté, était peinte sur son visage blafard, et il ne dit rien jusqu'à ce qu'elle eut fini son petit discours.

Elle commença d'abord par des excuses. Vergil haussa légèrement un sourcil, assez étonné, tout en penchant un peu la tête vers le côté. Le fils de Sparda n'avait pas pour habitude d'être désolé, et il ne lui semblait pas s'être déjà excusé par le passé, ou en tout cas pas depuis de nombreuses années. Car, en effet, c'était un signe de faiblesse. Demander le pardon était comme un signe de soumission face à la personne à qui on le demandait. C'était pour cette raison que Vergil était quelque peu étonné, il se serait plutôt attendu à ce qu'elle lui fasse le reproche de la fixer froidement, mais étant donné qu'elle avait commencé la première à l'observer, ses premières paroles n'étaient pas illogiques.

Elle affirma ensuite avoir cru le reconnaître et prétendit que le bibliothécaire lui avait confirmé ce qu'elle croyait. A ces mots, Vergil redressa la tête mais son regard étonné se transforma à nouveau en une expression assez sévère, tandis que ses yeux d'un bleu azuré se plissèrent. Le reconnaître ? Tiens donc... Cela faisait pourtant dix ans qu'il s'était fait passer pour mort. Aurait-elle confondu avec son frère jumeau ? Peu probable, maintenant qu'il avait inversé sa coiffure pour se distinguer de lui. Depuis combien de temps vivait-elle à Santa Carla ? Était-il possible que Vergil la connaisse également ? Une amie d'enfance peut-être ? Quoiqu'il en soit, il ne s'en souvenait pas, son visage ne lui disait rien. En fait, elle avait certainement entendu parler de lui, ou lu l'histoire de Sparda, dans l'un des anciens livres oubliés de cette bibliothèque. Oubliés par les humains, oui, mais pas par les autres. Justement, il en était à ce questionnement lorsqu'elle l'interrogea :

"Est-ce que vous aussi vous avez l'impression de me reconnaître?"

Vergil la fixait droit dans les yeux. Il avait toujours l'air calme et très sûr de lui, et d'ailleurs il n'avait aucune raison de s'énerver ou de paniquer. Non seulement il était doté d'un remarquable sang froid allié à une très grande fierté et droiture, mais en plus de cela, cette femme venait d'affirmer son impuissance et sa soumission devant lui en indiquant, à deux reprises, qu'elle était désolée. Mais le fils de Sparda n'avait aucunement l'intention de faire du mal à cette femme, ni de lui faire du bien d'ailleurs, à vrai dire il s'en fichait. La seule chose qui l'intéressait sur le moment était de répondre à la question suivante : Cette femme pourrait-elle, oui ou non, lui être utile ?

"Non. Je ne pense pas que nous nous soyons déjà rencontrés..." répondit-il assez froidement et d'un air un peu dénué d'intérêt.

Il marqua une courte pause, avant de rajouter :

"Mais Daxius m'a parlé de vous. Une demi-démone.... Vous ne sembliez pas particulièrement intéressé par votre lecture, que recherchez-vous...?"

Afin de juger la personne, il fallait d'abord connaître ses motivations, ses objectifs. Il souhaitait dans un premier temps se renseigner sur ce qui l'avait conduite à entrer dans la bibliothèque de Santa Carla, et il pourrait ensuite dévier pour lui demander directement si elle était capable de déjouer un sortilège, de briser un sceau.
Revenir en haut Aller en bas

The Dark Bride/Admin

The Dark Bride/Admin

avatar
Messages : 1001
Date d'inscription : 23/12/2009
Age : 28
Localisation : Auprès de Deimos
Emploi de votre personnage : Avocate
Humeur : Taquine

Feuille de personnage
Feuille de caracteristiques:
Pierres d'âmes:
7345/1000000  (7345/1000000)
Limite:
0/100  (0/100)
MessageSujet: Re: La connaissance amène au pouvoir...   Dim 18 Juil - 21:16

Amélia observait Vergil avec intérêt, il était vraiment bizarre, il semblait l'étudier et restait calme, impassible, silencieux. Finalement contrairement à notre ancienne restauratrice, il ne disait mot en se contentant de hausser un sourcil de temps en temps, des réactions qui restaient tout de même cacher, il était vraiment froid et ne dégageait pas du tout une aura à laquelle on pourrait pas vraiment donner sa confiance mais bon...
Finalement Vergil finit par décrocher une phrase qui fit que Amy haussa un sourcil et finit par sourire

"Je comprends alors, c'est à cause de la description dans la légende de Sparda..."


Elle sourit d'autant plus en espérant que son nouvel interlocuteur ne le prenne pas mal. D'ailleurs notre future maman se demandait bien ce que celui-ci pensait d'elle....En fait Amy espérait surtout ne pas s'être mit dans une situation délicate comme elle en avait l'habitude. A la question de Vergil, la miss eut un léger soupire, comment expliquer ça?

"Oh c'était à propos de mon mari, il y a certaines choses que je voudrais comprendre. Alors je cherches dans les légendes et essais qu'il y a eut autrefois... je ne saurais comment expliquer"

Et c'est surtout qu'elle ne voulait pas en dire trop, après tout notre agente ne savait rien sur son interlocuteur, la confiance viendrait peut être avec le temps, puis à son tour la brunette demanda

"Et vous? Vous avez trouver votre bonheur?"


Surement comme le venait de faire l'italienne, il cacherait sans doute le véritable fond de l'histoire et la miss le comprendrait parfaitement, puis revenant à l'étonnement du fils de Sparda elle finit par sourire

"Et oui c'est bien ça, une demi-démone, ça vous étonne tant que ça?"



_________________


*Jeune maman*

Deimos, ti amo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

MessageSujet: Re: La connaissance amène au pouvoir...   Mar 3 Aoû - 17:02

La jeune femme souriait fréquemment, et avait l'air sympathique. Beaucoup plus sociable que lui en tout cas, c'était certain. Elle déclara comprendre l'étonnement de Vergil au fait qu'elle le fixe et lui dit que c'était parce qu'elle connaissait la légende de Sparda. Cette révélation eut pour but de croître grandement l'intérêt que Vergil portait envers cette femme. Si elle connaissait la légende de son père, alors elle en savait déjà beaucoup sur lui, et peut-être pourrait-elle l'aider. Elle affirma ensuite qu'elle faisait des recherches sur son mari, Black Cat, d'après Daxius. Avec un nom pareil, et si elle faisait des recherches sur lui en lisant de vieilles légendes et des textes anciens, c'est qu'il devait être un monsieur important et vivant depuis longtemps déjà. Un démon ? Bien possible. Il faudra qu'il l'interroge là-dessus.
Elle lui demanda ensuite s'il avait trouvé son bonheur, ce à quoi il répondit d'un ton neutre (qui était déjà mieux que son ton glacial habituel) :


"Pas tout à fait."

On ne pouvait pas être moins clair. Mais au moins, il restait honnête. Il n'avait pas exactement trouvé ce qu'il cherchait réellement, mais il s'en était au moins approché à grands pas. Cependant, Vergil ignorait l'effet qu'aurait les moyens décrits dans ce petit livre pour défaire les sortilèges, sur le sceau de Sparda. En effet, le légendaire guerrier démoniaque avait toujours été intelligent et puissant, et il était plus que probable que ses pouvoirs soient si puissants qu'aucune méthode décrite dans le livre ne suffirait à déjouer son sceau sur le journal intime. Et quand bien même il parviendrait à lire ce journal, il n'était pas certain qu'il le mènerait directement au pouvoir de son père. C'était pour cette raison qu'Amélia, une demi-démone comme lui, pouvait lui être utile. D'abord parce qu'en tant que demi-démone, elle devait posséder certains pouvoirs de son côté démon, tout en héritant des valeurs morales humaines qui la rendaient sociables et peu dangereuses. Mais aussi parce que maintenant il savait qu'elle connaissait la légende de Sparda.
Amélia enchaîna ensuite sur le fait qu'il était étonné qu'elle soit une demi-démone.


"En effet, j'ignorais qu'il existait d'autres demi-démons... Je suppose qu'en tant que telle, vous devez posséder certains pouvoirs... N'est-ce pas ?"


Cette fois, il alla droit au but. Le fait qu'elle parle de son côté démon permettait à Vergil de lui demander si elle possédait des pouvoirs et peut-être même qu'elle voudrait bien lui dire lesquels, sans qu'il ne paraisse suspect.
Revenir en haut Aller en bas

The Dark Bride/Admin

The Dark Bride/Admin

avatar
Messages : 1001
Date d'inscription : 23/12/2009
Age : 28
Localisation : Auprès de Deimos
Emploi de votre personnage : Avocate
Humeur : Taquine

Feuille de personnage
Feuille de caracteristiques:
Pierres d'âmes:
7345/1000000  (7345/1000000)
Limite:
0/100  (0/100)
MessageSujet: Re: La connaissance amène au pouvoir...   Jeu 26 Aoû - 15:40

Amélia n'arrivait vraiment pas à cerner le personnage qui se trouvait en face d'elle. Plus le temps passait plus la jeune démone se demandait si elle avait raison de lui faire confiance ou non. Mais quoi qu'il en soit, la belle était bien trop curieuse pour partir là maintenant sans chercher son reste. Qui plus est, si elle faisait ça, la future maman serait sure de s'attirer tout sauf les bonnes faveur de Vergil.
Visiblement Amy avait réussit à dévier son interlocuteur de son ton glacial qui lui paraissait habituel et pour toute conclusion la femme de Deimos finit par sourire à l'adresse de l'étrange personnage se demandant s'il finirait par prononcer plus de trois mots par phrase...

"Généralement c'est quand on ne cherche pas qu'on trouve..."


Dans un sens c'était vrai. Pareil, quand on cherche nos clefs ou autre chose, on ne le trouve pas, et c'est quand on ne cherche plus qu'on s'aperçoit que tout ce temps ce qu'on cherchait se trouver juste sous notre nez... C'est assez enrageant à force. Enfin, Amy sourit à nouveau en se demandant si Vergil avait tout de même du sens de l'humour ou non. Aux paroles de Vergil elle rit alors doucement

"Et je suis loin d'être la seule. Enfin ils n'y en n'a pas beaucoup non plus et il y a d'autre genre d'hybride sans que ce soit mi-démon, mi-sorcier. Mais pourquoi vous intéresser à mes pouvoirs... Si je vous le dis, j'attends de vous que vous rendiez la pareille"


Amy commençait sérieusement à se poser des questions-qu'avait-il en tête? Pour toute réponse la belle souffla

"J'ai les capacités d'une sorcière et j'ai effectivement des pouvoirs. Morphing, clonage. Et en tant que sorcière je connais certaines formules et je peux préparer des potions. Et vous alors?"

_________________


*Jeune maman*

Deimos, ti amo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La connaissance amène au pouvoir...   

Revenir en haut Aller en bas
 
La connaissance amène au pouvoir...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les magistrats du Parquet, membres du pouvoir exécutif ?
» Les femmes noires au pouvoir ...
» HAITI POURQUI ET POURQUOI LES LUTTES POUR LE POUVOIR ?LES E
» HAITI: HISTOIRE, POUVOIR, CONSTITUTION
» Donnons le pouvoir au plus capable! Se pa lajan, Se Volonté

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques de Neredia :: Corbeille et archives :: Chapitres terminés :: 2009-2011-